Et ainsi il eu une rencontre impromptue au marché [Fey]
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Et ainsi il eu une rencontre impromptue au marché [Fey]



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mar 7 Fév - 22:04

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 438
Points rps : 296

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Le quartier Valkoi semblait avoir la paix depuis quelques temps, depuis une dernière explosion qui avait fait volé Archibald Wingarth par à travers sa fenêtre. Une ironie pour un Dryd qui ne pouvait plus voler. Si le voisinage songeait qu’il ne ratait jamais une occasion de se donner en spectacle, les Dryas pardonnait un peu sa folie à cause de son membre manquant. À vrai dire, n’importe qui deviendrait fou s’il ne pouvait plus voler, n’est-ce pas ? Les Dryas était un peuple fait pour fendre les airs, c’était leur raison de vivre : voler, danser, chanter, protéger leurs femmes et vivre avec le sourire. Un des leurs condamné sur la terre causait beaucoup d’affliction.
Enfin, l’ingénieux ingénieur de génie (ça c’était lui qui le disait) ne causait plus de troubles ces derniers temps. Pour cause, il était un peu bloqué avec le dernier modèle en date de moteur, qui était une énigme à lui tout seul. Ceci était complètement de sa faute. Enfant d’artiste, il faisait parfois les choses à l’instinct, sauf qu’il oubliait de noter ses compositions sous l’impulsion créative. Même s’il n’avait pas mauvaise mémoire, impossible d’être précis sur des doses faites complètement au pif. Il se disait toujours qu’il devrait être plus consciencieux, cela lui éviterait de lui faire perdre un temps fou, mais il n’arrivait pas à s’y résoudre. C’est pourquoi il avait mis (très exceptionnellement) l’invention de sa vie de côté, ce prototype d’aile dans lequel il avait mis toute son âme. Il s’occupait d’éventuellement développer réellement cette machine qui grille le pain, ce qui lui semblait pratique pour gagner du temps le matin, et aussi cet arc à tir rapide. Bien sûr, cette «panne d’inspiration» pour sa prothèse ne durerait pas longtemps. Une semaine tout au plus. Archibald était un Dryd fort entêté qui ne supportait pas l’échec au point qu’il s’acharnait sur ses travaux jusqu’à ce qu’ils fonctionnent comme il le souhaite. Si certains savent admettre leur défaite, ce ne serait jamais son cas. Au grand détriment du quartier Valkoi, dont les hautes tours nuageuses cernée d’or et de faste vivaient au rythme des ses expériences foireuses. Leur seul répit était quand l’ingénieur dormait, mangeait, travaillait à la bibliothèque ou partait faire quelques courses (quand ce n’était pas son pauvre assistant qui s’y collait).  Et effectivement, il était parti faire des courses, ce qui sauva la sieste dominicale de certain. Il s’était rendu sur la Grande Place pour le Grand Marché alimentaire, où il achèterait fruits, légumes, pain, farine et oeufs. Il avait une liste stricte, qu’il suivait à la lettre car ses économies lui permettait de rares écarts. Il s’arrêta tout de même à une boucherie Newid pour s’autoriser le luxe de manger un peu de viande, et pris quelque petits poissons fraîchement pêchés sur un stand Seseli. Ses achats faits, il recompta ses quelques Valutas restant puis reparti, tête dans ses inventions, pestant quand même contre le poids de ses sacs. Il esquivait la foule nombreuse à cette heure, détournant un peu le regards des indigents venus mendier ici et là, qui seraient sûrement remplacés la nuit par de pauvres âme forcées à se prostituer et des mauvaises fréquentations.

[Voilà, tu peux l’aborder comme tu veux. Alors il rentrera en compagnie de Fey, elle aura le temps du trajet retour pour le cuisiner et pouvoir entrer chez lui ]
Revenir en haut Aller en bas
 

Et ainsi il eu une rencontre impromptue au marché [Fey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rouen - Jour de marché par PISSARO
» Les marchés de Noel à travers le monde
» De l'opera au marché
» Alain Le Vern en a décidé ainsi...
» qu'est ce qui nous fait courir ainsi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Centre ville :: grande place-