Et ainsi il n'inventa pas le grille-pain [Ethael]
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Et ainsi il n'inventa pas le grille-pain [Ethael]



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 3 Déc - 15:30

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Le sol du quartier Valkoi était relativement calme, du moins, il n’y avait jamais rien d’exceptionnel qui s’y passait hors des races terrestres qui venaient commercer avec le peuple des cieux. Enfin, uniquement quand Archibald Wingarth n’était pas encore passé à ses phases de test. Il était un excentrique notoire qui passait son temps libre à assouvir son obsession pour l’ingénierie et la mécanique expérimentale, jouant même avec de la magie instable, qui finissait en création tout aussi instable, c’est à dire des explosions plus au moins grosses. Certaines avaient même déjà détruit un de ses murs, et il avait dû se confondre en excuse aux passants qui s’était retrouvés projetés sur un ou deux mètres et couverts de poussière ou de morceaux de briques ou de bois. Plus exactement, il s’était excusé surtout envers les femmes, car en tant que Dryd, il aurait eu honte de blesser l’une d’entre elles. Le reste, c’était son assistant qui s’en était chargé, car l’inventeur auto-proclamé n’avait été que cordial avec ceux qui ne comprennent pas son Art. La plupart du voisinage se demandaient ce que le pauvre Newid faisait avec ce fou. Ils étaient presque aux antipodes l’un de l’autre, à croire qu’il était forcé de rester travailler bénévolement dans cet atelier suite à un chantage. Bien que tout le monde savait qu’Archibald avait un bon fond, et qu’il ne forcerait jamais personne à le supporter. Il le disait lui même : «si vous ne supporter pas, je ne vous force pas à m’adresser la parole » . Et il claquait la porte, l’air fier, pestant contre ces incultes qui ne savait pas à quel point son travail dans cet atelier était important. Mais surtout, il réparait vos machines cassées pour des prix tous aussi cassés. Un avantage que même ceux qui pestaient contre lui car il dérangeait leur sieste appréciait à sa juste mesure.
C’est ainsi que son atelier eut sa petite réputation dans le quartier Valkoi, le bouche à oreille ayant fait son travail. La vérité est que peu de gens s’intéressaient à ses grands travaux, du moins savaient vraiment ce qu’était sa plus grande oeuvre et donc la source de toutes ses explosions. Un peu paranoïaque sur les bords, le Dryd ne répandait que peu qu’il essayait de développer une prothèse d’aile dans le but de pouvoir sauver tous les Dryas accidentés, dont lui-même faisait parti. Il craignait qu’on essaie de nuire à ses recherches en lui volant les tas de plans entassés partout, ou ses carnets, ou pire, qu’on se moque sur son passage avec son rêve impossible. Mais comme il répétait toujours avec le sourire, «Impossible n’est pas Archibald». Sa pugnacité n’avait d’égal que son entêtement, sûrement au plus grand damne de son assistant qui savait que derrière cette phrase survenait souvent l’activation d’un moteur instable. Puis d’une odeur de brûlé. Puis de flammes. Puis d’une explosion plus ou moins grande.
Le problème est que c’était souvent le pauvre homme qui devait tout reconstruire tandis que son comparse s’extasiait de la puissance qu’il avait réussi à développer, et qu’il devait trouver encore «le petit truc» qui permettrait de stabiliser tout ça et de permettre de contenir sa puissance. il avait essayé beaucoup de matériaux, beaucoup de modèles, et à chaque fois il avait fini par faire une chute plus ou moins impressionnante. sa plus grande réussite l’avait fait plané sur cinq kilomètres environ, avant que le moteur aie une anomalie et prit feu, résultant à un magnifique crash sur une tour et quelques jours de convalescence. Mais ce jour avait été le plus beau de sa vie depuis bien longtemps. Il avait pu sentir à nouveau sa double paupière se placer sur ses yeux, le vent sur sa peau, et son aile droite battre aussi naturellement qu’avant. Il en avait presque pleuré dans les bras d’Ethael, et c’était ce genre d’instant qui lui donnait envie de continuer ses recherches. À son sens, il n’avait pas passé la première étape, c’est à dire de faire une aile qui lui permette un vol stable et naturel, et reste ultra légère. Une fois ceci passé, il lui faudrait une prothèse qui puisse réaliser l’étape la plus difficile du vol : le décollage. Et ce serait une autre paire de manche, car les muscles des ailes des Dryas étaient sûrement un des plus puissants qui existaient sur Arenaria, et les imiter tenait d’un défi insurmontable. Mais «Impossible n’était pas Archibald.» Il trouverait bien un moyen, ou alors il léguerait ses travaux à quelqu’un qui en serait digne et qui continuerait son oeuvre. C’est pourquoi plus le temps passait, plus il songeait à essayer de trouver une femme et lui donner des enfants. L’un d’eux essayera bien de continuer son oeuvre.

Ce jour-ci était un jour comme les autres. Le matin il avait travaillé à la bibliothèque et l’après-midi il la consacrait à son activité favorite, c’est à dire mettre le nez dans le cambouis et des outil dans ses mains. Il respectait minutieusement ses plans étape par étape, puis pris une pause. il regarda l’heure. Il attendait impatiemment Ethael pour lui montrer sa dernière oeuvre, amélioration de la meilleure prothèse qu’il avait fait jusque là. Devenue un sacré puzzle, il avait été dur de retrouver exactement les éléments pour les reprendre. Car il avait parfois cette mauvaise habitude de changer des détails à la dernière minute sans les noter, sous le coup de l’inspiration. Un jour il y penserait. Un jour.
Dès que le Newid entra, il agita ses boucles blondes décoiffées et l’accueillit avec un grand sourire. Il lui proposa boisson, nourriture, tout ce qu’il voulait, et lui annonça qu’il avait bien avancé, et qu’il pourrait peut-être faire vrombir la bête ce soir s’ils avançaient bien.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Déc - 10:59

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 116
Points rps : 182

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Fonction/métier : Architecte & associé d'Archi' - Sorc'ier

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Les journées se ressemblaient fortement en ce moment : boulot, boulot, boulot et quand il avait fini, aller voir Archi’ et ses expériences et passer un peu de temps en famille. Rien de bien glorieux ou même de très intéressant, mais au final cela lui convenait franchement parfaitement. Il n’avait pas besoin de grand-chose d’autre dans la vie et de toute manière il aurait fallu trouver du temps pour cela. Ses amis, il passait du temps avec eux dès qu’il le pouvait mais en ce moment c’était assez compliqué comme d’habitude, le travail arrivait par masse et après il aurait de grosses périodes creuses où il s’ennuierait comme un rat mort – s’il pouvait se permettre l’expression-.  Il finit avec le plus de précision possible un dernier schéma/dessin, avant de finalement se lever. Il était l’heure de débaucher et d’aller retrouver le savant fou comme il aimait l’appeler dans sa tête. Il ne se serait jamais trop permis –sauf énervé ou pour rire- de le nommer de la sorte en public. Il respectait, malgré tous ses échecs- bien trop le Dryas pour cela. Et puis, il fallait bien avouer que sa compagnie était toujours divertissement et qu’au moins c’était quelqu’un qui voulait faire bouger les choses pour les blessés/amputés… c’était encore quelque chose qu’on ne pouvait pas lui retirer.

A chaque fois qu’il allait à l’atelier, il ressentait de multiples choses : l’angoisse qu’Archibald ait trouvé une nouvelle idée et qu’il fasse encore une fois tout exploser –un jour, ils y passeraient tous les deux, il en était certain- ; et l’amusement que lui procurait parfois son camarade (ami ?)… disons plutôt son patron qui était quelqu’un avec qui on s’ennuyait rarement. Il était le genre de personne qu’on adorait ou qu’on détestait, mais généralement il passait plus pour un fou excentrique qu’autre chose aux yeux des gens. Beaucoup de ses amis se demandaient comment il arrivait à le supporter, et il fallait bien dire qu’à cette question Ethael n’avait pas réellement de réponse. C’était comme ça. Peut-être parce qu’il était patient, tout simplement, ou qu’au fond quelque chose chez le Dryas le touchait, ou l’amusait. Pour l’instant, une chose était certaine : il n’avait pas envie de quitter son poste –bénévole- d’assistant. Cette après-midi donc, après avoir minutieusement fini son boulot, il se dirigea vers l’atelier et lorsqu’il arriva il sut déjà que quelque chose clochait. L’agitation des bouclettes du Dryas n’était pas bon signe, et son instinct lui disait qu’il avait intérêt à fuir loin, rapidement, avant qu’une autre explosion de provienne. Il connaissait assez bien Archi’ pour comprendre avant même que le blond prenne la parole qu’il avait eu une nouvelle idée ou bien fini un nouveau prototype. Il retint  de justesse une petite grimace lorsqu’il lui confirma qu’effectivement il y aurait un essai ce soir. Une petite prière s’imposait certainement, pour leur pauvres âmes en perdition, pour ce mur qu’il allait falloir reconstruire. Prier aussi pour qu’il n’y ait pas de victime, pas de blessé ou de dégâts matériels chez les voisins du bouclé. Il piqua une noix qu’il croqua cherchant toujours ce qu’il allait bien pouvoir lui répondre. transforme-toi cache toi dans un placard avec une grosse grappe de raison comme ça tu seras à l’abris lui disait une petite voix intérieur, mais c’était, bien sûr hors de question. A la place, il eut juste un air assez blasé et tenta de trouver les meilleurs mots pour repousser cette triste échéance. Est-ce que tu es certain que ce soir, cela soit une bonne idée ? Se précipiter est dommage, il faudrait mieux qu’on vérifie tout… et puis le ciel sera couvert…. Si jamais ça marche… autant qu’il fasse beau non ? Il se passa une main dans ses cheveux avant de continuer Pourquoi ne pas le faire la journée…. En semaine ? quand tout le monde travaillera et qu’on sera certain de gêner le moins de monde possible. Eloigner les enfants de là par exemple. Il savait qu’il exagérait en pensant ce genre de choses, mais en même temps… si pour l’instant les explosions n’avaient jamais été assez fortes pour détruire autre chose qu’un mur de chez le Dryas, un jour ils n’auraient peut-être pas cette chance et il voulait absolument l’éviter à tout prix ! Il connaissait déjà la réponse de l’autre, mais au moins on ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir essayé.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Déc - 23:50

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Il regarda le Newid d’un air rieur, savant très bien où il voulait en venir. Il aurait pu s’énerver, mais il était bien trop de bonne humeur et l’appréciait trop pour lui en vouloir. Ethael avait simplement peur de devoir reconstruire le mur, de voir encore l’atelier sauter, mais cette fois, il n’en serait rien, car cette fois, il réussirait. C’est ce qu’il pensait à chaque fois, et l’un des deux finissait au mieux avec les cheveux en pétard, au pire blessé. Il  s’en voulait énormément de blesser Ethael, alors quand il sentait que ça tournait au vinaigre il lui priait de s’enfuir pendant qu’il tentait de contenir la réaction magique. Des fois ça marchait, d’autres fois non. Mais la plupart du temps c’était quand même lui qui se mangeait le plus gros des dégâts. Mais cela n’avait que peu d’importance, la science méritait bien quelques petits pansements - même si c’était plus des gros pansements dans ces cas-là.

- Ethael, mon cher Ethael, la Science n’attend pas ! Répondit-il en lui tapotant sur l’épaule. En général quand ça commençait comme ça, le newid avait du souci à se faire. - Nous n’avons pas à nous inquiéter du temps gris, je vais juste faire des tests pour savoir si j’ai réussi à reconstruire notre moteur le plus efficace jusque là ! Cinq kilomètres ! Je suis sûr que nous pouvons faire mieux en faisant encore quelques réglages !

Il posa finalement ses deux mains sur ses clavicules, ses pupilles brillant d’impatience. Son aile droite battit légèrement, un tic qui avait toujours montré son excitation et son contentement. Il était désormais lancé à fond sur son idée.

- De toutes manières je n’ai pas d’aile prête pour le tester en vol, si ça peut te rassurer, expliqua-t-il l’air pensif, passant une main dans ses boucles blondes. Ce qui les recoiffa un peu, ironiquement. Et déjà il faut que je regarde si il tient quelques temps avant me lancer avec, à vrai dire, tomber du haut d’une tour a quelque peu calmé mon impatience, je l’avoue.

Il grimaça car il s’agissait d’un douloureux souvenir à base de fractures. Heureusement que malgré son physique fin, il était solide.

- OH AVANT QUE J’OUBLIE ! S’excita-t-il comme si quelque chose de très important lui était revenu à l’esprit en même temps que le Newid avait passé la porte. Il tira une chaise et insista pour qu’il s’assoit, dans un air trop solennel pour la situation. Il alla au garde-manger pour en sortir une boite dont il dévoila joyeusement le contenu : un joli gâteau aux fruits venant d’une des pâtisseries les plus illustres de Ceti. Il était rare qu’il fasse des extras. En vérité, il était un pingre qui se ruinait avec ses prototypes puis avec ses machines étranges qu’il espérait vendre mais dont personne ne voulait.  Il dégagea la table encombrée de parchemins et de bric-à-brac d’un coup de bras qui déplaça les objets sur le sol, puis posa des assiettes et des couverts. Il demanda à Ethael quelle taille de part il voulait. Son assistant servit - même s’il n’en voulait pas - il tapota la table avec le bout du manche de la cuillère, et s’éclaircit légèrement la gorge comme pour commencer un discours devant une assemblée. À la différence que l‘assemblée en question était plutôt unique.

- Aujourd’hui est un jour important, Ethael. Cela fait dix ans que je fais des recherches pour remplacer mon ailes et de tous ceux de ma race qui ont les ont eu arrachées. Il y a  pas seulement les accidents, il y a aussi les pillards qui s’en prennent aux Dryas qui osent s’aventurer seuls ou se perdre, car c’est bien trop long de simplement nous plumer ! Et aussi les escrocs qui volent nos plumes, quand ils arrachent pas nos ailes aussi !  C’est pour ça que je ferme toujours cet atelier à quadruple tour avec cette serrure que j’ai conçu, on sait jamais avec ces gredins de la Rose qui courent partout, outre le fait qu’ils pourraient subtiliser aussi dix ans de ma vie, ou même m’enlever ! Il eut un silence puis compris que ses angoisses l’avaient un peu emporté. Enfin, je fête dix ans de recherches et premièrement j’emmerde tous les ignorants qui ne croient pas en leurs utilités ! Ces imbéciles ne savent pas que tous les perdants n’ont pas joué, ou que tous les gagnants ont tenté leur chance... ou quelque chose du genre, je ne sais plus l’expression exacte.

Sa figure se renfrogna, on sentait parfaitement les dix ans d’insultes et de frustration qu’avait été la cohabitation de ses voisins avec ses travaux. Il retrouva vite son sourire qu’il adressa à Ethael.

- Je voudrais te remercier de croire en moi, à vrai dire j’aurais jamais cru que tu resterais aussi longtemps. J’avoue qu’au bout de quatre mois je commençais à me poser des questions...

Il n’osa pas dire qu’il avait commencé à le soupçonner de rester avec lui pour lui voler des choses quand il avait le dos tourné. Mais il n’en était rien et désormais il avait une éternelle confiance en le Sor’cier de la terre.

- Bon on déguste le gâteau et on se met au travail ! La science n’attend pas, et je ne peux pas me faire de meilleur cadeau qu’un peu d’espoir avec ce moteur !

Il retapa quelques coups avec sa cuillère avant de déguster le gâteau, où deux tranches de génoises enfermaient une crème délicieusement aérienne et des fruits frais. Un véritable délice en s’en damné. Il battit de l’aile à la première bouchée.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Déc - 20:22

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 116
Points rps : 182

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Fonction/métier : Architecte & associé d'Archi' - Sorc'ier

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


« La science n’attend pas », qu’est-ce qu’il pouvait détester ce genre de phrases ! Parce que si, elle pouvait bien attendre quelques heures qu’il y ait moins de monde dans les maisons à côté –juste pour simple exemple-, mais malheureusement, il savait que son ami était têtu et que même s’il avait des arguments bons et pertinents Archi ne les écouterait pas ! Il était bien trop obnubilé par sa nouvelle « victoire » qui se transformerait sûrement rapidement en défaite, n’en déplaise à tout le monde. Ethael se passa une main dans les cheveux tandis que l’autre continuait de parler. Il ne savait plus comment s’y prendre avec le Dryd qui prenait bien souvent des risques inconsidérés, alors continuer avec ses sarcasmes et compagnie lui semblait quand même le meilleur remède qu’il puisse proposer ! Ou alors tu vas te tuer en faisant tout exploser. il haussa les épaules avant de continuer Un jour Archi’, tu finiras par y laisser la peau, on devrait quand même prendre beaucoup plus de précautions ! Parce que ses quelques réglages bizarrement, il ne les sentait pas du tout, et pas du tout était franchement un terme trop bas. Ces réglages allaient tout faire exploser à coup sûr… ou pire au moment où ils s’y attendraient le moins ! C’était comme ça que fonctionnait le monde généralement. Il acquiesça vaguement, oui c’était rassurant de savoir qu’il n’avait pas de nouvelle aile pour voler… mais quand même, cela l’empêcherait juste de faire une énorme chute, l’explosion, le feu et compagnie pouvaient toujours arriver dès qu’il se mettait, à, justement, bricoler.

Le Newid avait juste eu le temps de soupirer que soudain, l’autre se mit à brailler une phrase le faisant sursauter. Oublier ? Outch, là non plus ça ne sentait pas franchement bon ! Quelques instants après il se retrouva assis le cul sur une chaise, plus étonné qu’autre chose Tu vas mourir ? Tu as choppé un truc grave à force de bricoler et tu veux me faire des tests pour vérifier si je n’ai pas ça moi aussi ? demanda-t-il franchement peu rassuré. Mais cette peur s’estompa presque aussitôt qu’il vit le gâteau, de un, Archi ne lui annoncerait pas de mauvaise nouvelle ça, de deux… et bien le ventre avant tout ! Il ne tarda pas à avoir une part de tarte dans une assiette qu’il commença à grignoter joyeusement tout en remerciant chaleureusement le scientifique –même s’il fallait l’avouer qu’une tarte n’était pas grand-chose vu qu’il n’était pas payé, mais chut, il ne dirait rien là-dessus-. vas-y, je t’écoute sérieusement ! Ne pas avoir peur, ça ne pouvait pas être s terrible que ça vu comme il était excité.  Heureusement, rapidement, il eut sa réponse au début il se contenait d’opiner doucement de la tête pour montrer qu’il était bien attentif à tout ce qu’il disait.  Il n’y a pas que des voleurs tu sais, ta parano, bien que justifiée sur bien des points pourrait te jouer un tour un jour ! lui rappela-t-il, mais cette information passerait probablement par une oreille pour ressortir par l’autre immédiatement après ! Pour la suite, il était d’accord, il y avait beaucoup d’abrutis qui ne s’intéressaient que de trop loin à Archi et à son caractère étrange pour ne pas voir le bien qu’il essayait de faire –même s’il échouait lamentablement, il fallait bien l’avouer.[/b][/color] quant à la suite, on pouvait vraiment dire qu’il ne l’avait absolument pas vue venir. Il  le regarda un peu éberlué n’ayant pas l’habitude à tant…. Non, disons à une démonstration de la sorte de la part du Dryd. Il en resta bouche bée quelques instants –assez de tant pour oublie qu’il tenait une fourchette dans sa main et qu’il devait être ridicule avec sa fourchette en l’air-. Néanmoins, il fallait qu’il rebondisse sur quelque chose avant que la situation ne devienne réellement gênante ; les effusions, ce n’était pas forcément son truc, surtout avec Archi’. comment ça tu commençais à te poser des questions ? certainement qu’il avait mis un peu les pieds dans le plat, mais tant pis, au moins il avait réussi à dire quelque chose de pas trop stupide. c’est.. heu… gentil, merci. fut la seule chose qu’il réussit à dire en guise de remerciements. Il finit rapidement son gâteau –quel délice- avant de se lever et de se frotter ses grandes mains entres elles Bon tu veux commencer par quoi ? le dissuader serait impossible, alors autant y aller et en finir avec l’explosion le plus rapidement possible et, qui sait, peut-être qu’ils arriveraient à éviter un nouveau désastre aujourd’hui !




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 0:33

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Certains diraient qu’Ethael était la voix de la raison, même Archibald savait qu’il était du genre «raisonnable» et essayait de lui éviter de mal finir. Mais le Dryd ne pouvait se stopper, c’était presque comme une drogue : il lui fallait toujours aller plus loin, plus fort. Et malheureusement ses tests avec la Poussière et la technomagie classique n’avaient rien apporté. Il avait fini par étudier des compositions différentes, instables certes, mais qui avaient le mérite de fonctionner un minimum. Son rêve était en réalité un arbre complexe, dont les branches s’étoffaient au fur et à mesure qu’il creusait différentes solutions. Il comprenait parfaitement les craintes du Newid donc, mais d’une certaine manière il ne l’avait pas forcé à se mettre dedans. Bien qu’il était sûr qu’il l’appréciait, c’est pourquoi il rit presque quand il lui demanda s’il n’avait pas développé une maladie étrange. Une autre personne se serait pris son mauvais caractère de plein fouet. Surtout qu’il savait l’amadouer et la nourriture marchait toujours. Il appréciait le peuple Newid car il s’agissait de gens qui se contentaient généralement de choses simples et ne jugeaient personne, ce qui rendait leur compagnie relaxante. Donc il eut enfin l’attention de son assistant, qui sembla pas très enthousiaste face à son discours. De toutes façons, quant il y repensait, il n’avait jamais vu Ethael enthousiaste pour quelque chose, donc il n’en tenu pas compte. Bien qu’il sentait parfaitement qu’il était inquiet de ce dont son génie tordu pourrait accoucher. Le Dryd rempila sur ses propres peurs, à savoir que l’oeuvre de sa vie soit dérobé par quelqu’un de mal intentionné.

-  Il n’y a pas que des voleurs tu sais, ta parano, bien que justifiée sur bien des points pourrait te jouer un tour un jour !

Il n’avait pas tort. Mais quand vous avez failli mourir vous avez tendance à voir du danger partout, même chez les gens. Une peur imbécile, mais qui lui semblait justifier. De plus on est jamais trop prudent... Attirer les lumières des autres c’était se créer des problèmes. C’est pourquoi valait même se méfier des gentilles bouilles comme Ethael tant qu’elles n’ont pas fait leurs preuves.

- Comment ça tu commençais à te poser des questions ?
- Mais maintenant je ne me les pose plus, et c’est bien plus important, n’est-ce pas ? Esquiva-t-il en tapotant amicalement l’épaule de son assistant. Il valait mieux ne pas répondre à cette question. Il se fit néanmoins tout à fait sincère lorsqu’il dit qu’il appréciait le soutien de son assistant durant tout ses échecs. D’une certaine manière, ils s’amusaient bien tout le deux. Il espérait profondément que ce sentiment soit réciproque. 
Une fois le gâteau terminé, Archibald annonça qu’il était temps de se mettre au travail. Il s’empressa de donner des détails au Newid, s’inquiétant de ce qui allait lui tomber sur la tête.

- Donc comme je l’ai expliqué, j’ai réparé ET amélioré le moteur de la dernière fois, qui avait été victime d’une vilaine surchauffe, ce qui l’avait fait exploser en vol. Chose étrange, car c’était bien le seul prototype qui ne s’était pas emballé pendant toute l’année passée - cela lui rappela des souvenirs douloureux, aussi bien pour son corps que pour son esprit - mais il m’a quand même valu une chute d’en haut d’une tour. J’ai donc bricolé pour être préparé aux deux éventualités suivante : le dysfonctionnement est donc bien dû à une instabilité qui a causé une surchauffe, la seconde est qu’elle a été déclenchée avec la différence de température en vol, plus froide. Oui, ça peut sembler illogique, mais vu les mélanges de Poussière que j’ai réalisé, c’était finalement une conséquence prévisible. Soit, allons le tester !

Le Dryd battit de l’aile tout en sautillant gaiement vers son établi où trônait une sorte de boite rectangulaire en métal cuivré, contenant une mécanique à la structure complexe qui  cachait une réserve de poussière, dont la lueur n’indiquerait rien qui vaille à un ingénieur censé. D’un coup de tournevis, il lança l’engin qui eut une légère vibration avant de commencer à faire cliqueter ses engrenages. A rchibald recula vivement d’un grand pas, réflexe appris après une bonne dizaine d’échecs. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. Quatre secondes qui devinrent vite une minute. Pas d’explosion. Comme le modèle précédent, l’ensemble semblait stable. Le Dryd s’approcha avec prudence pour observer l’ensemble et posa sa main sur l’établi. Curieusement, il était chaud. Pas brûlant, mais chaud. Il enleva sa main, la regarda, puis par précaution sortit un épais gant pour se protéger en cas de brûlure. Il passa son autre main juste au dessus pour constater à quel point le dégagement de chaleur était important, et surtout s’il était stable. En tout cas, il valait mieux pas poser sa main dessus, elle frirait sûrement comme un oeuf dans une poêle. Pas curiosité, il trottina jusque dans la cuisine, puis revint avec une tranche de pain. qu’il installa dessus. Un test bête et simple. Mais il n’y avait qu’Archibald pour mettre de la nourriture sur un de ses moteurs en guise de test. L’atelier fut rapidement envahi par l’odeur du pain chaud.

- Le pain semble griller sans aucun problème. C’est plutôt chouette ! Constata-t-il en retourna la tartine sur l’autre tranche, oubliant soudainement qu'il s'agissait d'un moteur et non d'une cuisinière.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Jan - 11:58

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 116
Points rps : 182

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Fonction/métier : Architecte & associé d'Archi' - Sorc'ier

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Archi’ était un vieux parano, et Ethael avait bien du mal avec ce côté parfois –voire même souvent-. Il tentait de lui faire comprendre que tout le monde n’était pas des voleurs et qu’il fallait laisser leur chance aux gens, parce que parfois c’était passer à côté de quelque chose. Il tenta également de savoir ce qu’il entendait par « se poser des questions », mais malheureusement il n’arriva pas à obtenir une réelle réponse. Mais maintenant je ne me les pose plus, et c’est bien plus important, n’est-ce pas ? Le Newid soupira doucement avant d’acquiescer Oui, bien sûr mais ça ne répond quand même pas à ma question ! Il se doutait cependant que cette réponse tant attendue, il ne l’aurait probablement jamais. Tant pis, il n’irait pas en faire un fromage de toute manière ! Le plus important était probablement qu’à l’heure d’aujourd’hui il lui fasse confiance, ou du moins, un minimum confiance.


Bientôt un sujet bien plus sérieux ne tarda pas à tomber : ce qu’ils allaient faire avec cette nouvelle invention, ou cette amélioration, peu importait au final comment ça s’appelait, pour le Newid le résultat était le même : ils allaient finir blessés et il allait devoir reconstruire, probablement pour la énième fois un mur. Donc comme je l’ai expliqué, j’ai réparé ET amélioré le moteur de la dernière fois, qui avait été victime d’une vilaine surchauffe, ce qui l’avait fait exploser en vol. Chose étrange, car c’était bien le seul prototype qui ne s’était pas emballé pendant toute l’année passée. Humhum. Cela ne voulait quand même pas dire que ça allait marcher, et il restait même sincèrement septique sur la question. mais il m’a quand même valu une chute d’en haut d’une tour. J’ai donc bricolé pour être préparé aux deux éventualités suivante : le dysfonctionnement est donc bien dû à une instabilité qui a causé une surchauffe, la seconde est qu’elle a été déclenchée avec la différence de température en vol, plus froide. Oui, ça peut sembler illogique, mais vu les mélanges de Poussière que j’ai réalisé, c’était finalement une conséquence prévisible. Soit, allons le tester ! Il n’était pas franchement certain d’avoir tout compris, mais malgré il opina bien gentiment tout en se passant une main dans les cheveux. Quoiqu’il puisse dire, le Dryd n’en ferait de toute manière qu’à sa tête, alors mieux valait le laisser faire. Il se tint éloigné lorsqu’il mit la machine en route et fut assez surpris de voir que l’engin maudit n’avait pas l’air de vouloir exploser –du moins pour l’instant-, et s’il aurait dû se dire tant mieux, il était plus mitigé sur le sujet… parce qu’il se disait surtout que cela risquait d’exploser en vol et faire plus de blessés qu’ici. Malheureusement, c’était une notion inexplicable à Archi. Tu fais quoi avec ce bout de pain ? demanda-t-il en haussant de nouveau un sourcil septique tandis que son camarade se faisait tout bonnement un toast. La réplique du blond le fit doucement soupirer. Mais je ne suis pas certain que ce soit très hygiénique de manger ça… cuit comme ça… et surtout sur ça. certainement qu’il aurait dû l’encourager à faire griller d’autres aliments, cela éviterait qu’ils sortent mais c’était reculer l’inévitable. Bon, tu ne veux pas faire ton test, qu’on en finisse, qu’on puisse tout ranger, balayer, nettoyer s’il y a un souci ? Il avait eu la bonté d’utiliser le « si », même s’il était certain que ça allait foirer.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 18:01

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Ethael était une personne un minima intelligente - sinon il ne l’aurait pas gardé à ses côtés - ce qui rendait difficile la technique du «Là ! Dans le ciel ! Un Wyyn qui vole en pétant des paillettes !», pour éviter les discussions qui l’ennuyait. Il finit simplement par montrer ostensiblement que son attention était prise par autre chose et laissa la question du Newid en suspens. Il revint donc sur son nouveau moteur, qui présenta un défaut un peu curieux : il chauffait. Mais comme une poêle. L’atelier sentait désormais le pain grillé, le Dryd ayant décidé de tester la chaleur avec une tartine. Étonné (et avouons le, très sceptique de l’utilité de tout cela) Ethael fit la remarque qu’il était sûrement pas très hygiénique de se servir de son moteur comme ça. Le Dryd fit volte-face, et rétorqua sur le champ :

- Je ne vois pas le problème ! Ce moteur est propre, sans une trace d’huile, ni une trace de Poussière ! Je suis sûr qu’on pourrais manger cette tartine et ne pas avoir à chercher le guérisseur. - Pourtant, sa parano ferait qu’il ne la mangerait pas  - Et mon test, je suis déjà en train de le faire. Je veux vérifier si le dégagement de chaleur est puissant et à quel point... Dans tous les cas, il a l’air assez stable. Mais il reste étrange, et cela ne m’arrange pas. Voler en été pourrait faire surchauffer les systèmes par exemple.

Il pris une pique qui trainait pour inspecter la tranche de pain. Elle avait l’air croustillante et parfaitement au point. Il la retourna dans toutes ses coutures, presque exagérément, dans un lourd silence. ce serait presque si il mettrait sous un microscope. Il la reposa ensuite sur le moteur.

- Ethael... Personne n’y a jamais pensé, mais... Imagine une machine indépendante qui pourrait servir à griller le pain ? Imagine le gain de temps qu’on pourrait avoir au petit déjeuner ? Non parce que c’est vrai je peux cuire sur une poele, mais souvent j’oublie mon pain, et hop, ça brûle. Si jamais je peux développer un système qui pourrait faire griller le pain des deux côtés en même temps, et en plus avec une température réglable...

Il sembla pensif, son regard alla vers le Newid.

- On pourrait appeler ça une machine à griller le pain. Remarque, ça fait quand même un peu long comme n...

Soudain, ça commença à sentir le brûlé. Archibald eut à peine le temps de se retourner que la tartine pris soudainement feu.

- AAAAAAAH ETHAEL VITE DE L’EAU ! DE L’EAU ! SI JAMAIS ON FAIT SURCHAUFFER L’ENSEMBLE ÇA RISQUE D’EXPLOSER ET CELLE-CI CE NE SERA PAS DE LA TARTE !

Soudain, le Dryd paniqué commença à courir dans la pièce pour essayer de trouver un vase avec de l’eau dedans, n’importe quoi qui puisse les sauver de finir aussi grillés que la tranche de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 20:10

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 116
Points rps : 182

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Fonction/métier : Architecte & associé d'Archi' - Sorc'ier

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Archi changeait parfois d’humeur d’une manière assez déconcertante dès que l’on remettait en doute les capacités de ses inventions, ou du moins tout ce qui touchait ces dernières. Ainsi, qu’elle ne fut pas son erreur lorsqu’il osa dire que ce n’était pas hygiénique de se servir d’un moteur comme grille-pain. Pour lui c’était vrai, il n’y avait aucune once de méchanceté là-dedans. Il haussa un sourcil à la réplique du Dryd. Il était peut-être propre en apparence, il n’empêchait pas que ce n’était peut-être très hygiénique, lui n’en démordrait pas, mais il garderait certains éléments, arguments pour lui. Il en vaudrait mieux pour la suite de la conversation. Il se contenta de lui demande tout simplement

Si tu n’as pas peur d’être malade, pourquoi ne la manges-tu pas ?

Mais non, mais non, ce n’était pas vache d’utiliser cette méthode ! Il voulait juste lui montrer qu’au fond de lui il savait que ce n’était peut-être pas si propre que cela, sinon il n’aurait pas hésité à la dévorer. C’était juste logique, et il n’enfoncerait pas le clou plus loin –du moins pour le moment-. Pour la suite, il eut un faible rictus, avant de reprendre la parole :

Tu ne peux pas trouver un moyen de faire que ça refroidisse en été, genre en rajoutant une pièce démontable qui refroidirait le tout ? Mais que tu pourrais enlever en hivers ? Un peu comme un habit, enfin ça serait plutôt l’inverse du coup.

Tout en parlant, il le regardait inspecter la tranche de pain avant de la reposer sur le moteur ; Mouais, dommage, pendant un instant il avait cru qu’il tenterait de la bouffer. Dommage, très dommage même ! Et voilà qu’il était en train de partir sur une nouvelle invention pour griller le pain. C’était intéressant mais…. Connaissant son collègue ce n’était franchement pas une bonne idée. Il allait répliquer quelque chose lorsque soudain il se mit tout bonnement à hurler que tout risquait d’exploser –comme d’habitude- mais que cette fois ça serait GROSSE EXPLOSION. Archi commença à courir partout sous le regard blasé du Newid. Réfléchir vite, et bien, ce n’était certainement pas trop compliqué  n’est-ce pas ? Il avait vu une bouteille de lait qui trainait dans la cuisine, ce n’était pas de l’eau mais tant pis cela serait probablement assez « froid » pour refroidir la machine, ou pas. Il verrait bien, du moment qu’il ne mettait pas d’huile cela conviendrait probablement. Il  attrapa donc la bouteille et lança le contenu sur la machine qui fit un bruit étrange, un « pschiiitt » avant de dégager un peu de buée.

Ca suffira ? demanda-t-il simplement, gardant toujours son calme.  En tout cas la machine ne semblait plus fonctionner ou à moindre régime. du coup, avant que tu te mettes à hurler, je voulais dire qu’il vaut mieux que tu te concentres sur une seule chose à la fois… ça évitera qu’il y ait le double d’explosion.

Oui c’était  dit avec la délicatesse d’un bulldozer… il le savait bien mais Archi devait avoir l’habitude de toute manière et il devait savoir qu’Ethael avait raison –oupas-.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 20:54

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


- Si tu n’as pas peur d’être malade, pourquoi ne la manges-tu pas ?

Question très pertinente, mais bien sûr Archibald ne tenterait pas de la manger. Si ça se trouve il n’avait pas très bien nettoyé et la tartine serait couverte de Poussière, et celle-ci serait peut-être néfaste si on l’ingérait. Mais il ne voulait pas perdre la face devant son assistant et donc trouva une esquive teintée de mauvaise foi.

- Il me faut bien un témoin pour savoir quel est la force du dégagement de chaleur ! Imagine que j’essaie de travailler dessus, il faut bien que je sache à quel point la tartine a grillé ou non pour la comparer à une autre ! À moins que tu trouves mieux pour tester ?

Il le regarda avec un sourire en coin mais la question était sérieuse dans le fond. Si jamais il avait un meilleur moyen de savoir s’il avait fait des progrès ou non, il était preneur. Après tout, c’est bien à cela que servait Ethael, à lui donner des avis extérieurs même s’il en écoutait pas la moitié. Mais il fallait lui reconnaître qu’il était souvent très pertinent, comme cette remarque au sujet d’un système de refroidissement.

- En effet, c’est une excellente idée bien que j’y ai déjà un peu pensé. Le souci est qu’il faudrait que j’invente aussi un système de refroidissement miniaturisé, ce qui veut dire étudier pour créer une autre forme de Poussière... Je ne suis pas sorti de l’auberge, déjà que celle que j’ai inventée ne donne pas de résultats convaincants. Ce coup-ci, je suis presque sûr qu’au niveau de la mécanique, c’est à trois bidouilles près...

Le Dryd changea subitement de sujet, expliquant qu’il avait eu une nouvelle idée d’invention : une machine à griller le pain. Ethael lui parut peu emballé par son nouveau projet au vu de sa mimique - et même s’il n’était pas des plus expressifs, Archibald savait quand il était enthousiaste ou non - ce qui planta dans son âme de doux illuminé une lame de déception. Mais soudainement tout s’enchaina : l’odeur de brûlé, le feu, la panique, l’alerte de grosse explosion, et un litre de lait qui éteignit l’incendie en dégageant une odeur presque immonde. Il s’arrêta de courir partout, regarda Ethael, puis le moteur, puis la bouteille de lait, puis Ethael, puis à nouveau le moteur.

- Ca suffira ?
- C’était ma dernière bouteille de lait, se plaignit-il premièrement. Mais excellents réflexes, chaque jour avec toi me dit que tu es le meilleur assistant du monde.

Il lui tapota joyeusement l’épaule. Un peu plus et il lui aurait sûrement sauté dessus pour le remercier.

- Oui, tu as raison, il vaudrait peut-être mieux que je me concentre sur une seule chose à la fois... Mais j’avoue que ne rien produire de terminé est assez frustrant. J’ai trop d’idées, Ethael, c’est bien mon problème. Cette aile est l’oeuvre de ma vie, mais je sais que cette idée de machine à faire griller le pain ne va pas me lâcher, tu vois, comme cet arc qui permettrait de tirer plusieurs flèches à la suite sans avoir à recharger. Ou même cette histoire de chaussons qui réchauffent les pieds en hiver, tu te souviens, quand j’avais perdu mes épaisses chaussettes en laine...

Ces idées qui restaient dans un coin de sa tête, et la colonisaient presqu’entièrement. Pour lui, tout problème avait une solution. Être bloqué sur une invention était quelque chose d’inconcevable : les solutions qui n’existent pas ont juste besoin d’être inventées.


Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai - 20:23

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 116
Points rps : 182

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Fonction/métier : Architecte & associé d'Archi' - Sorc'ier

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Ethael restait quand même assez… disons perplexe de ce que venait de faire son camarade. Il n’était pas certain que ce soit l’invention du siècle, ou même qu’elle puisse réellement servir…. D’ailleurs pourquoi est-ce qu’Archi ne voulait pas manger si c’était probablement bon et pas néfaste pour la santé ? Le Newid savait qu’il y avait probablement des dizaines de raisons mais il préférait ne pas trop y réfléchir et se contenter de faire avec ce qu’il voyait. La réponse du scientifique le laissa totalement perplexe et encore plus dubitatif. D’ailleurs cela devait se voir à sa tête, à son haussement de sourcil et sa tronche blasée –encore plus que d’habitude- qu’il trouvait qu’il y avait probablement anguille sous roche !

Trouver mieux pour la tester ? Je ne suis pas certain de bien comprendre, tu veux comparer quoi à quoi… et à quoi ça peut te servir par rapport à ton aile, enfin ton expérience primaire.

Il était bien mignon Archi, mais parfois, il partait vraiment un peu dans tous les sens. Du coup, Ethael avait du mal à le comprendre et il se sentait un peu con, ce qu’il détestait bien entendu ! le brun tentait néanmoins de faire de son mieux pour expliquer ça au dryad son avis, ses suggestions avec e peu d’information qu’il avait parois,  et ici c’était l’exemple parfait ! Lorsqu’Archi se mit à tout expliquer, il se concentra pour essayer de bien tout comprendre et surtout de mémoriser histoire de ne pas avoir à redemander tous les trois matins ce genre d’informations. Et effectivement, avoir une autre forme de Poussière semblait bien compliqué ! Ethael n’eut pas le temps de répondre sur cela qu’il était déjà reparti sur le grille-pain… et forcément le pauvre Newid se sentit de nouveau un peu  -totalement- perdu. Ils étaient tellement concentrés qu’ils n’avaient vus que trop tard que le pain commençait à griller, cramer, mettre le feu. Il fallait quelque chose qui éteigne, et donc majoritairement composé d’eau. Ce fut le brun qui trouva son bonheur en premier  du lait en bouteille. L’odeur était à vomir, mis au moins le feu semblait éteint.

C’était ma dernière bouteille de lait. Mais excellents réflexes, chaque jour avec toi me dit que tu es le meilleur assistant du monde.
le lait sa se rachète rapidement…. C’est plus facile à posséder/réavoir qu’une maison voire même tout un quartier ! répliqua-t-il sans trop s’émouvoir du magnifique compliment de son ami. Tu devrais vraiment faire plus attention Archi, la prochaine fois il se passera quoi ? Tu mettras feu à ta maison…. Et à toutes les autres ?

Ce n’était pas un sermon, du moins pas vraiment, il voulait, encore une fois lui faire prendre conscience qu’il devait faire plus attention. Il tenta de lui faire comprendre que se concentrer que sur une seule chose à la fois serait meilleur… mais malheureusement c’est que l’autre était plus têtu qu’une mule et cela s’entendait parfaitement dans ses réponses !!

STOP Archibald ! Une seule chose à la fois, le reste peut attendre, ou tu t’en occupes entre deux expériences, mais ne fais pas deux choses en même temps c’est comme cela que tu n’aboutiras jamais à rien, crois-moi ! Ton grille-pain, ou ton arc on peut très bien vivre sans ! Concentre-toi sur l’aile, est-ce que tu penses pouvoir faire ça ?




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Juin - 15:28

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Le Newid ne sembla pas vraiment comprendre l’intérêt de son test avec la tartine. Le Dryd non plus d’ailleurs, il était juste de mauvaise foi. Mais cela ne l’empêcha pas de développer :

- C’est simple, imagine que je prenne un temps T, avec une tartine qui grille durant ce temps... Plus elle est grillée, plus le dégagement de chaleur est fort, non ? Donc si jamais j’ai une tartine qui grille moins vite je pourrais la garder et ...

Il sembla réfléchir, s’arrêtant subitement comme si une évidence avait enfin germé dans son cerveau.

- Tu as peut-être raison, le souci c’est que ça risque de moisir. Il faudrait que je trouve peut-être un thermomètre qui me permette de mesurer tout cela, mais sont-ils de nos jours assez résistants pour mesurer des températures très élevées ? Je pourrais presque inventer une nouvelle sorte de radiateur ! - Bougonna-t-il. - De plus il faudrait que ce soit précis, afin de voir si le dégagement de chaleur est constant où non... Rah ceci n’est qu’un serpent qui se mord la queue ! Il faudrait que j’invente un thermomètre digne de ce nom pour finir ce moteur, ou peut-être trouver une autre direction !

Il suggéra ensuite l’idée d’en faire une machine à griller le pain, mais Ethael fut peu emballé, contrairement au moteur qui commença subitement à faire flamber la tartine. Archibald fut pris de panique tandis que son assistant arrosa le début d’incendie avec une bouteille de lait, ce qui dégagea une odeur immonde, mais qui eut le mérite de les sauver tous les deux. Ethael le sermonna une nouvelle fois, le signalant qu’il devrait être plus attentif au risque de faire sauter le voisinage. mais il resta focalisé sur son lait, comme si le danger qu’il représentait d’une manière évidante n’avait pas effleuré son crâne.

- Oui tu as raison, mais j’aurais pas le temps d’acheter mon lait d’ici demain matin. Tant pis.

Il reparti dans son imagination fertile, expliquant qu’il avait trop d’idées et pas assez de temps. Son assistant le coupa assez rapidement dans son élan.

- STOP Archibald ! Une seule chose à la fois, le reste peut attendre, ou tu t’en occupes entre deux expériences, mais ne fais pas deux choses en même temps c’est comme cela que tu n’aboutiras jamais à rien, crois-moi ! Ton grille-pain, ou ton arc on peut très bien vivre sans ! Concentre-toi sur l’aile, est-ce que tu penses pouvoir faire ça ?

L’inventeur fou le regarda droit dans les yeux, une expression un peu étonnée sur le visage. Puis lui servit un joli sourire.

- Oui, je peux le faire ! Je ne dois pas lâcher, surtout maintenant que je sens que je touche quelque chose ! Je vais travailler sur un moyen de refroidir ce moteur. Je pense que cette composition interagit avec le mécanisme peut-être à cause des frottements. Ou alors d’autres chose. Maintenant que j’ai réussi à le reconstituer, je n’ai qu’à reprendre mes plans pour réduire l’adhérence des engrenages. Ce mélange est une parfaite symbiose de Poussières pour garantir une puissance maximale avec une utilisation minimale. Je ne pense pas pouvoir faire mieux, mais il me suffirait juste de pouvoir le refroidir pour qu’il ne surchauffe pas à température ambiante !

Et sans même prévenir, il se dépêcha d’aller prendre un grand rouleau de papier et de le disposer sur son pupitre. Il s’assis et d’un geste habile, fit venir le plan qui était sur l’établi dans sa main. Il commença à tracer en silence un schéma tout en annotant son plan.

- Tu peux rentrer chez toi si tu veux. Oh, et prend une part de gâteau pour l’emmener, à moins que tu reviennes demain... Mais pas trop tôt dans ce cas. Je pense que je vais être occupé pour un long moment, et le premier qui me réveille avant midi, je donne en pâture aux dragons de la caserne de la garde !

Autrement dit, si l’inspiration était là, il risquerait sûrement de faire nuit blanche. Il ne voulait pas ennuyer Ethael, quoique c’est pendant ces moments là qu’il n’ennuyait personne. Ni son assistant, ni ses voisins.  

Focalisé sur son aile, c’est ainsi qu’il n’inventa pas le grille pain.


Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Et ainsi il n'inventa pas le grille-pain [Ethael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alain Le Vern en a décidé ainsi...
» qu'est ce qui nous fait courir ainsi?
» grille ecker
» elle grille le feu rouge à la demande des policiers elle ai verbaliser
» grille maison gratuite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Quartier Valkoi :: Résidences :: Atelier d'Archibald-