Differences make us - ft. Archibald
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Differences make us - ft. Archibald



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 3 Juil - 19:18

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 65
Points rps : 18

Arrivée en Arenaria : 07/06/2017
Localisation : Dans le quartier Feugh sans doute, où au Palais avec son abominable supérieur diplomatique
Fonction/métier : Assistance d'un diplomate, elle se promet à prendre sa place de gré ou de force dans les années à venir ou à représenter avec ses frères et soeurs son pays en diplomatie.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Differences make us
EXORDIUM.
Les rues sobres du quartier lui faisaient petit à petit oublier le faste du palais. À croire qu’elle avait e besoin d’oublier tout ce qui avait rapport avec ce qu’elle voyait depuis des semaines dans ses rêves. Elle n’oubliait rien et tout lui semblait de plus en plus réel. Si Valina s’inquiétait de voir sa sœur tourmentée, elle ne se doutait pas encore qu’elle en était la raison. Simplement, elle était troublée, pas prête à faire le premier pas dans ce monde de luxure qu’elle s’était promis d’escalader pour redorer son nom de famille. Mais elle n’en était encore capable. Le pardon était une chose lointaine dans l’esprit de Narangerel. Surtout venant de la part des hommes. Trahie elle-même par le seul héros de sa vie, comment pouvait-elle simplement redonner une chance aux hommes qui l’avaient mené en bateau durant des semaines pour conclure par ce triste épilogue. Elle garde les yeux baissés vers le sol d’observant rien de cette architecture que Valina étudiait depuis des années. Elle, elle était faite pour la guerre et ses stratégies depuis son plus jeune âge. Et elle voulait entrer en politique pour son nom, certes, mais aussi pour éviter des guerres et les combattre pacifiquement. Éviter des morts inutiles. Mais la Rose n’aidait en rien. Un soupir. Puis les yeux qui se lèvent au ciel pour observer les dragons qui coloriaient le ciel de Ceti. Ces bêtes étaient ses préférés. Elle trouvait cela bien dommage de ne pas avoir été choisi comme ceux d’un certain clan en Eridani.

Puis l’odeur du fer fondu lui revient aux narines. Elle est dans le quartier des forges quoi de plus normal, mais c’était pour aller chercher un cadeau à son beau-frère, nouvellement nommée dans la garde de Ceti, elle avait voulu avec sa sœur marqué le coup malgré leurs problèmes financiers. Une dague avec quelques pierres semi-précieuses seraient d’un chic et d’un raffinement sans nom pour un Feugh, mais qu’importe, on était admis dans la Garde qu’une fois par vie. « Mazelle. » Dis le forgeron en hochant la tête en guise de salutation. Elle lui rend son salut d’un vague bonjour en cherchant sa commande des yeux. « J’ai fait faire une dague pour un ami… » « Les forges sont en panne d’puis hier Mazelle. On a du mal à honorer les commandes de coup. » Elle fait une moue dans son coin Narangerel. Quand son regard se pose sur une personne en devanture de boutique, les mains dans la graisse et la suie. Un homme de la race des Dryas est là pour toucher et refaire la machine sans doute. Mais la particularité physique de son aile unique la fait grimacer. Comment et pourquoi ? Le forgeron continue tout de même de lui adresser des paroles d’excuses. Ce à quoi elle répond que ce n’est rien, qu’elle reviendrait la semaine prochaine pour venir chercher sa dague. S’approchant du jeune homme, elle tend un mouchoir propre. « Vous avez de la poussière partout, cela ne vous fait pas tousser de travailler ainsi ? »


DREAMs ARE WISHES YOUR HEART MAKES
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Juil - 22:28

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 427
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Parfois, il faut bien savoir rendre de son temps pour gagner son pain. Car parfois, les temps étaient un peu plus difficiles que d’habitudes. Il avait par exemple suffit de raser une pièce entière de son atelier, et le voilà obligé de puiser dans ses réserves afin de ne pas vivre avec une moitié de maison. Heureusement pour lui, Ethael l’aidait de bon coeur par son talent d’architecte. L’ingénieur Dryd rêvait d’une maison aux murs enfin solides, mais les mélanges hasardeux de poussière semblaient être trop incontrôlables pour quoique ce soit. Cette fois, il avait vu la mort de près, mais avait finit indemne grâce à son fidèle assistant qui avait réussit à déséquilibré une étagère qui l’avait protégé des gravats. Dans tous les cas, il était un peu à la diète niveau invention et s’était mis à travailler beaucoup plus comme réparateur en plus de la bibliothèque. Il n’était pas vraiment heureux de ce genre de petit job, mais il fallait reconnaître que ses recherches étaient un énorme gouffre. Heureusement pour lui, pour le moment il avait toujours réussi à ne pas avoir la garde de Ceti sur le dos cause du dérangement hebdomadaire qu’il provoquait, il en remerciait chaque jour Athair et Mathair. Comme le fait d’avoir réussit à survivre à chacune des grosses destructions de sa maison. Et des échecs récurrents de ses prototypes aussi.

En tout cas, cette énorme panne au quartier Dearg lui donnerait enfin un peu de quoi mettre du beurre sur les épinards. S’il n’aimait pas réparer, c’est juste parce qu’il restait un créatif, et que c’était juste un travail répétitif, qui demandait à respecter un plan clair et net, en gros : qui ne lui permettait pas de sortir des cases. Cela faisait déjà quelques heures qu’il avait inspecté le problème, trouvé rapidement la cause, et avait mis les mains dans le cambouis. Il avait tout de suite pensé à l’alimentation centrale, parce que plusieurs forges ne pouvaient plus fonctionner. Heureusement, certaines avaient gardés des fours traditionnels, non magiques, mais les Feughs étaient très ralentis pour honorer toutes les commandes. Il avait conscience que beaucoup comptaient sur lui pour achever ce travail au plus vite. Mais il était un des meilleurs de sa promotion, il leur avait garantie de l’efficacité, et il aimerait vraiment s’y tenir. Il avait quand même une fierté aussi longue que son aile dès qu’on touchait à sa science. Il essayait donc d’ignorer les cinq-cinquante-cinq «vous en êtes où ?» par heure afin de garder sa concentration avant qu’elle ne soit tuée par son agacement. C’est donc par pur réflexe qu’il répondit à la voix féminine qui le questionna :

- Tant que j’ai les mains qui tripatouillent cette fichue alimentation, vous vous doutez que je n’ai pas fini ! Il essaya de garder un ton assez poli, mais il n’arriva pas à cacher la pointe d’exaspération dans sa voix. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte que ce n’était pas la question qu’on lui avait posé. Il tourna son visage couvert de traces noires et de poussière vers la jeune femme, puis releva ses lunettes de soudeur faite de cuivre et d’un épais verre teinté.

- Hé bien, on va dire qu’il en y en a pas trop, au pire je me sers de la magie de l’air pour balayer tout ça. Mes excuses madame, on vient m’interrompre toutes les demi-heures en espérant que ça fasse me réparer plus vite... Cela ne m’aide pas à devenir aimable.

Déjà qu’il ne l’était pas vraiment de base, songea-t-il. Il s’attarda un peu sur la nouvelle venue. Elle semblait être plutôt une cliente, trop bien habillée pour une forgeronne. Il contrastait presqu’avec elle dans sa tenue de travail. Elle était constituée d’une chemise en lin épais qui avait vécu plus d’une aventure et d’un pantalon en tissu épais doublé qui protégeait des brûlure, retenu par des bretelles. Pour seule protection, des gants de cuir qui montaient jusqu’au coude et un grand tablier de la même matière couvert de saleté. Ses boucles blondes étaient dans un pitoyable état, leur souplesse ayant été annihilée par le mélange de poussière et de sueur. De même pour les plumes de son aile immaculée, désormais grisâtres à cause des cendres. Il était bien loin, le faste et le luxe qu’on attribuaient aux Dryas.

[Voilàààà j'ai pu enfin te répondre ]


Revenir en haut Aller en bas
 

Differences make us - ft. Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Make Up For Ever
» Rouge Artist Intense Make Up For Ever
» Palettes Make up For ever
» Commander chez Make up Atelier
» formes des make up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Quartier Dearg :: aux fers enflammés-