Et ainsi il su l'importance de la famille [Lyra]
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Et ainsi il su l'importance de la famille [Lyra]



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mar 11 Juil - 22:53

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 527
Points rps : 380

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Ce que ne savait pas le quartier Valkoi sur l’original qui provoquait constamment des explosions, c’est qu’il pouvait se montrer aussi loyal qu’il était affreusement caractériel et soupe-au-lait. C’est pourquoi il n’avait jamais oublié ce que la famille de sa mère avait fait pour lui, aussi éloignée soit-elle. Arriver sur un sol inconnu n’est pas une chose simple, surtout quand il est aussi inhabituel que Ceti. Pour celui qui avait toujours vécu à Corvi, cela était autant source d’enchantement que d’incompréhension. Même si sa réputation d’excentrique - qui en réalité ne date pas du début de ses recherches - l’a habitué à aller au-delà des apparences - voir s’en moquer complètement - certaines habitudes et attitudes se sont vite montrées très ancrées en lui. Notamment, il avait toujours du mal à voir des femmes en armes et armures, quelque chose lui soufflait toujours que là n’était pas leur place, même face à des sociétés matriarcales comme les Newids. Il n’était d’ailleurs jamais d’accord avec Ethael à ce sujet. En bref, le fait que sa mère ai gardé contact avec sa fratrie lui avait permis un atterrissage à Ceti bien plus doux. Digérer la perte d’une aile était déjà assez difficile en soit, mais celle-ci avait causé irrémédiablement sa séparation avec sa famille nucléaire. Mywar n’était pas un endroit fait pour les estropiés des rémiges, car tout était adapté pour des gens dont la capacité primaire était de voler. Ceti avait au moins l’avantage de lui proposer un bout de Corvi tout en lui permettant de circuler facilement. C’était donc avec grand plaisir qu’il avait accepté l’aide de sa famille éloignée pour s’installer, en plus du soutien qu’ils lui avaient apporté pour son handicap. Durant quelques temps, il avait été souvent victime du syndrome du membre fantôme, de sentir cette aile exister alors qu’elle serait définitivement arrachée. Parfois, cette sensation lui arrivait encore, surtout dans des situations de stress où son aile lui manquait affreusement. Du moins, c’était comme ça qu’il l’avait interprétée.
Des fois, quand il fermait les yeux alors qu’il sentait la résistance du vent contre lui, il avait l’impression de l’avoir à nouveau. C’était un sentiment illusoire, mais très agréable que seuls les cahots des chariots tirés par les dragons brisaient. Il rouvrit les paupières, et se contenta d’admirer les hautes tours du quartier Valkoi, dont la blancheur des briques nuageuses contrastaient avec les nombreuses dorures dont elles étaient décorés. Aujourd’hui, il irait voir sa cousine, la petite Lyra. Il avait ramassé les miettes de sa diplomatie pour cela, car il soupçonnait que sa réputation ai dépassé l’étage inférieur du quartier Valkoi. Malheureusement, il ne souhaitait pas que sa famille comprenne que le taré qui faisait sauter régulièrement ses fenêtres avec des produits dangereux, c’était lui. Premièrement, parce qu’il avait profité de la distance avec sa douce mère pour lui implanter dans l’esprit qu’il s’occupait juste de réparer des machines, faute de pouvoir travailler dans un laboratoire. En second, parce qu’il ne voulait pas que sa famille ai des soucis avec les autres habitants. Il imaginait déjà les bourgeois rasoirs faisant pression sur eux pour le faire arrêter ses folies, toquant à leurs portes toutes les heures. Puis imaginez que quelqu’un veuille leur faire du mal à cause de sa future invention révolutionnaire ? Ses tendances paranoïaques avaient déjà vogué dans toutes les possibilités, et en avaient conclu que non, il ne fallait pas que leur lien de sang s’ébruite, ou du moins, que sa réputation s’empire. Sa mère viendrait à tire-d’aile lui tirer les oreilles en le traitant de crâne de piaf. Et il se connaissait : il ne pourrait pas refuser une supplication maternelle venant d’Elërya. C’est pourquoi il devait en parler avec Lyra. Il avait l’impression qu’elle avait fini par lier les évènements entre eux. Il songea qu’elle était si jeune, si fragile, qu’il serait peut-être la cible la plus facile. La cible de quoi, exactement ? Archibald Wingarth étant un peu parano, d’au moins cent possibles tourments. Il frappa à la porte, espérant rapidement trouver la blonde. Il lui avait amené des biscuits. C’était lui qui les avait fait, selon une recette de sa famille. Peut-être se trouvait-elle dans la serre de la maison, à y admirer toutes les plantes que le couple Falriel jardinait.

[Désolée pour le retard   ]


Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Juil - 5:45

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 55
Points rps : 82

Arrivée en Arenaria : 26/05/2017
Localisation : Probablement chez elle dans le quartier Valkoi

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Dans le royaume d'Arenaria, le mois de juillet avait commencé depuis quelques jours et une certaine chaleur régnait dans différentes contrées. Cependant, dans la ville de Ceti, c'était différent. La ville avait bien connu, durant les premiers jours du mois de juillet, de fortes chaleurs, mais cette après-midi-là la température était nettement plus fraîche que les jours précédents. La ville de Ceti présentait néanmoins peu de différences avec la veille car les habitants vaquaient comme d'habitude à leurs diverses occupations et les rues étaient toujours aussi bondées. Il y avait juste moins de personnes aux terrasses des cafés et certaine habitants étaient plus couverts. Il en était ainsi dans tous les quartiers de la ville. Les rues commerçantes étaient aussi peuplées que d'habitude, tandis que les rues plus résidentielles étaient toujours aussi calmes. Il en était ainsi par exemple dans l'un des rues du céleste quartier Valkoi, le quartier des dryas.  Dans cette rue exclusivement résidentielle, où il n'y avait donc aucun magasin, se dressait une grande demeure de couleur claire, comme la plupart des demeures  dryas, comptant deux étages et plusieurs fenêtres qui la rendait très lumineuse. Des sortes de sculptures florales sur des panneaux de bois blancs ornaient le dessus de la porte ainsi que les fenêtres. Cette demeure était celle de la paisible famille Falriel. Il s'agissait d'une famille nombreuses car elle comptait plus d'une dizaine de membres. Cependant, les voisins des Falriel n'avaient jamais eu à se plaindre de cette famille, même quand les nombreux enfants étaient petits. Tous les membres de la famille étaient aimables, honnêtes et polis et les rares sons qui émanaient parfois de la demeure des Falriel étaient des rires, des chants et de la musique. Et encore il fallait vraiment tendre l'oreille et se montrer attentif pour arriver à entendre. De plus, toutes les familles du voisinage s'entendaient bien et se rendaient visite les unes les autres de temps en temps. Les enfants se connaissaient depuis qu'ils étaient petits. On peut dire que tout le monde se connaissait dans ce quartier, même si bien sûr il y avait des personnes plus sociables que d'autres. Pour illustrer ce propos, revenons en à la famille Falriel et plus précisément par la suite à l'une de ses membres.

La demeure des Falriel était très calme, comme s'il n'y avait personne à l'intérieur. Et pourtant c'était loin d'être le cas. Sur les douze membres de la famille qui y vivait (l'aînée des enfants s'étant mariée et étant partie vivre dans la capitale du royaume de Corvi quelques années auparavant), cinq étaient présents en cette fraîche après-midi. La mère de famille, Althea, était avec son premier époux, Haruto, qui était peintre, dans l'atelier de celui-ci. Tout en admirant les toiles les plus récentes de son bien-aimé, elle discutait avec lui de la possibilité de faire de nouveau un tableau de toute la famille qu'ils pourraient accrocher quelque part dans la maison. L'un de leurs fils aîné, Kurusu, lisait dans sa chambre, tandis que leur plus jeune fils, Yuuto se trouvait dans la bibliothèque en compagnie de son meilleur ami, Hauru Aurrianvel. Le cinquième membre présent était la plus jeune fille, la petite dernière de la famille qui répondait au doux nom de Lyra. A ce moment de l'après-midi, pour voir la jeune fille, il fallait se rendre dans la serre, qui était comme un petit jardin à l'intérieur de la demeure des Falriel. Tous les membres de la famille appréciaient les plantes et la nature en général. L'un des grands frère de Lyra, Rodmir, en avait en quelque sorte fait son métier vu qu'il était herboriste. Il avait d'ailleurs contribué au jardin en y ajoutant quelques plantes. Le père de Lyra, Haruto, s'y rendait parfois avec sa toile, ses crayons et ses pinceaux, pour faire des croquis, dessiner ou peindre. Il lui arrivait de s'inspirer du jardin pour imaginer des paysages magnifiques. Lyra aimait beaucoup ce jardin intérieur où elle avait l'habitude de venir depuis qu'elle était toute petite. Etant de constitution délicate et ayant une santé fragile depuis toujours, elle avait souvent été confinée à la maison. Ne sortant que très peu, ce jardin, qu'elle connaissait pourtant depuis toujours, était sa manière à elle se profiter de la nature tout en restant chez elle. Elle aimait beaucoup admirer les fleurs et sentir leur parfum. Ce n'était cependant pas la seule chose qu'elle faisait dans la serre. En effet, comme on pouvait y trouver des canapés, des petites tables et même un coin avec au sol un tapis et un grand nombres de gros coussins, datant de l'époque où toute petite elle jouait dans le jardin et y faisait parfois la sieste, Lyra pouvait faire toutes sortes de choses : dessiner ce qu'elle voyait, lire, tricoter, coudre, broder, chanter et même jouer d'une petite harpe. Vraiment les occupations ne manquaient pas pour elle.

Si une personne était entrée dans la serre et y avait fait quelques pas, elle aurait remarqué, assise sur un canapé, une petite dryas mince qui ne devait avoir guère plus de quinze ou seize ans. La délicatesse de ses traits combinée à  la pâleur de sa peau, la douceur et l'innocence de son regard noisette, ses longs cheveux blonds et bouclés, qui lui arrivaient dans le bas du dos, ses ailes soyeuses aux teintes dorées, sa robe blanche et surtout la fragilité qui se dégageait d'elle donnait l'impression d'être face à un ange. L'angélique Lyra était assise dans un canapé, un châle sur les épaules, en train de lire et jetait parfois un coup d'oeil en souriant au panier non loin d'elle où dormait un groupe de cleite. Elle venait justement de regarder dans leur direction, quand elle entendit la porte de la serre s'ouvrir. La jeune dryas n'eut pas à attendre longtemps avant de découvrir qui l'avait rejoint dans la serre. Il s'agissait d'Elisu Hunlura, l'une des deux gouvernantes newids qui travaillaient pour la famille Falriel, et plus précisément de la gouvernante personnelle de Lyra. La mission principale d'Elisu, depuis qu'elle avait été engagée une quinzaine d'années auparavant, était de veiller sur Lyra et de prendre soin d'elle et la gouvernante s'était parfaitement acquittée de sa tâche durant toutes ces années. Si elle était entrée dans la serre c'était pour apporter une petite couverture au cas où Lyra avait froid et aussi pour lui demander si elle désirait quelque chose. Après avoir échangé quelques mots avec sa chère protégée, elle déposa la couverture près de celle-ci et partit en cuisine pour lui préparer une petite collation. Elisu y retrouva Sunya Riellingkar, l'autre gouvernante newid, qui travaillait pour cette famille depuis encore plus longtemps qu'elle. Sunya était le plus souvent vêtue d'une robe bleu foncé, d'un tablier blanc et d'une coiffe blanche. Au fil des années ses cheveux étaient devenus gris, mais, malgré son âge, elle était encore robuste et apte à faire toutes les tâches qui lui étaient confiées. On pouvait sentir derrière le sérieux de son visage et son professionnalisme que c'était une femme au grand cœur, attentive et soucieuse d'autrui. Les deux gouvernantes étaient en train de discuter quand il leur sembla entendre quelqu'un toquer à la porte. Elisu étant occupée à préparer une collation pour Lyra, c'est Sunya qui alla ouvrir. Sur le pas de la porte, la gouvernante découvrit Archibald Wingarth, un parent de la famille.
« Bonjour Monsieur Archibald. Entrez. »
Une fois que le jeune homme fut entré, Sunya le mena au salon, comme c'était de coutume pour chaque invité. Il est vrai qu'Archibald était quelqu'un de la famille et qu'il était libre d'aller et venir dans la maison, mais elle ne pouvait pas non plus l'abandonner dans l'entrée et le laisser se débrouiller. C'était son devoir de gouvernante de le conduire au salon avant d'en savoir plus sur les raisons de sa venue ou au moins sur la personne qu'il était venu voir. Elle pourrait ainsi soit le conduire à cette personne soit le faire attendre dans le salon tandis qu'elle préviendrait la personne concernée. Tout dépendait de la personne qu'il venait voir, d'où elle se trouvait et de ce qu'elle faisait. Par exemple, s'il s'agissait de Lyra, elle pourrait le conduire à la serre.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Sep - 23:51

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 527
Points rps : 380

Arrivée en Arenaria : 06/11/2016
Localisation : Dans les cendres de son atelier
Fonction/métier : Inventeur fou, et bibliothécaire car il faut bien manger

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


La demeure splendide qui se tenait devant lui ne cessait jamais de l’impressionner. Elle n’avait strictement rien à voir avec sa petite maison au ras du sol, qui à côté ressemblait à une cabane faite en branchages par les enfants l’été. Quand il venait ici, il avait l’impression d’être à nouveau à Mywar, il en oubliait presque ses dix ans de vie à Ceti. On ne tarda pas à lui ouvrir. Il n’arrivait pas à se rappeler du nom de la gouvernante, une Newid, qu’il croisait pourtant à chaque fois. Plus exactement, il avait tendance à inverser avec sa collègue, ne sachant jamais qui se nommait Sunya ou Elisu. Il sourit un peu gêné quand elle s’adressa à lui avec un Monsieur Archibald. C’était un peu étrange, il n’était pas assez important pour qu’on le taxe d’un «monsieur». Il n’était que le fou de l’étage inférieur du quartier Valkoi, et de plus il connaissait cette dame depuis ce qui lui semblait une éternité, malgré ses visites un peu rares. Il lui indiqua poliment qu’il venait rendre visite à la famille, et particulièrement la jeune Lyra. Il n’avait pas à indiquer plus précisément le motif de sa visite, avantage d’être un cousin de la famille. Même si celle-ci était un peu intéressée, il respectait beaucoup ces personnes qui l’avaient aidé et protégé suite à son accident. La femme le guida jusqu’à la serre où se trouvait la jeune femme. L’édifice était toujours aussi impressionnant, avec ses arches de métal entrecoupées de verre qui dessinaient un motif sublime et parfaitement au bon goût Dryas. Il baissa rapidement ses yeux qui trouvaient encore de nouveaux motifs dans la ferronnerie pour adresser un sourire à la jeune fille. Il la trouva plutôt resplendissante malgré sa santé fragile. Ce dernier point le rendait très protecteur à son égard. Elle était jeune, n’avait à peine pu connaître le monde, et de plus était une femme. Il avait juste envie d’être cette personne qui arrachait à son chemin tout caillou qui pourrait la faire trébucher.

- Bonjour Lyra, l’arracha-t-il de sa lecture, qui semblait passionnante. Il lui tendit une petite boite métallique. Il ne venait jamais les mains vides, c’était impoli.

- Abracadabra. Tes cookies préférés. Ne le dis pas à ta gouvernante, je vais créer des jalousies, plaisanta-t-il. Comment vas-tu ces derniers temps ?

Sous-entendu, est-ce que sa santé s’améliorait un peu ou non.

- Tu as pu sortir te balader dernièrement ? Continua-t-il sur cette lancée. À pas de chat, il essayait d’aller là où il souhaitait aller. Est-ce que Lyra savait quelque chose ? Devait-il la mettre au courant qu’il serait peut-être dangereux pour elle d’en savoir plus sur les explosions des étages inférieurs ? Ou être honnête et lui dire toute la vérité, tout en lui promettant une once de cookies en échange de son silence ? Il fut un peu distrait par les adorables cleites. Sa mère en avait eu un, auparavant. Il avait été l’attraction de tous ses frères et de lui-même, car il avait été, comme tous les enfants, fascinés par les animaux. Il n’avait pas d’animal de compagnie, avec son mode de vie, ce serait un peu difficile. peut-être le jour où il fondera une famille, il serait ravie d’offrir un cleite à ses enfants.


[Vraiment désole pour l'attente ]


Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 3:30

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 55
Points rps : 82

Arrivée en Arenaria : 26/05/2017
Localisation : Probablement chez elle dans le quartier Valkoi

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Lyra était en train de lire tranquillement quand, tout à coup, elle entendit la porte de la serre. Etait-ce de nouveau Elisu ? Il lui semblait que sa gouvernante n'était partie que depuis très peu de temps pourtant. La jeune fille tourna la tête, en entendant des pas se rapprocher, et constata qu'elle s'était trompée. Ce n'était pas sa gouvernante, mais un grand homme blond avec une aile blanche. Si cela avait été un inconnu ou une vague connaissance, elle aurait été intimidée mais ce ne fut pas le cas car elle connaissait cet homme. Il s'agissait de son cousin Archibald Wingarth. Cela faisait plusieurs années qu'il était venu vivre à Ceti et qu'elle avait fait sa connaissance. Au début, elle était un peu timide en sa présence, mais au fil des années cela avait changé et elle le considérait maintenant comme un membre de sa famille. Il est vrai qu'il l'était déjà techniquement depuis le début, mais bon c'est compliqué de considérer tout de suite quelqu'un qu'on a jamais vu auparavant comme quelqu'un de sa famille. Il faut un peu de temps. La gentillesse et la douceur dont son cousin avait toujours fait preuve envers elle avait beaucoup contribué à cela. Il n'avait pas fallut longtemps à la petite fille qu'elle était à l'époque pour savoir qu'Archibald était quelqu'un de bien.
« Bonjour Lyra. »
« Bonjour. », répondit-elle en refermant son livre et en le posant sur ses genoux.
La jeune fille fut surprise en voyant son cousin lui tendre une petite boite. Elle prit celle-ci dans ses mains tout en la regardant avec curiosité. Que contenait-elle ?
« Abracadabra. Tes cookies préférés. Ne le dis pas à ta gouvernante, je vais créer des jalousies. », dit-il en plaisantant.
Lyra eut un sourire amusé devant cette facette de son cousin qu'elle avait rarement l'occasion de voir. Elle fut également touchée de son attention. C'était très gentil de sa part d'avoir pensé à elle, même s'il n'était vraiment pas obligé d'amener quelque chose. Sa seule présence lui suffisait. Concernant le fait de garder secret le fait qu'il avait apporté des biscuits ce serait difficile car Elisu s'en rendrait sûrement compte bien assez tôt. Il y avait de fortes chances qu'elle revienne dans la serre et remarque la petite boite.
« Merci pour les cookies. »
« Comment vas-tu ces derniers temps ? »
« Je vais bien. Il y a quelques jours, lors d'une promenade, j'ai eu des vertiges, peut-être en raison de la chaleur qui régnait ce jour-là. Mais je vais mieux maintenant et je me sens bien ces derniers jours. »
Elle ne lui racontait pas cela pour l'inquiéter. Ce n'était pas son souhait. Elle répondait juste honnêtement à la question qui lui avait été posée. Et puis ce qui comptait c'était qu'elle aille mieux, non ?
« Tu as pu sortir te balader dernièrement ? »
« Pas dernièrement non. Ma dernière promenade remonte à plusieurs jours. Je suis sortie avec Elisu, Elfaru et Nyla et nous nous sommes promenées et avons fait les magasins. »
Elle se rappelait en souriant de cette après-midi où elle avait passé de bons moments avec ses amies et sa gouvernante. Elle avait pu voir des animaux de toutes sortes et des lieux du quartier newid qu'elle ne connaissait pas encore, tels que de charmants petits parcs ou magasins. Comme elle n'était pas impolie et n'était pas du genre à se concentrer sur elle-même et qu'elle voulait savoir un peu ce qui se passait dans la vie de son cousin, Lyra demanda :
« Et toi ? Comment vas-tu? Ton travail se passe bien ? »
Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Et ainsi il su l'importance de la famille [Lyra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La famille DIOR
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» Les noms de famille de l'Orne
» Du nouveau ministere de la famille
» Trémauville - Famille LE VILLAIN - LUCAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Quartier Valkoi :: Résidences :: Demeure des Falriel-