◊ L'histoire d'Arenaria
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 ◊ L'histoire d'Arenaria



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dim 4 Sep - 20:29

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 151
Points rps : 237

Arrivée en Arenaria : 19/08/2015
Localisation : Quelque part en Arenaria
Fonction/métier : Je dirige le monde





L'histoire
Pour ne pas oublier
Autrefois, le territoire d'Arenaria était divisé en deux grands royaumes : Allyria et Bàniom. Allyria était un royaume magique, complètement indépendant grâce au sang exceptionnel qui courrait dans les veines de ses habitants. Bàniom était tout l’opposé, dénué de magie, fondé sur la raison et la logique, la science et la découverte. Tous les opposaient et pourtant, un pont, unique moyen de passer d’un royaume à l’autre, les réunissait.
Pendant des années ils furent compagnons, voisins, partenaires, alliés puis un jour, la Capitale Grise naquit. Au centre de Bàniom, une citadelle fortifiée, grise comme l’Acier, dirigée par un tyran fou, prit le contrôle – par le sang et la violence – du peuple non magique. Chaque espèce fut condamnée, certaines se sauvèrent, trouvant refuge (pour certains) en Allyria.
Bàniom coupa les ponts, littéralement, avec Allyria, détruisant le seul lien qui les unissait au royaume. Peu à peu, le royaume tomba en autarcie. Rien ne sortait de ses frontières, les habitants d’Allyria souhaitant y entrer étaient refoulés, parfois même tués à quelques pas de la frontière.

Arhyan le Grand, Tyran et maître du royaume de Bàniom, qui avait fait de son royaume une entité capable de se débrouiller par elle-même, mourut dans d’étranges circonstances, une vingtaine d’années après avoir coupé les ponts avec Allyria. Lentement, mais sûrement, le royaume s’ouvrit à nouveau à ses voisins, le commerce maritime se mit en place, les royaumes s’étendirent et vinrent, cette fois-ci à se rejoindre complètement. La magie ? La science ? Personne ne sut comment Allyria et Bàniom ne formèrent plus qu’un continent, mais tout le monde s’en contenta. Peu à peu, des échanges maritimes, terrestres et aériens furent mis en place. Les échanges se prolongeaient, chaque royaume apprenant de l’autre.
Les populations commencèrent à se mélanger et les unions, autrefois prohibées entre les deux peuples, vinrent à se réaliser. Pourtant, le fils d’Arhyan le Grand, Tybhios le Premier déclara la guerre à Allyria, deux cents ans avant la Réunification.
Un beau jour d’été, les cavaliers de Bàniom, ainsi que sa flotte maritime et aérienne envahirent le pays, tuant et détruisant tout ce qui se trouvait sur leur passage. Tybhios pourtant fit une grande erreur, il sous-estima la puissance magique de son voisin, croyant que ce n’était là qu’une affabulation, un conte pour enfants.
Très vite, le court des choses s’inversa. Là où Bàniom se fit violent, direct, Allyria choisit la ruse et la malice. Là où Bàniom violait et détruisait, utilisant des armes, des poisons et des engins étranges, Allyria répliquait à jets de flammes et à coups de tornades. Pendant longtemps les forces s’équilibrèrent, il se passa cent ans pendant lesquels la paix ne put s’installer. Il ne se passa pas un jour sans que l’un de deux royaumes lance une escarmouche contre l’autre, cherchant à priver son voisin d’une ressource inestimable ou cherchant à lui arracher la vie de son peuple.

On ne sait pas réellement comment la guerre a pris fin, est-ce qu’à force de voir tant d’atrocités les peuples ont demandé la paix ? Est-ce le manque de ressources ou la venue des dragons qui a clôturé le combat ? Si un jour il y a eu une raison, l’Histoire l’a désormais oubliée. Les deux grandes puissances se réunirent, mais des deux peuples, autrefois si différents, il ne restait pas grand-chose. Les unions, les mariages et un soupçon de magie donnèrent naissance à cinq races différentes, la génétique fit ensuite le reste. Toutes étaient basées sur les Races ancestrales, ayant déjà vécue en Bàniom ou en Allyria. Certains membres de ces dernières ne développaient pas les caractéristiques propres à la race et pendant des siècles, ils furent considérés comme maudits, comme pestiférés, comme des horreurs à tuer. Des chasses, des purges furent instaurées et beaucoup d’innocents, simplement différents, périrent.
Avec la différence, vient souvent la haine, le mépris et la violence. Alors que la paix semblait régner, l’un des cinq royaumes entra en guerre, déclarant les débuts de qui se nomme désormais l’Ère Sombre.

Arietis, la contrée des changes-formes, se retrouva en guerre contre Eirdani, les montagnes accueillant le feu, les dragons. Leurs frontières étaient perpétuellement attaquées, les familles massacrées et les vengeances furent promises, par-delà des générations. Cephei et Corvi ne pouvaient pas se voir en peinture et ces deux peuples ne cessèrent de s’entre-tuer, les prétextes n’étant que de nouveaux arguments pour soulager leur conscience et leur jalousie maladive envers le voisin. Octantis, pendant longtemps, se contenta d’alimenter le feu de la haine, préférant la mer pour propager rumeur et promesses, pour répandre poisons et menaces incertaines. Intouchables du fait de leur situation maritime, peu de seseli souffrirent de la situation et Octantis s’en sorti vainqueur.

Lyannah la Sage fut celle qui permit la réunification et fonda l’An 0. Ce fut la créatrice de la réunification, celle qui fit construire Ceti. On ne connaît pas ses véritables origines, à écouter les légendes elle est la fille du feu et de l’eau, la descendante de la terre et l’enfant du ciel, capable de lire à travers chaque esprit qu’elle croisait. Divinité, femme mystérieuse, à la fois dragon et newid, on ne sait pas distinguer la vérité de l’imaginaire concernant cette femme, fondatrice d’un nouveau monde, d’une nouvelle ère. Ce fut elle qui, un beau jour de printemps, envoya une lettre à chaque dirigeant de chaque royaume. Dans cette dernière, elle expliqua la situation, lia le manuscrit à un ancien sortilège et convainquit chaque dirigeant de se rassembler, de venir avec son armée à un point clé. Un point qu’elle aurait défini et choisi par ses soins. Cette localisation fut le lieu de fondation de Ceti, parfaitement localisée à l'entrecroisement des routes menant à chaque royaume.
On raconte que les armées sont venues, en grand nombre et en grande pompe, que sous leurs yeux ébahis, Lyannah aurait alors changé de forme, pour se transformer en un dragon (l’emblème du peuple feugh), puis en dryas, en wyyn et enfin en seseli, elle serait alors redevenue une simple newid. Elle était l’entité même de la réunification, elle était tous les peuples et aucun à la fois. On raconte que suite à ça tous les dirigeants auraient posé leurs armes et auraient accepté de l’écouter. Six nuits et six jours se sont alors succédés et de leurs communs échanges est né le Pacte. Le Pacte fondateur de Ceti. Celui qui certifie qu’en cette ville, aucune origine ne sera prioritaire, que l’union fera la force, que la différence sera le ciment de la ville et que l’originalité ne sera qu’une qualité de chacun de ses habitants. Chaque royaume accepta de mettre au service de la ville une ressource de sa contrée et chaque dirigeant s’engagea à fournir l’un de ses meilleurs éléments pour diriger le conseil des Cinq, celui qui dirigera Ceti et ses habitants. Ceti serait alors le centre d’Arenaria, la ville où toutes les connaissances seraient réunies, là où les sor'cières seraient formées, là où les soldats deviendraient des hommes de loi, là où chaque citoyen pourra choisir son avenir. Ceti fut fondée en une semaine, la ville fut construite par chaque peuple et possède donc une architecture propre à aucun des peuples existants. Cela fait désormais trois-cent-soixante-dix ans que Ceti a été fondée, autant de temps que la paix règne en Arenaria.

NB : Nous ne savons pas ce qu'est devenue Lyannah. Elle a disparue. Certains racontent que sa vie s'est arrêtée une fois sa destinée réalisée, d'autres que ce n'était qu'une chimère créée pour la réalisation du Pacte, d'autres encore qu'elle est partie aidée d'autres contrées. Beaucoup de légendes circulent, peu s'intéressent à la vraie raison de sa disparition.

- il fut décidé que la paix l'emporterait -
Revenir en haut Aller en bas
 

◊ L'histoire d'Arenaria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux frontières des royaumes :: légendes oubliées :: arenaria-