◊ Les dryas
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 ◊ Les dryas



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 3 Sep - 18:03

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 172
Points rps : 282

Arrivée en Arenaria : 19/08/2015
Localisation : Quelque part en Arenaria
Fonction/métier : Je dirige le monde





Les particularités physiques
les dryas
Les dryas sont les créatures volantes d’Arenaria. Connues par-delà les frontières du pays pour leurs ailes, elles subissent de plein fouet cet avantage depuis des millénaires.
En effet, leurs ailes sont composées de véritables plumes, qui, une fois broyées, créent la Poussière. Cette dernière possède de nombreuses propriétés, dont certaines curatives et les dryas ont, pendant longtemps, été chassés et tués pour cette dernière.
Ainsi, les dryas sont des êtres lambdas, qui à la naissance, viennent au monde avec deux bourgeons dorsaux, futurs lieu de pousse de leurs ailes, à partir de l’adolescence. Ces dernières seront proportionnelles à la taille de l’individu et pourront soulever jusqu’à deux fois le poids du porteur. Généralement longues, arrondies en haut, elles sont caractérisées par des couleurs allant du brun-roux au blond-blanc. Il n’existe donc pas de dryas aux ailes vertes, roses ou arc-en-ciel, bien qu’elles aient essayées de teindre leurs plumes pour y arriver.
Le corps d’une dryas est littéralement attaché aux ailes, la rupture entre les ailes et le corps provoquera la perte, définitive, du vol. À savoir qu’on ne pourra, jamais, ré-attacher les ailes à la dryas pour lui re-permettre de voler. Ses ailes ne mourront pas avant la mort de sa porteuse, mais elles lui seront à jamais inaccessibles.
Pour en revenir aux ailes, elles grandissent en même temps que l’individu et subiront donc des poussées de croissance, voire parfois un arrêt pendant cette dernière. En parallèle, certaines dryas, et seulement les femmes, développent – parfois – de petites cornes sur le haut du front. Ces dernières peuvent être de formes variables, longues, courtes, aiguisées ou rondes, elles peuvent également être taillées. On n’explique pas vraiment pourquoi certaines dryas ont des cornes et d’autres pas, surtout que ça n’a aucune incidence sur la maîtrise de l’élément ou du vol et ça ne développe aucune capacité surnaturelle. À savoir que les ailes des dryas/dryds correspondent à un corps de métier, à leur véritable vocation. Ainsi chaque individu est fait pour un corps de métier particulier.
De ce fait, les ailes blanches correspondent au domaine scientifique et mécanique ; les ailes blondes/dorés/ocres correspondent au domaine de l'art et de la littérature ; les ailes brune/chocolat/marron correspondent à l'artisanat et les ailes rousses/orangées/rouges correspondent au corps médical.

Au niveau du corps en lui-même, les dryas sont généralement fines et élancées. Le visage est plus ou moins rond. Les femmes ne sont pas souvent très grandes, à la différence des hommes. On notera également que les ailes des hommes ont tendance à être plus claires que celles des femmes, mais bien plus fortes (on estime qu’un dryds (masculin de dryas)) est capable de soulever, rien qu’avec ses ailes, trois à quatre fois, son propre poids.
Une fois en vol et à de hautes altitudes, les dryas et dryds développent une seconde paupière, mettant sur leurs yeux un voile opaque et protégeant ces derniers.

Les particularités magiques
Les dryas
Les dryas ont la capacité d’entendre, à travers un courant aérien, tout ce qui se passe sur plusieurs kilomètres. C’est une faculté naturelle, que beaucoup refusent d’utiliser, par peur de déranger et de violer l’intimité de beaucoup de citoyens. Leurs ailes, composées de plumes, peuvent donner la poussière, possédant deux teintes : une dorée et une grise. La première a un effet positif (utilisée pour les potions, pour soigner, pour redonner bonne mine, parfois pour lire l’avenir, etc) et la seconde a des effets négatifs (provoquer des maladies, maudire des familles, etc). Cette poussière n’est manipulée que par les dryas (insensible à ses effets) et ne peut être manipuler magiquement que par des sor’cières (soit des personnes présentant plus qu’une simple affinité avec l’élément).
Les enfants présentent dans leur dos dès leur enfance deux bourgeons, au niveau des omoplates qui, plus tard donneront leurs ailes. A savoir que les ailes se développent dès la première année de vie, grandissant en même temps que l’enfant. Pourtant la naissance des ailes ne se fait pas pour tous les enfants à la naissance (bien que ça soit généralement le cas), certains naissent avec des ailes déjà sortis, attendant juste la puberté pour grandir et arriver à soulever le corps. D’autres verront leurs ailes sortirent qu’à la puberté, engendrant une terrible et monstrueuse douleur. La majorité verra ses ailes grandirent en même temps qu’ils grandiront. D’autres, exceptionnellement, n’auront jamais d’ailes. On les appelle les « Perdus », car abandonnés par leur Déesse. De manière assez surprenante, les quelques cas étant répertoriés se sont tournés vers la religion suite à cela.


Leur affinité élémentaire
Les dryas
Les dryas sont le peuple lié à l’élément air. C’est ainsi tout aussi bien le vent, que la tornade, les nuages, l’air ou ses molécules. Pour autant, une simple affinité ne permettra que d’entendre les murmures du vent ou générer un léger courant d’air, voire soulever quelques cailloux.


Leur don de race
Les dryas
Avec une concentration entraînée et grâce aux caractéristiques de la race, une dryas (et un dryd) peuvent se mêler et déclencher un brouillard assez opaque pour se déplacer. Leurs ailes vont d'abord subir la transformation et vont permettre à leur corps de l'être à leur tour.


- il fut décidé que la paix l'emporterait -
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Sep - 18:09

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 172
Points rps : 282

Arrivée en Arenaria : 19/08/2015
Localisation : Quelque part en Arenaria
Fonction/métier : Je dirige le monde





La naissance
les moeurs des dryas
Les dryds et dryas, naissent dans des œufs. Le corps de la dryas aura un fonctionnement différent de celui des femmes d’Arenaria. En effet, cette dernière, après avoir été fécondée, expulsera par les voies naturelles un œuf. Ce dernier, placé dans une bulle de magie élémentaire et dans un cœur de nuages, pourra continuer son développement. Dans ce dernier, il trouvera tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et pourra alors devenir un dryd ou une dryas. L’œuf éclora après soixante jours passés dans son incubateur naturel, avant de laisser sortir un dryd ou une dryas, qui aura alors l’apparence d’un bébé de dix mois. Ce dernier sera beaucoup plus éveillé que les enfants d’Arenaria et aura un développement plus rapide. Il apprendra donc plus vite à marcher, à parler et à voler.


La naissance
vivre à Corvi
Les enfants dryas sont assez nombreux et pour la plupart sont des garçons. Les naissances féminines sont environ un tiers des naissances, sans que l'on explique ce phénomène. Les enfants vivent dans de bonnes conditions et il est assez rare qu'ils meurent avant l'âge de dix ans. La mort d'un enfant reste catastrophique (spécialement quand il s'agit d'une femme) et assez exceptionnelle du fait de la surprotection de ces derniers.
Concernant l'espérance de vie, les femmes vivent beaucoup plus longtemps et en meilleur santé, que les hommes. Ces derniers vivent jusqu'à soixante-quinze, quatre-vingt ans, quand les dryas peuvent atteindre les cent ans sans aucune pathologie (à noter qu'une dryas est fécondes jusqu'à sa mort, à la différence d'un dryd qui perdra sa fécondité vers l'âge de soixante-cinq ans).


Le mariage
les moeurs des dryas
Autrefois tradition vénérée, respectée et appréciée par le plus grand nombre, elle est désormais vue comme désuète. La femme peut posséder un mari, mais elle devra accepter d’avoir plusieurs partenaires – voire plusieurs maris – pour repeupler la race et donner, si possible, le plus de dryas possible, ces dernières devenant de plus en plus minoritaires.
Le mariage, autrefois réservé à deux personnes qui s’aiment et souhaitent avoir des enfants ensemble, est devenu une marque permettant de savoir, quelle dryas donnera des enfants, condition incontournable pour avoir des petits. Le mariage est scellé dans les airs, tout comme la célébration. Les mariés se souhaiteront fidélité, amour et protection durant toute leur existence, le divorce étant littéralement prohibé. À noter qu’une femme ou un homme divorcé se verra mis de côté par la société toute entière, bien qu’en ces temps durs, les femmes le seront moins que les hommes, du fait de leur capacité à donner l’enfant.
L’union sera scellée dans la chaire, une plume sera marquée, par magie, entre les ailes des époux. Un anneau sera échangé entre les deux époux, anneaux en fil de nuages et scellé par un sort, il sera porté au niveau du pouce pour les hommes et du cinquième doigt pour les femmes. Lors de la mort de l’époux, l’anneau – autrefois blanc – deviendra noir comme l’ébène.
NB: le mariage homosexuel est intoléré et non possible, du fait du peu d'enfants dryas. L'attirance sexuelle pour le même sexe est tolérée, mais une dryas qui refusera de s'unir à un (voir plusieurs) dryds par attirance envers une femelle sera très très mal considérée par son peuple, dénigrée et rabaissée. Pour autant, pour des raisons de néonatalité, on ne l'exilera pas du royaume. Elle se devra d'assurer son rôle et de donner des enfants au peuple.
Le mariage interacial est accepté, en théorie. En réalité, les dryas ont tellement de mal à avoir des  enfants, qui plus est des femmes, qu'il n'est toléré que  - et seulement que - quand l'enfant né est une femme et une dryas. Soit très rarement.

Il faut savoir qu'avoir des moeurs libres en soit, ce n'est pas mal vu, mais c'est pour les enfants : quelle image les parents donnent aux enfants ? C'est plus ce côté là qui gène les dryds, ça ne donne pas une image de "famille". Ensuite, au niveau sexuel, les enfants - qu'ils soient hors mariage ou non - sont toujours acceptés dans la société, puisqu'ils sont trop peu nombreux, bien qu'il faut savoir que tous préféreront que les parents se marient (là encore pour l'image "familiale").
Au niveau de la sexualité, de manière assez surprenante, un homme qui ne fait que "coucher" auprès des femmes, sans savoir se poser sera vu comme un futur mauvais père (incapable de réfléchir, de faire passer le bien être de la société et donc, potentiellement de la famille, avant sa personne). Par contre, qu'une femme décide d'avoir plusieurs amants, ça ne choquera pas plus que ça. Là encore, c'est en cas de naissances qu'on s'attendra à ce qu'elle se marie aux pères des enfants.


Les funérailles
les moeurs des dryas
Ce peuple pense qu’un jour ou l’autre, tout redevient poussière. Ainsi, une fois qu’ils sont morts, leur corps est détruit à l’aide d’un sceau magique et transformé en poussière. Une seule plume sera conservée, par la famille et protégée de la décomposition par un sort. Le reste sera dispersé dans le vent, au-dessus de Corvi, pour que son âme à jamais côtoie les étoiles. Le défunt sera aimé et célébré, on chuchotera son nom par respect et on honorera régulièrement sa mémoire pour que jamais personne ne l’oublie.


L'homme/la femme
les moeurs des dryas
Les femmes sont généralement vues comme des princesses, des petites choses fragiles et à protéger. Du fait de leur nombre inférieur, elles ont généralement plusieurs maris, pour pouvoir faire prospérer leur race. C’est encore un des rares peuples qui refuse d’apprendre aux femmes à se battre, car s’ils le faisaient, elles s’exposeraient au danger, à la mort et elles sont bien trop peu nombreuses pour qu’ils acceptent de s’y risquer.
C'est donc sans difficulté que l'on comprend que la société est patriarcale et que les hommes, sous prétexte de protéger la femme d'un quelconque danger, s'octroient la plupart des postes à risques et à responsabilités.


Le handicap
les moeurs des dryas
En soit, le handicap n’est pas un problème et ils l’acceptent totalement. Chaque être est différent, tous doivent s’y accoutumer. Pour autant, si une dryas venait à développer un handicap, elle se verrait surprotégée, étouffée par ses pairs, et interdite de faire quoique ce soit d’autre que vivre au sein de Mywar, capitale de Corvi, pour sa propre sécurité. Le pire pour ce peuple est bel et bien le handicap, au niveau du sexe féminin, de base beaucoup moins présent que le sexe masculin.


- il fut décidé que la paix l'emporterait -
Revenir en haut Aller en bas
 

◊ Les dryas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux frontières des royaumes :: légendes oubliées :: arenaria :: corvi-