Livraison... explosive.
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Livraison... explosive.



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ven 10 Mar - 0:49

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 149
Points rps : 190

Arrivée en Arenaria : 02/03/2017
Localisation : Sous une couette
Fonction/métier : Herboriste

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:



     Finn vérifia une dernière fois la commande que le Dryd lui avait laissée quelques jours plus tôt. L'infusion qu'il voulait avait été en rupture de stock le jour où il était passé à l'herboristerie. Au lieu de revenir deux fois de suite pour de simples sachets de tisane, le lièvre lui avait proposé de livrer le tout chez lui une fois ses réserves refaites. Désormais sûr que tout était là -après avoir recompté les paquets une bonne demi-douzaine de fois au cas où-, il rangea les produits dans un petit sac de toile où était inscrit le nom du magasin. Un dessin de fleur de mandragore décorait l'emballage. Il ajouta un bâton d'encens en cadeau, comme il le faisait généralement pour les livraisons à domicile. La note ayant déjà été réglée, il n'avait pas à se soucier de ce détail. Il ferma sa boutique le temps du voyage. Le garçon se dirigea aisément dans son quartier, évita sans trop de mal les gens qui flânaient ici et là. Il surveillait tout de même les quelques gros félins du coin d'un oeil pas très rassuré, accélérant le pas quand un chat XXL bailla en dévoilant ses crocs.

     Mais il avait oublié que celui de Valkoi était lumineux. Très lumineux. Trop lumineux. Le métamorphe avait beaucoup de mal à se repérer dans un tel endroit brillant le luxe et les paillettes. Plisser les yeux ne changeait rien. Le Newid préférait la lumière tamisée de sa boutique. Pas trop sombre pour que les clients voient ce qu'ils achètent, mais pas trop claire non plus pour ne pas lui cramer les rétines. Et comme d'habitude, il avait oublié ses lunettes. C'était à se demander à quoi elles lui servaient, hormis de décoration sur un meuble.
Plusieurs fois il aborda des passants, non sans mal, afin de savoir où se trouvait précisément l'atelier d'Archibald. Plusieurs fois on lui dit d'éviter de s'en approcher. Merci, mais il avait une commande à livrer et il n'était pas très à l'heure. Sa dernière cliente, une petite mamie fort sympathique, lui avait raconté sa vie pendant qu'il la servait. Elle aurait pu continuer longtemps s'il ne lui avait pas gentiment invité à prendre congé au bout d'une demi-heure. Il n'était pas arrivé à la couper plus tôt. Elle retrouvait toujours une histoire à partager quand il ouvrait les lèvres pour lui demander de s'en aller. Certes, "dans la journée" était une plage horaire large, mais il ne voulait pas le faire attendre trop longtemps pour rien. Parce qu’en général les gens n'aiment pas attendre et ils l'engueulent après. Et lui n'aime pas s'en prendre plein la figure pour quelques feuilles séchées.

     Une âme charitable accepta de lui indiquer le chemin. Le jeune homme la remercia et fila dans ladite direction, évitant de justesse de foncer dans ces masses qu'étaient les habitants du quartier. L'herboriste manqua de peu de se prendre un coup d'aile involontaire, n'ayant pas remarqué les plumes blanches qu'une dryas étirait nonchalamment. En y repensant, le blond ne connaissait pas son client plus que cela. Celui-ci venait parfois chez lui, achetait le même genre d'herbes à chaque fois. Il se souvint de la légère surprise qu'il eut en voyant cet homme doté d'une seule et unique aile. Non pas qu'il s'intéressait spécialement à la vie des autres, mais ça titillait tout de même sa curiosité. Il lui avait vaguement parlé de son atelier, sans plus de précisions. Il se demandait ce qu'il y faisait pour que les voisins invitent le garçon à faire demi-tour, pour ne pas dire fuir aussi loin qu'il le pouvait.
Il arriva enfin à destination. Le jeune homme allait toquer à la porte lorsqu'une explosion retentit de l'autre côté. Il sursauta ; ses oreilles se dressèrent aussitôt. Le Newid resta plusieurs longues secondes immobile, la respiration coupée. L'une de ses paraboles se tourna vers l'arrière, revint face à la porte. Le calme revenu, son coeur arrêta de tambouriner dans sa poitrine et ses oreilles disparurent. Il toqua enfin, s'attendant à voir celui qui avait provoqué ce bruit les cheveux en bataille et le visage noir de fumée.

« Erm... Archibald ? C'est Finn, je viens livrer ta commande. »
- il fut décidé que la paix l'emporterait -


   
HI ! I'M CUTE !
(´・ω・)ノ
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar - 19:32

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 427
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Il y avait déjà quelques temps que le voisinage de l’étage inférieur du quartier Valkoi avait retrouvé un peu de calme. La dernière explosion remontait déjà à quelques temps déjà, ce qui avait permis à ses habitants et commerçants de vivre en paix. Mais ceux-ci trouvait cette accalmie bien trop suspecte, à croire que le fou local était mort lors de la dernière. Mais le fait qu’on pouvait voir Archibald Wingarth vaquer à ses occupations quotidiennes niait cette hypothèse. En réalité, les gens craignaient qu’il préparât quelque chose de bien plus gros, de bien plus terrible. Ils doutaient franchement que les visites régulières de la Garde de Ceti aie réussi à convaincre ce crâne de moineau d’arrêter ses expériences dont on ne savait rien. En effet, quand un curieux l’interrogeait sur ses travaux, il répondait toujours quelque chose de différent, ainsi personne n’en savait rien puisque tout le monde avait un avis différent. Certains colportent la rumeur qu’il essayerait, entre autre, de faire une sorte d’aile pour lui permettre de planer car ils l’auraient vu tester des sortes de prototypes, mais l’excentrique inventeur niait avec insistance ces faits. Ces derniers temps il racontait qu’il essayait de développer une machine qui servait à griller le pain, ce qu’il nommait sobrement «machine à griller le pain», bien qu’il avait fini par raccourcir ça par «grille-pain». Ceci expliquait les légères odeurs de grillé quand on passait devant chez lui, car il avait apparemment des soucis de «contrôle du dosage de la chaleur».En réalité, cela faisait déjà quelques semaines qu’Archibald s’était convaincu que son dernier modèle de moteur était le bon. Le souci est qu’il n’arrivait à régler la surchauffe qu’entrainait son fonctionnement, et irrémédiablement, il commençait à flamber puis risquait d’exploser. Sauf qu’ayant augmenté la puissance de ce dernier au fur et à mesure de ses essais, il se devait de l’arrêter juste avant car sa puissance explosive serait un peu trop puissante pour que ce ne soit pas un minimum dangereux. Aujourd’hui, Ethael était absent (il avait sûrement bien fait, vu sur quoi travaillait son compère) et il essayait d’ajouter un composant qui permettrait au moteur de se refroidir. Armé de lunettes de soudeur et d’outils d’une précision millimétrique, il tripotait ce qu’il considérait comme le défaut de son oeuvre. L’ouvrage était délicat, car le moindre engrenage de déplacé et l’instabilité de son mélange de Poussière recette maison le lui ferait payer...

La paranoïa des habitants de Valkoi eut alors raison. Une explosion retentit, résultat d’un moteur trop tatillon et d’un ingénieur qui était tellement concentré dans son ouvrage qu’il sursauta quand un coup de vent ouvrit à la volée sa fenêtre mal fermée. Le bruit caractéristique du moteur qui s’emballe permit au Dryd d’avoir le réflexe de fuir pour ne pas se prendre l’onde de plein fouet. Il se jeta derrière une étagère, mais le souffle brisa les fenêtres et l’envoya quand même rouler quelques mètres plus loin. Il remercia Athair et Mathair d’être encore une fois en vie quand quelqu’un toqua à la porte. Pas vraiment de bonne humeur car encore impressionné par sa propre bêtise, il grommela en se relevant péniblement à cause des bleus occasionnés par sa chute. Il ouvrit la porte, ses lunettes encore sur les yeux, pour voir la face à moitié décomposée de l’apothicaire, venu livrer sa commande.

- Finn ! Comment vas-tu ? Tu tombes à pic, j’ai quelques bleus à soigner ! S’exclama-t-il joyeusement comme si rien ne s’était passé. Il releva ses lunettes, pour les mettre sur son front, lui laissant une marque autour de son visage noirci par la cendre. Ses boucles blondes avaient été remplacé par une tignasse indescriptible, littéralement coiffé au pétard.

- Ne t’inquiètes pas pour tout ça, le pire est passé ! Veux-tu quelque chose à boire ? Tu n’as pas l’air en forme...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Mai - 19:49

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 149
Points rps : 190

Arrivée en Arenaria : 02/03/2017
Localisation : Sous une couette
Fonction/métier : Herboriste

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:



     Archibald ouvrit enfin. Oh. Le lièvre avait vu juste. Quoi qu'il en était un peu étonné. Il avait toujours pensé que ce genre de chose n'arrivait que dans les histoires. Il apprenait également que des cheveux pouvaient se transformer en masse informe lors de ces moments. Bon à savoir. Toujours aussi peu rassuré par la violence de l'explosion qui avait réduit les vitres en éclats, il avança doucement dans la demeure. Ses yeux cherchèrent furtivement la source du problème. Certains meubles étaient carrément couchés sur le flanc. Il restait attentif à tout. Une odeur inhabituelle chatouilla ses narines. Le jeune homme n'arrivait pas à la définir. Elle était très loin de ses plantes habituelles en tout cas. Et pas très agréable non plus. Il avait bien fait de mettre de l'encens avec le reste. Son regard se tourna vers l'inventeur. Une esquisse de sourire étira ses lèvres pour le rassurer.

« Ça va, ça va. J'ai... juste été surpris par l'explosion... Et toi, comment vas-tu ? »

     Ça avait l'air d'aller. Mais comment le blond pouvait-il ne faire comme si rien ne s'était passé ? Enfin... ça a fait boom, quoi. Ce n'était pas un petit pétard qui avait éclaté, plutôt un truc qui aurait pu anéantir la moitié de son atelier, et l'emporter avec si la chance n'avait pas été de son côté cette fois. L'apothicaire comprenait mieux maintenant pourquoi on lui disait de faire demi-tour avant qu'il ne soit trop tard. Il osa déplacer quelques papiers sur la première table venue pour sortir la commande du Dryd de son sachet.

« Si j'ai bien lu ce que tu as écrit sur ta commande, tout y est. Les sachets de tisane, les bandages, le baume... dit-il en posant le tout soigneusement en même temps qu'il énumérait les ingrédients. C'est bon ? Et ça c'est en cadeau. »

     Il mit le bâton d'encens à côté du reste. L'herboriste se tourna vers l'être ailé. Il remarqua des taches sombres sur sa peau, sans doute, des hématomes dus aux chocs. Le lièvre hésita un instant avant d'ouvrir la bouche. C'était toujours aussi difficile pour lui de lancer une discussion. Pourtant, il savait qu'Archi était sympa. C'était plus fort que lui malgré ses efforts, c'est tout. Il prit une inspiration silencieuse et se lança.

« Tu... veux de l'aide pour soigner tes blessures ou ça va aller ? »
- il fut décidé que la paix l'emporterait -


   
HI ! I'M CUTE !
(´・ω・)ノ
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai - 16:32

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 427
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Le Dryd, absolument pas perturbé par ce qu’il considérait comme un évènement tout à fait normal, invita donc le Newid a entrer. Finn n’avait pas l’air très rassuré. En même temps il pouvait comprendre que pour les non-initiés, cela pouvait paraître impressionnant. Ce qui l’inquiétait en l’état actuel des choses, c’est que les voisins puissent venir frapper à sa porte pour se plaindre encore une fois de ses expériences. Et surtout que la garde rapplique. Il ne voudrait pas se confronter une nouvelle fois à cette garde Feugh peu commode. Il demanda comment se portait l’apothicaire alors venu apporter sa commande. Celui-ci lui retourna la politesse.

- Oh, je viens très bien, je l’ai dit, ce n’est que quelques bleus, répondit-il avec un sourire joyeux alors qu’un filet de sang commençait à descendre de sa tempe droite. Il l’invita à pénétrer dans son atelier, mais à peine le newid était entré que la porte tomba dans un bruit sourd. Bon, au moins plus personne ne pouvait frapper et le déranger. En revanche cela veut dire qu’il allait passer quelques temps à la réparer. Il fit automatiquement volte face pour s’intéresser à ce qui avait casser tandis qu’il écoutait à moitié Finn qui récapitulait sa commande. Il hocha machinalement la tête pour lui répondre avant de s’emparer d’une lourde boite à outil. De toutes façons il lui faisait confiance, Finn savait faire son travail correctement.

- Je crois que les gonds ne sont pas assez solides. Il faut que je trouve un moyen que cette porte résiste aux explosions, car cela voudrait dire qu’on pourrait facilement l’enfoncer malgré la serrure que j’ai mis au point...

Il se gratta la tête et sentit enfin le sang qui avait pourtant infiltré jusqu’à son cou. Il sortit juste un mouchoir de sa poche et s’en inquiéta pas. Il lui était arrivé bien pire, comme une fois où la pièce de l’atelier avait été rayée de la carte. Il finit par se désintéresser de la porte pour revenir vers Finn, qui lui avait demandé s’il souhaitait de l’aide pour ses blessures.

- Mais non, ne t’inquiète pas, tout va bien ! Assura le Dryd, qui s’assit sur uen chaise et lâcha une cri de douleur surpris quand il sentit qu’il avait un énorme bleu sur les fesses.

- Quoique je veux bien tester ton baume finalement... Tu veux du thé ? Lança-t-il machinalement en ramassant la théière en fonte qui avait miraculeusement survécu, conservant le liquide à l’intérieur. Ce ne fut pas le cas du cadre de la fenêtre qui tomba dans un grand bruit de verre brisé, qui laissa pourtant Archibald imperturbable puisqu’en ce moment à la recherche d’une tasse qui n’était pas en miettes dans l’atelier. Il finit par en prendre deux dans la cuisine, et versa le reste d’infusion dedans. Pendant ce temps, son saignement à la tempe repris.


Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin - 19:39

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 149
Points rps : 190

Arrivée en Arenaria : 02/03/2017
Localisation : Sous une couette
Fonction/métier : Herboriste

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:



     Finn ne semblait pas vraiment le croire, plissa légèrement les paupières. Le filet de sang sur sa tempe l'inquiétait et s'agiter comme il le faisait n'arrangerait pas les choses. Il allait s'en mettre partout. Il n'ajouta cependant rien. Archibald s'entêtait à dire que tout allait pour le mieux, ce n'était pas la peine d'insister. À peine s'était-il glissé dans l'atelier qu'une nouvelle frayeur le fit se contracter de surprise. Il jeta un oeil à la porte désormais au sol. Encore un peu et il se la serait prise en pleine tête. Il remercia Bwyst, ayant frôlé la catastrophe de près. Le bouclé ne verrait pas le coucher du soleil ce soir s'il continuait à avoir des sauts d'angoisse comme ça. Il prit une grande inspiration et souffla, se calma comme il put.

     Tandis qu'il déballait les objets du sac en toile, il regarda le blond chercher une solution pour réparer la porte. Comment arrivait-il à agir aussi naturellement alors que son atelier tombait en ruine et qu'il était blessé ? La moindre égratignure avec une ronce et c'était la fin du léporidé. Alors le voir s'agiter avec cette boîte à outils du sang plein la tempe et les cheveux le surprenait. Il devait en avoir l'habitude, mais quand même. Il lui posa une nouvelle fois la question, mais le Dryd ne voulait rien savoir. Son angoisse avait commencé à s'en aller lorsque le cri de l'ange la fit remonter en flèche. Le lièvre sursauta une nouvelle fois et lâcha le sac vide qu'il avait gardé en main. Sous une telle frayeur ses oreilles refirent leur apparition. Il n'y fit pas attention tout de suite. C'est en les bougeant qu'il comprit qu'elles s'étaient transformées. À sa question, il acquiesça, encore sous l'émotion qu'il venait de subir.

« Ou... Oui, s'il te plait. »

     Une infusion le détendrait. Il aurait pu calmer le tambourinement de son cœur si la fenêtre ne s'y était pas mise, elle aussi. Dos à elle, il n'avait rien pu prévoir. S'en fut trop. L'espèce de pompon blanc qui lui servait de queue s'invita. La honte. S'il avait fini par plus ou moins accepter ses paraboles, ce n'était pas encore le cas de sa queue. C'était ridicule. Le Newid tira sur son pull pour essayer de la cacher. Mais la bosse formée était plus visible que la queue elle-même. Il abandonna cette idée, bien qu'il voulait se planquer quelque part en attendant que ça disparaisse. Ou fuir, loin. Il aimait bien cet inventeur, mais avec ce qu'il venait de se passer, il ne voulait pas vraiment rester dans un endroit qui finirait par lui faire faire une attaque cardiaque. Ou au moins prendre l'air cinq minutes s'il ne voulait pas que son état empire plus qu'il ne l'était déjà.

     C'est avec des mains tremblantes qu'il prit la tasse qu'Archi lui donnait. Le blond le remercia et lui tendit le baume en échange. Il trouva une chaise, vérifia qu'elle n'allait pas se décomposer et s'assit. Il n'y avait plus qu'à attendre que le stress redescende. Il essayait de ne pas trop le montrer, mais c'était raté. Il ne fallait pas être un génie pour voir que le jeune homme n'était plus vraiment dans son état normal. Des tremblements, un regard à l’affût du moindre mouvement, une respiration rapide ; autant de signes d'une proie apeurée. Il souffla sur le liquide chaud et but une première gorgée de thé. Seules ses oreilles bougeaient dans tous les sens, cherchant l'orientation du prochain craquement.
- il fut décidé que la paix l'emporterait -


   
HI ! I'M CUTE !
(´・ω・)ノ
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Juin - 15:29

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 427
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Finn lui semblait très stressé, comme anxieux. Archibald avait remarqué que c’était dans la nature de l’apothicaire, mais il ne comprenait pas pourquoi il l’était autant alors qu’il venait en terrain connu. Le Dryd oubliait comme à son habitude que tout monde n’était pas aussi résistant qu’Ethael à ses frasques explosives et son attitude étrange. Il ne put néanmoins s’empêcher de regarder les oreilles de lièvre qui étaient apparues à la place de ses oreilles humaines. Il jugeait la capacité de métamorphose des Newids tout de même assez fascinante. Il imaginait que passer d’un corps à un autre devait être une expérience unique, sûrement assez agréable pour les changeformes d’Arenaria. Il n’avait jamais vraiment osé poser des questions à ce sujet aux Newids de son entourage, aussi envahissants pouvait-il être. Haven se dessina un instant dans sa tête puis s’effaça immédiatement quand il se concentra à nouveau sur son invité. Il ramassa son sac, puis proposa de le mettre en hauteur.

Il y a pas mal de cendre ou de poussière qui traine à cause de mon travail, ce serait dommage de le salir, précisa le Dryd. Il songea que peut-être qu’il devrait inventer une machine qui permette ne nettoyer plus efficacement le sol qu’un balais. Par exemple, une sorte de balais qui aspire la poussière sur le sol, qui ferait arriver tout ça dans une sorte de compartiment détachable pour tout jeter d’un coup. Il pourrait appeler ça un aspire-sol. Ça sonnait bien, «aspire-sol». Il secoua la tête pour chasser cette idée de son cerveau bien trop fécond. Il devait penser à l’aile, se concentrer sur l’aile, terminer l’aile. Il finit par s’assoir en lâchant un petit cri dû au bleu sur sa fesse, qui sembla bien tuer d’une crise cardiaque le petit lièvre. Archibald ne le remarqua pas vraiment, se contentant de proposer du thé. Il songea à une infusion avec une plante apaisante, avec une touche de miel. Cela devrait sûrement apaiser son invité, même s’il ne comprenait pas ce qu’il l’angoissait autant. Il disparut quelques minutes dans la cuisine pour amener deux tasse bien chaudes aux douces senteurs. Le dryd prit volontiers le beaume, et s’éclipsa à nouveau pour avoir un peu d’intimité. Non, il ne montrerait pas sa lune à un étranger, même à un membre d’un peuple qui passait sa vie à courir nu. Et encore, Finn semblait connaître l’utilité des vêtements, lui. Il sentit tout de suite un effet rafraîchissant qui fut salvateur. Il n’y a pas à dire, il en avait pour ses Valutas. Il se décida enfin à essuyer son front et à y appliquer un pansement.

- Très efficace ce baume ! Réapparut-il d’un seul coup, tellement soudainement que l’herboriste allait sûrement quitter ce monde avec cette attaque surprise. Tu n’as pas l’air dans ton assiette Finn. Peut-être veux-tu encore de la tisane ? Oh, et ne t’inquiète pas, plus rien ne risque d’exploser, je pense qu’au vu cette aventure, j’ai terminé pour aujourd’hui, lança-t-il d’un air rieur. Sinon la boutique marche bien ? S’enquit-il finalement pour lancer la conversation sur un un terrain ou le newid serait sûrement plus à l’aise.


Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Juil - 3:41

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 149
Points rps : 190

Arrivée en Arenaria : 02/03/2017
Localisation : Sous une couette
Fonction/métier : Herboriste

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:



     Finn le laissa s'éclipser. Si lui se fichait de voir les gens nus, autant son peuple que ceux des autres royaumes, le Dryd n'était sans doute pas du genre à montrer son corps au premier venu. Surtout la partie où se trouvait le bleu qui lui avait fait si mal en s’asseyant. Il termina sa tasse en attendant son retour. L'herboriste utilisait rarement du miel pour ses propres tisanes. Il préférait le garder pour ses clients. Mais ce n'était pas mauvais et rajoutait une petite touche sucrée à la boisson. Il en reprendrait bien une tasse si l'on lui proposait.

« Très efficace ce baume ! »

     Archibald était réapparu de nulle part. Vraiment, le lièvre allait finir sa vie ici s'il continuait à le terroriser de la sorte. S'il n'était pas habillé, nul doute qu'il se serait entièrement transformé. Heureusement que sa tasse était vide, il aurait renversé du thé partout sinon. Le sol était déjà assez sale pour ne pas rajouter des taches en plus... Tant mieux si le baume lui convenait. le jeune homme avait changé quelques ingrédients pour que l'effet soit plus rapide. Ce qui semblait être le cas. N'ayant pas encore écoulé tout le stock de l'ancienne formule, il n'avait pas officiellement mis en vente celui-là. Par conséquent, les retours étaient limités. L'inventeur était un peu un cobaye, bien que le Newid l'ait déjà testé sur lui-même, au cas où. S'il était efficace pour des blessures dues à des explosions, un simple cognement d'orteil contre un meuble ne devrait pas poser beaucoup de problèmes. Il pourra donc préparer d'autres pots sans se tracasser. Il leva ses yeux sur l'inventeur lorsqu'il lui adressa de nouveau la parole.

« Ça va, ça va... »

     Non, ça n'allait pas. Le bouclé ne lui en voulait pas, ce n'était pas sa faute, mais il ne pouvait pas lui dire que tout allait bien. Tout chez le blond montrait qu'il était au bord de l'évanouissement. Il préféra ne pas s'attarder sur son état et enchaîna :

« J'en veux bien encore une tasse, s'il te plaît..., dit-il en lui rendant le récipient. Sinon ça se passe bien oui. En ce moment les gens sont à fond sur les fleurs. Les nouveaux hybrides sont très demandés. »

     Il fallait dire que de nombreuses variétés étrangères aux Newids étaient en train de fleurir avec les beaux jours. Elles attiraient les curieux qui les remarquaient derrière les vitres. Croisés ensembles, celles qui arrivaient à pousser donnaient un plus large panel de formes et de couleurs. L’apothicaire pouvait expérimenter d'autres hybrides avec l'agent qu'il récoltait. Son pompon finit par disparaître. Ses oreilles mirent plus de temps à redevenir humaines. Il commençait enfin à se calmer.
  Peut-être devrait-il lui dire pour son problème de vision. Il n’aimait pas se plaindre, mais si cela pouvait éviter au Dryd de le surprendre à l'avenir, même involontairement, il ne lui semblerait plus si tendu. Il le remercia lorsqu'il lui redonna la tasse, but une nouvelle gorgée. Il n'arrivait pas à se décider. Finn se mordilla la lèvre, hésitant. Il se lança enfin :

« Archi, il faut que je te dise... En fait, je vois mal. Presque tout est flou. Alors forcément quand quelque chose tombe ou quand tu reviens sans prévenir... ça me fait peur. Rajoute ça à un caractère pas très solide et je suis bon pour la crise de panique. Ça peut paraître idiot, je sais... Pourtant j'essaye de faire des efforts. »

     Puisque ce n'était pas un handicap visible dès le premier regard -c'était le cas de le dire-, ce n'était pas toujours facile de faire comprendre aux autres que quelque chose de banal pour eux pouvait être très surprenant pour lui. Maintenant il voulait se cacher, comme s'il craignait que l'homme en face se moque de lui. Mais au moins c'était dit. Il prit sur lui et but une autre gorgée de la tisane pour lui faire passer l'envie de se planquer sous un meuble qui tenait encore debout.
- il fut décidé que la paix l'emporterait -


   
HI ! I'M CUTE !
(´・ω・)ノ
Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Livraison... explosive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment organiser une livraison?
» eBay sans frais de livraison internationaux
» Nouveau : Livraison par triporteur à Dijon
» Quel délai de livraison avec sugarpill???
» Problème de livraison colis MAC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Quartier Valkoi :: Résidences :: Atelier d'Archibald-