Rencontre autour d'un parfum (Lysrhana)
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Rencontre autour d'un parfum (Lysrhana)



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 24 Juin - 21:02

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 63
Points rps : 122

Arrivée en Arenaria : 26/05/2017
Localisation : Probablement chez elle dans le quartier Valkoi

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Cette histoire commença par une chaude après-midi de juin dans la ville de Ceti. Le soleil brillait et réchauffait la terre de ses rayons. Rares étaient les nuages présents dans le ciel et la plus grande partie se trouvait dans le céleste quartier Valkoi où vivaient essentiellement des dryas. Cette race ailée, venue du royaume de Corvi, avait, comme chacune des autres races vivant à Ceti, son propre quartier rappelant son royaume d'origine. Les habitants de Ceti pouvaient cependant vivre dans n'importe quel quartier quelque soit leur race. C'est au quartier Valkoi et plus précisément à une personne y habitant que nous allons nous intéresser. Le quartier Valkoi était composé de deux partie : une terrestre et une céleste. Pour atteindre cette dernière, perchée sur des nuages, le seul moyen était de voler ou d'avoir un moyen de locomotion volant. Dans les rues du quartier Valkoi, il était possible de croiser, en plus des dryas, des newid ayant une forme animale ailée et des individus de toute race venus par la voie des airs grâce à un moyen de transport, des créatures volantes comme des Pégases et des cleites. Dans une rue non commerçante où ne se trouvaient que des maisons, il était possible de voir nombre de ces créatures. C'était une rue tranquille, avec relativement peu de passage, en dehors de ceux qui vivaient là. Les habitants du quartier cohabitaient sans le moindre souci avec toutes ces créatures qu'ils avaient l'habitude de voir chaque jour. D'ailleurs, dans presque chacune des maisons de cette rue, il y avait des cleites comme animaux de compagnie. C'était par exemple le cas chez les Falriel.

La famille Falriel vivait dans une grande demeure de couleur claire, comme la plupart des demeures dryas, comptant deux étages et plusieurs fenêtres qui la rendait très lumineuse. Des sortes de sculptures florales sur des panneaux de bois blancs ornaient le dessus de la porte ainsi que les fenêtres. La famille Falriel comptait une dizaine de personnes, auxquelles s'ajoutaient deux gouvernantes newid, Sunya Riellingkar et Elisu Hunlura. En cette après-midi de juin, la maison était vraiment très calme. Les membres de la famille Falriel étaient presque tous absents parce qu'ils travaillaient ou étaient sortis seuls ou avec des amis. Du côté des gouvernantes, Sunya était en congé. Il ne restait donc plus à la maison que la petite dernière de la famille, Lyra, et sa gouvernante, Elisu. Quand on pénétrait à l'intérieur de la demeure des Falriel et qu'on allait au-delà de l'entrée, on se retrouvait dans un grand salon. De part et d'autre d'une longue table basse se trouvait des fauteuils et des canapés. Dans la pièce, il y avait également un piano et tout un pan de mur était occupé par une bibliothèque. Aux murs, il était possible de voir des peintures et des dessins réalisés par différents membres de la famille ou offerts par des amis. C'était dans cette pièce que se trouvait Lyra. Petite dernière de cette famille de huit enfants, Lyra était âgée de seize ans. C'était une dryas de petite taille, mince et au teint pâle qui avait l'air aussi fragile qu'une poupée de porcelaine. En cette après-midi de juin, la jeune fille, aux longs cheveux blonds et bouclés et aux yeux noisette, était assise dans l'un des fauteuils du salon. Vêtue d'une robe blanche, elle caressait un cleite en souriant, tandis que d'autres jouaient à ses pieds. Sur la table basse, devant elle, se trouvaient un carnet à dessins et un crayon. Voir Lyra sourire et s'amuser fit plaisir à Elisu, sa gouvernante, qui passa dans le salon à ce moment-là.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Juin - 21:23

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 343
Points rps : 310

Arrivée en Arenaria : 01/01/2017
Localisation : Quelque part dans Ceti, dans sa parfumerie ou dans la ville.
Fonction/métier : Parfumière, créatrice d'eau de toilette.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: Un petit miroir, un rouge à lèvres, une plume ayant appartenu à sa mère, un petit carnet où elle écrit tout et n'importe quoi, puis un flacon vide de parfum.
COMPÉTENCES:


Lys commençait à prendre confiance dans son métier et dans la maîtrise de sa magie. Elle avait pleinement conscience d’avoir encore beaucoup à apprendre, mais les heures passées à travailler sur ses parfums et sur son don, lui donnaient l’espoir de réussir à s’en sortir. Ainsi, en construisant sa petite boutique, elle n’imaginait pas livrer un quelconque parfum, ou être sollicitée par des familles pour son travail. Si on le lui avait dit, elle ne l’aurait sans doute pas cru. Pourtant, ce jour-là, elle devait se rendre chez la famille Falriel, pour déposer un parfum à la famille. Ravie de ce rendez-vous, elle avait donc décidé d’apporter plusieurs flacons, quelques nouveautés de sa propre confection, ainsi que la commande réalisée. Qui sait ? Elle pourrait peut-être en vendre un autre, chose qu’elle apprécierait énormément. La demoiselle avait pris le temps de choisir soigneusement chaque flacon et chaque parfum, tous floraux et légers, choix destiné à une famille dryas. L’emballage était joli, chic, aux couleurs pastels et laissaient deviner sur chacun d’entre eux un petit encart où elle avait laissé l’adresse de sa boutique. Nés de son imagination, les emballages étaient également une fierté pour la commerçante en herbe, qui cherchait quotidiennement à laisser sa patte dans Ceti et marquer les esprits de sa créativité. Elle ne voulait pas perdre de terrain, elle ne cherchait qu’à en gagner et le plus souvent possible. Ainsi, la publicité, via les emballages, était un choix qu’elle avait fait sans trop avoir à y réfléchir : économique, il lui évitait de faire des cartes de visite et donnait un côté original qu’elle savait être la seule à exploiter. Du moins, au sein du quartier Valkoi en tout cas. C’était assez agréable de voir parfois quelques sacs de sa boutique ou papiers cadeaux se balader dans certains domiciles, ou aux tables de certaines auberges. Lys était persuadée que ce qui permettrait à son entreprise de décoller n’était rien d’autre que les rumeurs, les ragots, le bouche à oreille. C’était son futur gagne-pain et elle faisait tout pour l’entretenir, pensant même payer quelques orphelins pour vanter les mérites de son métier. Enfin, elle n’y était pas encore.

La journée était bien avancée quand la jeune femme décida de se préparer pour sa livraison. Vêtue d’une souple et fine robe beige, ouverte sur le côté et d’un grand chapeau en paille, elle se dirigea, la commande sous le bras, vers les hauteurs du quartier. Ses ailes battirent l’air derrière elle, la faisant décoller. Elle prit rapidement de la hauteur, tenant fermement son colis – il était évidemment hors de question qu’elle le laisse tomber. La dryas trouva rapidement la maison des Falriel, une grande demeure de couleur clair comptant deux étages et plusieurs fenêtres. Avenante et sympathique, elle semblait dégager une chaleur et une douceur qui touchèrent la jeune femme. Qu’importe les hommes et femmes vivants dans la demeure, un tel bâtiment ne pouvait couver des monstres, elle en était persuadée. Se posant sur le porche, elle sonna à la porte, espérant tomber sur les propriétaires de la maison. Curieuse, elle espérait pouvoir faire quelques pas à l’intérieur du domicile et en apprendre plus sur ses clients du jour.


S'élever, dans les cieux, dans la hiérarchie. Devenir quelqu'un, changer, évoluer, pour être meilleure. Avant tout, tout le temps. Toujours. Grandir, encore, toujours, ne jamais cesser. Qui m'aime, me suive.
l'air
me
porte.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Juin - 19:04

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 63
Points rps : 122

Arrivée en Arenaria : 26/05/2017
Localisation : Probablement chez elle dans le quartier Valkoi

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Lyra était toujours en train de caresser un cleite, quand, soudain, la sonnette de la porte se fit entendre. Surprise, elle arrêta un instant de s'occuper de la petite boule de poils qu'elle avait sur les genoux. Elisu, de son côté, quitta la cuisine, où elle venait juste d'arriver, pour aller ouvrir. Sur le seuil, elle découvrit une dryas aux ailes ocres qu'elle n'avait encore jamais vu. Comme elle travaillait pour les Falriel depuis plusieurs années, Elisu connaissait tous les membres de la famille proche (seuls certains parents éloignés lui étaient inconnus), ainsi que les amis et connaissances de ceux qu'elle côtoyait depuis des années. Or cette jeune femme n'était encore jamais venue chez les Falriel. Pas à sa connaissance dans les tous cas. Qui était-elle et quel était le but de sa visite ?
« Bonjour. Que désirez-vous ? »
En continuant d'observer la jeune femme, dont l'âge semblait plus proche de celui de Karliah que ce de celui de Lyra, Elisu remarqua le paquet qu'elle avait dans les mains et ce qui était écrit dessus.
« Oh vous devez être Melle R'yktha, la créatrice de parfums. Madame Falriel m'a prévenu que vous pourriez venir. »
« Entrez », dit-elle en s'écartant pour laisser la jeune femme passer.
« Madame n'est pas là pour le moment, mais elle ne devrait plus tarder. »
Une fois que la jeune femme fut entrée, elle lui dit de la suivre et la conduisit au salon.

Revenons en à Lyra. Quand la sonnette s'était faite entendre, elle avait arrêté ce qu'elle faisait sous le coup de la surprise. Elle ne pensait pas l'entendre à ce moment de l'après-midi alors qu'il n'y avait personne d'autre qu'Elisu et elle à la maison. Qui cela pouvait-il être ?  Elle pensait à cela, en regardant Elisu se diriger vers l'entrée, quand tout à coup elle sentit quelque chose lui lécher les doigts. Elle baissa les yeux et vit que c'était le cleite se trouvant sur ses genoux qui essayait probablement d'avoir à nouveau son attention. Amusée, Lyra sourit et se mit à le caresser et le gratter derrière les oreilles. Peu de temps après elle entendit des bruits de pas qui lui firent relever la tête. Elisu se trouvait là accompagnée d'une personne qu'elle n'avait encore jamais vu. Elles semblaient avoir toutes les deux à peu près de le même âge, même si, du point de vue de la taille, Elisu était un peu plus grande. L'inconnue était une dryas brune ayant de longues ailes de couleur ocre et aux reflets cuivrés. Sur son front s'élevaient deux petites cornes dorées. Depuis son enfance, Lyra avait rarement eu l'occasion de voir des dryas avec des cornes. Cela pouvait se compter sur les doigts d'une main. Tandis que Lyra observait l'inconnue un peu intimidée, Elisu fit les présentations : « Voici Melle R'yktha. Elle est créatrice de parfums. Melle R'yktha, je vous présente Melle Lyra Falriel, la plus jeune fille de votre cliente. »
Polie, Lyra inclina timidement la tête pour la saluer et dit: « Bonjour. »
Cette jeune femme était donc une créatrice de parfums. Du parfum... Lyra se rappela alors que sa mère avait mentionné quelques jours plus tôt l'envie de s'acheter un parfum. Si Melle R'yktha était là, cela signifiait que sa mère avait réalisé son souhait. Le paquet que tenait la jeune femme semblait cependant un peu grand pour un seul parfum. Sa mère en avait-elle acheté plusieurs ?  Ou bien Melle R'yktha avait-elle plusieurs livraisons à faire dans l'après-midi ?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Juil - 13:28

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 343
Points rps : 310

Arrivée en Arenaria : 01/01/2017
Localisation : Quelque part dans Ceti, dans sa parfumerie ou dans la ville.
Fonction/métier : Parfumière, créatrice d'eau de toilette.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: Un petit miroir, un rouge à lèvres, une plume ayant appartenu à sa mère, un petit carnet où elle écrit tout et n'importe quoi, puis un flacon vide de parfum.
COMPÉTENCES:


Comme à chaque fois qu’elle était un peu stressée, inquiète, Lys frotta machinalement l’une de ses deux petites cornes, érigées sur son front. Ces dernières, actuellement teintes en doré, criaient son statut de dryas aux côtés des ailes qui s’élevaient dans son dos. Après avoir sonné, une jeune femme vint ouvrir la porte et lui demanda ce qu’elle désirait. « Bonjour. » Répondit la parfumeuse. Elle aurait voulu poursuivre, mais son interlocutrice ne lui laissa pas le temps de dire quoique ce soit, l’invitant à entrer en la reconnaissant. « Merci. » Répondit-elle, avant d’entrer dans la bâtisse. « Je peux attendre, je ne suis pas pressée. »
Un sourire poli sur le visage, elle suivit la domestique jusque dans le salon, ses ailes repliées dans son dos, tout en essayant de ne pas les faire trainer sur le sol. Chose qui était plutôt délicat, étant donné leur longueur. Dans le salon, une jeune femme était installée, avec un cleite. Souriante, elle apprécia revoir la créature de son enfance qui l’avait toujours fasciné. Ces petites boules de poils étaient adorables. « Enchantée, je suis Lyshrana. » Sa présenta-t-elle à sans doute, l’enfant des propriétaires. C’était assez surprenant de voir la façon dont fonctionnait cette grande demeure, elle n’était pas sûre de tout comprendre. Après tout, ses parents n’avaient pas les mêmes revenus. Curieuse, elle n’osait pas demander, regardant plutôt autour d’elle, intriguée par le décor de la maison et par les membres qui l’habitaient. « Je peux ? » Demanda-t-elle en pointant du doigt la table basse, avant d’y déposer son paquet. Elle n’allait pas éternellement le garder dans ses bras. Après tout, elle était venue pour solder une vente et non pour repartir avec. « Vos parents ont une très jolie maison Lyra. » Se permit Lys, totalement polie et ouverte à la discussion. Par contre, elle s’étonnait de la voir en pleine journée à la demeure familiale, n’allait-elle pas en cours ? Ou avait-elle suffisamment d’argent pour pouvoir s’en passer ? Elle n’en avait strictement aucune idée. Lys était également curieuse à propos des parents de cette dernière et de ce qu’ils pouvaient faire dans la vie pour avoir un tel quotidien. Se doutant qu’interroger de la sorte leur enfant pouvait être déplacé, elle se retint de poser ses questions, pourtant, elle aurait grandement aimé en savoir plus à leur sujet.


S'élever, dans les cieux, dans la hiérarchie. Devenir quelqu'un, changer, évoluer, pour être meilleure. Avant tout, tout le temps. Toujours. Grandir, encore, toujours, ne jamais cesser. Qui m'aime, me suive.
l'air
me
porte.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Oct - 1:45

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 63
Points rps : 122

Arrivée en Arenaria : 26/05/2017
Localisation : Probablement chez elle dans le quartier Valkoi

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Suite aux présentations que fit Elisu et à la salutation polie de Lyra, Melle R'yktha répondit en indiquant que son prénom était Lysrhana. En apprenant cela, Lyra trouva que c'était un joli nom avec une belle sonorité. De plus, le début lui rappelait une fleur d'un blanc aussi pur que celui de la robe qu'elle portait. Un nom évoquant une fleur pour une créatrice de parfum. On peut dire que c'était plutôt bien trouvé. Tandis qu'elle pensait cela, elle vit la dryas aux ailes ocres poser son paquet sur la table basse et se demanda alors à nouveau ce qu'il pouvait contenir. Il était un peu grand pour qu'il n'y ait qu'un seul parfum à l'intérieur. Et s'il y en avait plusieurs, cela ne voulait pas dire qu'ils faisaient tous partie de la commande de sa mère Althea. Le mystère restait donc entier. Elle n'en saurait probablement pas plus avant le retour de sa mère, à moins que leur créatrice ne lui en parle. Cependant, quand celle-ci ouvrit la bouche, ce n'est pas ce sujet qu'elle aborda. En effet, elle lui dit que ses parent avaient une très jolie maison.
« Oui, je le pense aussi. », répondit timidement Lyra.
Elle aimait beaucoup cette grande et belle maison où elle avait grandit entourée par l'amour et la tendresse de tous ceux qui y habitaient. Elle avait l'impression que les différentes pièces laissaient transparaître, en plus des goûts des différents habitants (que ce soit les membres de sa famille ou les deux gouvernantes), la chaleur et la bonté de ces derniers. Tout avait été fait pour que les différentes pièces de la maison soient confortables, et ce même pour les cleites qui étaient devenus au fil des années leurs animaux de compagnie de part leur présence quasi-constante. Ayant toujours vécu dans cette demeure et y ayant passé beaucoup de temps en raison de sa santé fragile, Lyra connaissait toutes les pièces de la maison. Elle se sentait bien dans chacune d'elles, même s'il pouvait y avoir des exceptions suivant la situation. Elle avait également des préférences selon son état physique ou mental, l'atmosphère qu'elle recherchait et ce qu'elle désirait faire. Le jardin intérieur, semblable à une serre, était une de ses pièces  préférées. Pour elle, qui avait une constitution délicate qui ne lui permettait pas toujours de sortir, ce jardin intérieur était une façon d'être en contact avec la nature et de profiter des beautés que celle-ci pouvait offrir. Il était possible d'y trouver des fleurs de toutes sortes au doux parfum et il y avait même un coin avec des plantes médicinales. Toute petite déjà, elle passait de bons moments dans ce jardin intérieur où elle pouvait jouer et se reposer dans un espace aménagé avec de gros coussins et des couvertures. En grandissant, elle avait continué de s'y rendre fréquemment pour vaquer à différentes occupations (lire, dessiner, coudre, tricoter, etc...) tout en profitant de la beauté et du parfum des plantes. C'était un endroit paisible, tout comme pouvait l'être le salon en règle générale, à l'exception des moments où ses parents avaient des invités. En effet, dans ces occasions-là la pièce devenait plus animée et les personnes qui s'y trouvaient étaient plus nombreuses. Timide et craintive depuis qu'elle était toute petite, Lyra se sentait parfois mal à l'aise en présence de certaines d'entre elles. C'est pourquoi, suivant les occasions, soit elle restait près d'un membre de sa famille ou d'une amie soit elle s'éclipsait et se réfugiait dans sa chambre. Concernant la dryas à cornes qui lui faisait face, Lyra était certes un peu intimidée, après tout c'était une parfaite inconnue, mais elle n'avait pas de raison de s'en aller. Si Elisu, elle, s'absenta à ce moment-là, ce n'est pas par timidité ou par peur, mais uniquement afin d'aller en cuisine préparer du thé et des biscuits.

La jeune dryas reporta son attention sur le cleite qu'elle avait sur les genoux et qui continuait de réclamer son attention et surtout ces caresses. A peine quelques minutes s'écoulèrent avant qu'elle n'entende un petit bruit qui lui fit lever la tête. Elle regarda autour d'elle et aperçu deux cleites qui jouaient ensemble juste sous un tableau représentant sa famille. C'était son père qui l'avait peint. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait un tableau représentant toute la famille (plus particulièrement ceux avec qui il vivait) et ce n'était sûrement pas la dernière. Au centre du tableau, on pouvait voir un canapé sur lequel était assise Althéa, la mère de famille, avec de part et d'autre ses deux filles, Karliah, qui était l'aînée des enfants et déjà mariée et mère, et Lyra, la plus jeune.  Derrière le canapé, se tenaient quatre dryd qui étaient les maris d'Althea (le blond juste derrière elle étant Haruto, le père de Lyra et de quatre autres enfants). Les autres dryd, plus jeunes, qui étaient soit assit devant le canapé, soit debout de part et d'autre de celui-ci, étaient tous les garçons qu'Althéa avait eu avec ces différents maris. On peut dire que les Falriel formaient une famille nombreuse. Surtout lorsque l'on considère que seuls Althéa, ses époux et ses enfants étaient représentés sur le tableau. S'il avait fallut y inclure ne serait-ce que les parents d'Althéa et de ses époux, il y aurait eu bien plus de personnes sur le tableau. Quand elle était seule, Lyra aimait bien regarder les différents tableaux et dessins présents un peu partout dans la grande demeure où elle vivait. En regardant les différents tableaux, réalisés au fil du temps, de membres éloignés ou proches de la famille Falriel, il était possible de traverser le temps et de voir l'évolution de la famille et de ses différents membres. Pour prendre l'exemple de Karliah, sur le plus ancien tableau où il était possible de la voir, elle était représentée bébé dans les bras de sa mère, tandis que sur le plus récent elle était une jeune femme de vingt-six ans, aux côté de son mari et entourée de ses quatre enfants.


[Je suis vraiment désolée d'avoir autant tardé pour cette réponse. J'y ait beaucoup réfléchi et j'ai changé plusieurs fois d'idées. J'ai vraiment essayé de faire au mieux.]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct - 18:23

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 343
Points rps : 310

Arrivée en Arenaria : 01/01/2017
Localisation : Quelque part dans Ceti, dans sa parfumerie ou dans la ville.
Fonction/métier : Parfumière, créatrice d'eau de toilette.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: Un petit miroir, un rouge à lèvres, une plume ayant appartenu à sa mère, un petit carnet où elle écrit tout et n'importe quoi, puis un flacon vide de parfum.
COMPÉTENCES:


Elle ne savait pas réellement quoi faire. La jeune fille en face d’elle était très polie, très bien éduquée et très gentille, mais ce n’était pas sa cliente. Quand est-ce que ses parents, plus précisément sa mère, allaient-ils revenir ? elle n’allait pas attendre indéfiniment, comme elle ne pouvait – décemment pas – laisser son colis et s’en aller sans rien dire. Ce n’était pas envisageable et ce n’était pas comme ça qu’elle voulait fonder les relations avec la famille Falriel. Léger sourire sur les lèvres lorsque la jeune femme lui répondit, elle n’était pas surprise. De toute façon, n’allait-elle pas dire la même chose que Lys ? Il aurait été fort désagréable pour sa famille et fort étonnant de la part d’une enfant dryas de dire une telle chose. Donc elle n’était pas surprise. Tout en trouvant ça très gentil. « Si je puis me permettre, vous savez quand vos parents rentrerons ? » Elle n’avait pas envie de se montrer trop insistante, mais elle ne savait pas vraiment quoi faire, ni comment aborder la conversation. Son interlocutrice était bien plus jeune qu’elle et ça la freinait beaucoup. Peut être même un peu trop à vrai dire. Qu’aurait-elle bien pu lui dire ? Les animaux de la maisonnée s’amusaient entre eux, tout en amusant la parfumeuse. Que c’était agréable de voir une maison si emplie de vie et d’amour. C’était trop mignon. Elle appréciait la décoration et les tableaux, tout en laissant le silence s’installer. L’une des domestiques était revenue avec le thé et des biscuits, d’un remerciement poli, elle accepta une tasse de thé. De toute façon, quitte à attendre, autant se mettre à l’aise, en toute politesse, évidemment. « Ce tableau représente votre famille ? » Se permit-elle de demander, très mal à l’aise avec le silence qui s’installait entre elles. Surtout qu’elle n’était pas venue pour faire la conversation à la jeune femme, tout en sachant pertinemment qu’attendre silencieusement, sans rien dire, serait des plus inconfortables. Autant en profiter pour faire un peu connaissance. De toute façon, elle n’y perdrait rien. L’espérait en tout cas.

HJ : pas de souci ^^


S'élever, dans les cieux, dans la hiérarchie. Devenir quelqu'un, changer, évoluer, pour être meilleure. Avant tout, tout le temps. Toujours. Grandir, encore, toujours, ne jamais cesser. Qui m'aime, me suive.
l'air
me
porte.
Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre autour d'un parfum (Lysrhana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Quartier Valkoi :: Résidences-