Contre-coup
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Contre-coup



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 25 Sep - 15:11

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 56
Points rps : 68

Arrivée en Arenaria : 17/08/2017
Localisation : Les Bas-fonds
Fonction/métier : Monte-en-l'air, péripatéticien, nettoyeur

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:






Contre-coup
Toujours main dans la main, je guide Wei en état de choc jusqu'aux bains. Le chemin est long à travers les rues plus ou moins sombres. Nous longeons les murs pour éviter de nous retrouver trop sous la lumière des lampadaires de plus en plus fréquents alors que nous approchons du centre-ville. Pas besoin de parler, il n'en a sans doute pas envie, j'ai beau être un chieur de première, j'ai tout de même appris à me taire quand Wei en a réellement besoin. Le reste du temps, je ne l'épargne pas.

La silhouette de la bâtisse se dessine enfin devant nous. Sans hésiter, je pénètre à l'intérieur du bâtiment et me dirige vers le bassin préféré de Wei. C'est qu'à force de m'y faire traîner, j'ai pris mes repères et je connais ses goûts. Je vais encore sortir rouge comme une écrevisse.

Arrivé dans la pièce aménagée pour se déshabiller, je commence à aider Wei, il me laisse retirer son t-shirt puis, semblant reprendre ses esprits, me pousse un peu sèchement. Je n'insiste pas. Il me tourne le dos et prend la relève.
Satisfait de le voir émerger, je m'attelle à retirer mes propres vêtements que je pose en tas informe dans un des paniers. Je furette dans les autres paniers espérant trouver des remplaçants pour les immondices que je trimballe. Lucky !!! Une chemise blanche abandonnée pointe le bout de son nez ! Je vais ressembler à rien vue qu'elle est a peu près quinze fois trop grande, mais, tant pis, je la resserrerai avec ma ceinture pour lui donner un semblant de forme et pas trop ressembler à un sac à patates. Je la pose dans mon panier caché sous les autres et jette dans un coin mon t-shirt aux tâches douteuses.

Je me retourne nu comme un vers en direction de Wei et sautille vers lui, aussi nu, et lui attrape la main. Il est habitué à voir toutes mes scarifications, résultat de l'utilisation fréquente de mes pouvoirs. C'est assez esthétique, mais douloureux lorsqu'elles apparaissent. Elles se situent essentiellement dans mon dos et ressemblent à des griffures pour certaines et des points, comme des brûlures de cigarettes. D'ailleurs, au moment de leur formation, les points dégagent une odeur de brûlée, leur apparition et rapide et c'est une douleur fulgurante (généralement elles arrivent après avoir trop utilisé mon habilité à communiquer avec les morts) et les griffures se dessinent très, très, très lentement, saignent énormément et provoquent une douleur continue pendant plusieurs heures (celles-ci sont caractéristique de ma capacité à pénétrer le monde onirique). Les points se dessinent en une spirale qui débute au centre de mon dos, alors que les griffures, au nombre de quatre pour le moment, se situent une sur chacune de mes épaules et sur mes côtes.

"Allez ! Ça va te faire du bien, on va enlever tout ce sang."

Le pauvre essaye de se défaire, mais je tiens fermement sa main dans la mienne et le tire jusqu'au bassin. Nous pénétrons l'eau chaude alors que je le lâche enfin.

"Aaaaah, ça fait trop du bien !"

Comme d'habitude, alors que ma peau se pigmente sous l'effet de la chaleur, une marque blanche en forme de rose se discerne à la base de mon cou.

"Tu veux que je t'aide à te frotter le dos?"

Je m'approche de lui pour rigoler, il n'hésite pas à me plonger la tête sous l'eau, assez longtemps pour me dissuader de revenir à la charge, mais pas assez pour me faire boire la tasse.

Je tousse tout de même ayant tenté quelques dixièmes de seconde trop tôt de reprendre mon souffle.


@Wei Arnbjörn



- il fut décidé que la paix l'emporterait -


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My art, my redemption, my only salvation
I carry the gift that I have been blessed with
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Oct - 21:13

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 80
Points rps : 117

Arrivée en Arenaria : 02/08/2017
Localisation : Probablement derrière toi
Fonction/métier : Officiellement, aucun. Officieusement, tueur.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


-
     Wei n'était pas bien. Vraiment pas bien. Après ce qu'il venait de commettre, le sang dégoulinait de partout. Si Maxwell n'était pas en train de le tirer aux bains, il ne saurait pas ce qu'il ferait à l'heure actuelle. Ce qui était sûr, si une personne croisait leur route, elle se ferait réduire au silence avant qu'elle n'ait pu ouvrir la bouche. La bête se déchaînait à l'intérieur de ses entrailles. Partagé entre la folie meurtrière et son dégoût pour le fluide vital, son esprit disjonctait complètement. Heureusement que le gamin qui le tirait par la main ne commençait pas à s'exciter comme une puce. Ses chances de survie se seraient sans doute réduites. Le pyromane se laissa guider, le cerveau dans un état second.

     Enfin, les bains apparaissent au coin de la rue. Les deux compères pénétrèrent les lieux sans la moindre hésitation. Arrivés dans les vestiaires, le Wyyn commença à le déshabiller. S'il le laissa retirer son haut, le junkie le repoussa lorsque ses mains s'approchèrent de son pantalon. Il lui jeta un regard glacial et se tourna dos à lui, enleva le reste de ses affaires. Ca allait, il n'était pas handicapé non plus. Il le regarda fouiller les autres panières. Lui le fera plus tard. Tout ce qu'il voulait à l'heure actuelle, c'est retirer l'hémoglobine qui commençait à sécher sur sa peau. L'élémentaire n'était pas surpris ou choqué de voir toutes les cicatrices parcourant la peau de son coéquipier. Habitué à les voir, il ne s'en souciait plus. Soudain, il lui attrapa la main et le tira une nouvelle fois. Il tira sur son poignet plusieurs fois, voulait récupérer ce qui lui appartenait. Mais le bougre savait serrer ses longs doigts. Il commença alors à faire monter la température de son bras. Cependant, le temps que la chaleur arrive à lui faire comprendre qu'il valait mieux le lâcher maintenant, ils finirent par rejoindre le bassin le plus chaud du lieu.

     Il le lâcha. Pas trop tôt. À peine avait-il mis les pieds dans l'eau qu'il plongea la tête pour enlever les impuretés. Le sor'cier en profita pour frotter ses cheveux sombres, ne voulant en aucun cas garder une trace de sang sur lui. En se redressant pour reprendre son souffle, il entendit Maxwell parler derrière lui. Il tourna le visage, le regarda en coin. Le voyant s'approchait de son dos, il se retourna entièrement, l'attrapa par les cheveux et lui enfonça la tête dans le liquide transparent. Il ne voulait pas être touché par personne. Le Feugh s'arrêta pour le laisser respirer, ne voulant pas non plus le noyer. Le pauvre petit toussa. Pour qu'il lui fiche la paix, il s'installa dos au bord.

« N'y compte même pas. » siffla-t-il, ayant repris ses esprits.

     Le brun passa une main dans ses propres mèches et les repoussa en arrière pour dégager son visage pâle et cerné. Assis, il se laissa glisser dans l'eau, pour ne laisser que le haut de son visage à l'air libre. Wei surveillait d'un oeil les mouvements du plus jeune, tout en gardant une oreille sur le reste de la pièce. Mais à cette heure, il ne risquait pas d'y avoir grand monde.

Codage par Libella sur Graphiorum


You're gonna have a bad time, Invité.


You gave me advice,
I chose genocide,
but i know to make it right.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Oct - 20:20

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 56
Points rps : 68

Arrivée en Arenaria : 17/08/2017
Localisation : Les Bas-fonds
Fonction/métier : Monte-en-l'air, péripatéticien, nettoyeur

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:






Je tousse encore plusieurs fois avant de me remettre de ma pseudo noyade. Merci Wei ! Non, bon, d'accord, je pourrai aussi apprendre à respirer. Il faut dire que je me suis déjà étouffé en avalant ma salive de travers, donc, un grand bac rempli d'eau, c'est limite dangereux pour moi et ma maladresse. Je vois cependant qu'il vaut mieux respecter sa bulle personnelle pour le moment. Le bain est assez grand, je m'en vais donc barboter un peu plus loin et m'amuse avec les clapotis de l'eau. Lassé par ce premier jeu, je me lève, sors du bain et vais me chercher une des éponges naturelles mises en libre-service. Je m'assieds sur le bord du bain et commence à alterner des temps où j'imbibe l'éponge avec ceux où je frotte mon corps pour faire partir la saleté. Quelle chieuse, elle semble incrustée sous ma peau à certains endroits. A force de m'acharner, ma peau rougit là où j'insiste. En la passant dans mon dos, je remarque qu'un peu de sang fait son apparition. Je passe mes doigts sur mes côtes gauches et remonte dans mon dos. Je grimace. Une des scarifications s'est ouverte comme si elle s'était re-gravé par-dessus la cicatrice pré existante. Je veille à ce que Wei ne regarde pas dans ma direction à ce moment-là. Cela ne sert à rien de l'écœurer encore plus, il a eu sa dose d'hémoglobine pour la soirée le pauvre. Je m'empresse de finir de me laver et me coule dans le bain. La plaie ne cicatrisera pas ainsi, mais cela permettra d'empêcher Wei d'assister à l'écoulement régulier de sang, même s'il est assez infime comparé à l'homme qu'il vient d'égorger.

Je reprends mes jeux aquatiques, parle sous l'eau, fais des bulles, joue avec les fripures de mes doigts, nage deux trois brasses (c'est pas une piscine d'un côté, je n'ai pas de quoi faire les cinquante mètres) et laisse le temps s'écouler tranquillement. Si Wei semblait d'abord perdu dans ses pensées, il est maintenant assoupi. Son visage est crispé dans une expression d'horreur constante. J'esquisse un sourire malicieux. Je sors du bain à nouveau et m'assieds sur un banc non loin pour ressentir ce contact frais contre mon dos. Je concentre mon énergie spirituelle et libère mon double astral pour rejoindre le corps immobile de Wei. Mon propre corps s'alourdit, alors que je me détache de celui-ci. Je me sens plus léger que l'air et flotte. Lorsque j'entre en contact avec son propre esprit, une sensation de brûlure me frappe de plein fouet. Son esprit résiste, pas vraiment surprenant, il est lui-même un sor'cier et j'ai dû éveiller des soupçons la dernière fois que je me suis amusé à pénétrer ses rêves. Je ne pourrais pas rester longtemps ainsi, je sens mon énergie se consumer comme de la paille dans un feu.

Wei n'a pas besoin que je transforme ses rêves en cauchemar, il nage en plein dedans. Partout du sang, je n'arrive pas à voir autre chose, sa peur est telle qu'il m'est impossible de voir le réel cauchemar qu'il vit, mais seulement des bribes violentes. Je prends l'aspect d'une sphère lumineuse pour dissimuler ma véritable identité. Je ne vois pas le rêve, seulement son ressenti, Wei en position fœtale dans un coin qui se recroqueville. On dirait qu'il est plus jeune, un enfant presque. Je flotte jusqu'à lui et produis une illusion de flamme. Après tout c'est l'élément de Wei. L'image de bain de sang s'atténue. Ne pouvant faire plus, mes forces me quittent et je sens mon double retrouver son enveloppe corporelle brutalement.

Une douleur lancinante me coupe le souffle immédiatement, je retiens en cri en enfonçant mon poing dans ma bouche. Wei dort encore et son visage semble plus apaiser.

- il fut décidé que la paix l'emporterait -


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My art, my redemption, my only salvation
I carry the gift that I have been blessed with
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Oct - 22:52

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 80
Points rps : 117

Arrivée en Arenaria : 02/08/2017
Localisation : Probablement derrière toi
Fonction/métier : Officiellement, aucun. Officieusement, tueur.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


-
     Wei le regarda éviter de boire la tasse de justesse. Mais il l'avait cherché. Comme s'il ne savait pas qu'il ne valait mieux pas le déranger dans un moment pareil. Il le suivit du regard et, une fois le môme assez loin à son goût, put se détendre. Il ferma même les yeux. Geste qu'il ne faisait jamais sans être sûr que rien ne pourrait lui arriver. Le Feugh écouta le plus jeune barboter dans son coin. Petit à petit et sans s'en rendre compte, il commença à plonger dans le sommeil. Les événements qui venaient de se produire, ainsi que ses mauvaises nuits en général ne l'aidèrent pas à rester éveillé. Il devait tout de même se sentir assez en confiance pour se montrer si vulnérable, ne serait-ce que quelques minutes.

     Cependant, ce n'était pas dans un rêve qu'il faisait en ce moment. Pour ne pas changer, l'horreur et l'abomination régnait en maître. Trop épuisé pour se réveiller, l'élémentaire resta dans ce monde pourtant faux, mais terriblement effrayant. Cela se lisait sur son visage aux traits tendus. Lorsque Maxwell tenta d'entrer dans son esprit, son inconscient se battait et résistait à cette intrusion. Le Wyyn ayant déjà brisé cette barrière, son corps pourvu de magie le laissait entrer de moins en moins facilement. Le plus âgé arriva toutefois à trouver une faille pour s'y infiltrer. Le sor'cier arriva vaguement à arranger la situation. Malheureusement, trop atteint pour être soigné, il ne pourrait en faire plus cette fois. L'inconscient du brun repoussa une nouvelle fois l'intrus, qui finit par s'en aller du monde onirique.
  Si Wei dormait encore quelques instants, il se réveilla rapidement ensuite. Trop de bouleversements dans sa tête pour pouvoir se reposer correctement. Il prit une grande inspiration en ouvrant les yeux, regarda où il se trouvait. Le cerveau à moitié dans la brume, il remarqua que le plus jeune n'était plus dans le bain. Son regard balaya la salle. Putain. Non seulement il s'était endormi, mais le morveux avait disparu. Le pyromane venait de parler trop vite. Le Wyyn se trouvait assis sur un banc non loin, son poing dans la bouche. Son poing... dans la bouche... Il haussa à peine les sourcils à cette vision grotesque et nagea jusqu'au bord le plus proche.

« Tu joues à quoi ? » soupira-t-il d'une voix pas très réveillée.

Codage par Libella sur Graphiorum


You're gonna have a bad time, Invité.


You gave me advice,
I chose genocide,
but i know to make it right.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Oct - 0:16

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 56
Points rps : 68

Arrivée en Arenaria : 17/08/2017
Localisation : Les Bas-fonds
Fonction/métier : Monte-en-l'air, péripatéticien, nettoyeur

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:






La douleur me transcende, les larmes commencent à perler sur mes joues, alors que Wei m'a clairement remarqué. Je sens le liquide chaud qui me coule abondamment sur le visage sans que je ne puisse rien y faire. Je me sens nauséeux, médiocre. Je dois être blanc comme un linge. L'alcool ingurgité plus tôt a déjà fait une première sortie, de fortes chances que je réitère l'exploit si ma tête ne cesse pas immédiatement de tourner.

Les plaies sur mes épaules sont à vif. Aucun sang ne suinte, mais la couleur rouge vive est bien assez inquiétante. Je ne maîtrise pas encore assez cette capacité et mon corps me le laisse bien savoir. A bout de forces, entre l'alcool, le combat, l'intrusion dans les rêves. Mon corps me lâche. Je tombe sur mes genoux et ferme les yeux. Je croise mes bras sur mon torse et pose mes mains fraîches sur les cicatrices qui embrasent et irradient sur toute la partie supérieure de mon corps.

Je rouvre les yeux. Des mouches blanches me brouillent le regard. Ma tête retrouve un semblant de stabilité.

"Rien, j'ai dû me prendre un coup tout à l'heure."

Ma voix trahit ma faiblesse passagère. Je fais vraiment pâle figure, je ne pense pas que Wei m'ait déjà vu ainsi. En temps normal, je ne force pas autant. D'autant plus que depuis que je maîtrise les deux magies, mon corps commence à perdre ses moyens. L'abruti de tout à l'heure n'a même pas eu le temps de me toucher, mais Wei était bien trop occupé à vider de son sang l'autre malandrin. J'ai donc toutes les chances que mon mensonge passe.

Je me redresse une fois la douleur atténuée. Je me sens assez gêné. Je vois Wei comme un grand frère, mon exemple, un idéal vers lequel j'aimerais tendre à défaut de savoir qu'il est impossible que je l'atteigne. Je le sais que je suis bien plus stupide, moins agile et de bien moindre intelligence que lui. Alors me montrer faible, c'est bien la seule chose que je ne lui avais jamais laissé voir et voilà que ma magie me trahit.

Je me relève tant bien que mal pour remarquer que Wei est à deux doigts de sortir du bain et me regarde étrangement. Je ne pense pas lui avoir jamais expliqué l'apparition de mes stigmates, c'est au moins ça de cacher parce que s'il se rend compte que je tape le squatte dans ses rêves, je vais me prendre la dérouiller de ma vie.

"Nan, mais reste dans le bain, regarde j'arrive."

Je me glisse dans le bain et laisse mon enveloppe corporelle se détendre dans l'eau brûlante. Je fais juste attention à ne pas faire pénétrer mes épaules pour ne pas relancer les douleurs fraîchement évanouies.

Je lance un regard à mon mentor, un peu craintif. D'habitude, je déborde d'énergie, de pseudo-assurance. Alors que là… Timidement, je finis par lui demander.

"Et toi, tu te sens mieux ?"

Je fais clapoter l'eau sous mes doigts pour m'occuper l'esprit et oublier mon malaise. Quelque part, le cauchemar de Wei me hante encore et je reste estomaqué par l'horreur qu'il vit lorsqu'il ferme les yeux. Comme si notre vie n'était pas assez bringuebalante sans ça.


- il fut décidé que la paix l'emporterait -


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My art, my redemption, my only salvation
I carry the gift that I have been blessed with
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Oct - 21:45

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 80
Points rps : 117

Arrivée en Arenaria : 02/08/2017
Localisation : Probablement derrière toi
Fonction/métier : Officiellement, aucun. Officieusement, tueur.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


-
     Wei regarda les larmes couler sur ses joues. Il resta silencieux, mais l'état du plus jeune en disait long sur la souffrance qu'il éprouvait. Sa pâleur, l'expression de son visage, son corps tout entier... il l'avait rarement vu si vulnérable, si ce n'était jamais. Que s'était-il passé durant ses quelques minutes de sommeil ? Avait-il été attaqué ?
  Son regard s'agrandit devant la scène qui venait de se jouer devant ses yeux. Ses mains se posèrent sur le bord du bassin, prêt à rejoindre le Wyyn à tout instant pour le soutenir. D'accord, le pyromane le traitait de tous les noms et lui envoyait des baffes quand il s'approchait de trop près, mais il ne pourrait le laisser souffrir sans rien faire. Il laissait ça à ceux dont il n'avait rien à faire. Ce morveux, il le connaissait depuis tout de même sept ans, ce n'était pas rien. Forcément il s'y attachait, même s'il fallait chercher les marques d'affection. Il fronça légèrement les sourcils à ses paroles. le brun ne l'avait pas vu se battre, trop occupé à réduire au silence le bossu. Cependant, même dans son état de crise, le plus jeune ne lui avait pas semblé plus endommagé que cela. Ou peut-être avait-il joué la comédie sur le chemin pour ne pas l'inquiéter plus... Peut-être qu'il souffrait d'une blessure interne. Tout se mélangeait dans sa tête. Le sor'cier n'en savait rien. Il crispa ses mâchoires, serra les dents. Il ne pouvait rester implacide face à la détresse que n'arrivait pas à cacher le jeune homme.

     Sans le lâcher une seule seconde des yeux, il l'observa se relever et se traîner jusqu'au bain dans lequel il se trouvait. Le junkie remarqua les plaies ouvertes sur ses épaules. Bien qu'aucune trace de sang ne s'y écoulât, la simple vue de cette chair à vif le fit frémir de dégoût. Si sa mémoire lui faisait défaut sur ce qui s'était passé entre le lieu de l'attaque et les bains, il était certain que ses épaules n'avaient rien avant qu'il ne se sente mal.
  Wei était habitué à voir tous les stigmates sur la peau de son compère, mais ne s'était jamais demandé d'où elles venaient. Elles devaient avoir une origine propre à sa race, puisque Danak en avait également au niveau des lèvres, tout comme les quelques Wyyns qu'il croisait dans les rues. Toutefois, n'ayant jamais étudié à l’académie des sor'ciers, il restait ignorant sur la raison de leur apparition. Ni Maxwell ni Mama ne lui avaient expliqué. Le premier parce qu'il ne lui avait rien dit et qu'il ne lui avait pas posé la question, l'autre parce que ses enseignements portaient sur l'amélioration de ses compétences, pas sur les différences entre les peuples. Il ouvrit les lèvres, mais se fit couper la parole par le plus petit. Le plus vieux les referma, non sans les pincer. Il resta à proximité, ne voulant pas qu'il se noie s'il faisait un malaise dans l'eau.

     Leur regard se croisa. Si celui du Wyyn montrait toute la pitié et la douleur qui le traversait, celui du Feugh trahit pour la première fois de l'inquiétude. Il ne reconnaissait pas le gamin en face de lui. Maxwell, celui qui débordait d'énergie, avait remplacé par un morveux chétif et pouvant tourner de l'oeil à chaque instant. Ce n'était pas son compagnon de fortune. On l'avait échangé pendant son sommeil.

« Oui, ça va... »

     Étrangement, son cauchemar s'était un peu apaisé avant qu'il ne se réveille. Mais l'état du sor'cier de l'esprit l'inquiétait bien plus qu'un énième mauvais rêve.

« Si tu te sens mal, on peut rentrer... »

     L'élémentaire n'allait pas le forcer à rester ici. On ne pouvait pas dire que les bas-fonds étaient un endroit très accueillant, mais au moins ils seraient en sécurité chez eux. Sinon, ils pouvaient prendre une nuit dans une auberge, la chambre serait en meilleur état par rapport à celle dans laquelle il dormait habituellement.

Codage par Libella sur Graphiorum


You're gonna have a bad time, Invité.


You gave me advice,
I chose genocide,
but i know to make it right.
Revenir en haut Aller en bas
Hier à 0:04

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 56
Points rps : 68

Arrivée en Arenaria : 17/08/2017
Localisation : Les Bas-fonds
Fonction/métier : Monte-en-l'air, péripatéticien, nettoyeur

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:






Comme d'habitude, la douleur persistera plusieurs jours jusqu'à s'estomper, je ne me prive pas d'utiliser ma magie pendant ce lapse de temps. Ce que j'ignore c'est que la douleur est proportionnelle à la résistance que me confère l'esprit entraîné du Feugh à recevoir mes intrusions répétitives. Sans doute doubler à ses compétences de sor'cier qui n'aident pas. S'il dort d'un sommeil profond et moins mouvementé, m'introduire dans sa tête me coûte aussi moins d'énergie que lorsqu'il somnole et que ses rêves sont torturés. Forcément, le challenge était de taille aujourd'hui et je me suis jeté tête la première. C'est bien la preuve que je me souci de lui ? Non, en fait, je suis juste téméraire. C'est quoi ce regard qu'il me lance ? J'ai tant l'air que ça d'une loque ? Mais je rêve où il s'inquiète ?

"Ah non, déjà que je me trempe pas souvent, alors si en plus j'prends pas le temps d'me laver ça craint. T'vas quand même pas me contredire."

Mon moral, bien refroidi par la plainte sourde de mes stigmates, remonte en flèche à cette supposition, un sourire, même, se dessine sur mes lèvres. C'est sûr qu'il s'inquiète là ! Un picotement de satisfaction me titille la poitrine.

Je m'approche de lui. L'eau roule sur mes épaules, répondant au déplacement de liquide engendré par mon mouvement. Je grimace. Mais c'est pas possible d'être aussi con ma parole. Bon, quitte à avoir mal, autant le faire grand modèle. De toute façon, je ne vais pas pouvoir ne pas remouiller mes épaules si je tiens vraiment à me laver. Je prends ma respiration et plonge ma tête sous l'eau. Je crie, je pleure, tout s'étouffe sous l'eau. Quand je remonte, mes cheveux me collent au visage et cachent partiellement ma mine déconfite. Voilà, une bonne chose de faite. J'ai pas envie que Wei me voie faible. Je l'étais il y a sept ans, mais j'ai parcouru du chemin, je me suis accroché, j'ai écouté la vieille sor'cière pendant des heures me dire que je n'étais qu'un abruti dès que je commençais à jouer en plein milieu de ses cours. J'ai ensuite appris tout par moi-même en ce qui concerne la magie de l'esprit. J'ai tué en son nom, reçu des coups en retour. J'ai suivi Wei sur les toits, écorché à vif la chair de mes mains quand je n'arrivais que de justesse à me rattraper sur le bord d'une gouttière. C'est avec une pointe de fierté vexée que je m'adresse à mon mentor.

"Non, mais ça va hein, j'suis plus robuste que ça quand même ! J'sais bien que j'ai l'air d'une crevette, j'reste un bon sor'cier j'en suis sûr."

Je fais des bulles dans l'eau, je suis toujours gêné qu'il m'ait vu ainsi. Il peut pas juste oublier et se rappeler que je me suis jamais plains après une blessure, que je ne lui ai jamais demandé même de m'aider à les panser connaissant son aversion pour le sang. Je suis sympa quand même. Son regard continue d'être insistant. C'est sans doute de la bienveillance mais je n'y vois que ma faiblesse. Un étrange mélange de - j'aime que Wei s'inquiète pour moi - en conflit avec - j'ai envie d'être fort pour qu'il ne me considère pas comme un boulet. Je lève les yeux au ciel.

"C'est bon me regarde pas comme ça j'ai l'impression d'être une chochotte. J'sais bien qu't'es un dur à cuire toi."

Je baisse la tête et fais la moue, toujours plus proche de Wei j'en profite même pour l'éclabousser un peu en envoyant une pichenette dans l'eau. En plus je serai bien marron s'il commence à me poser des questions sur mes stigmates.

- il fut décidé que la paix l'emporterait -


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My art, my redemption, my only salvation
I carry the gift that I have been blessed with
Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Contre-coup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contre coup de la grossesse et de l'accouchement ?
» Clampage / coupe tardifs du cordon et jaunisse
» Coup de gueule : trouver du travail pr les jeunes diplômés
» coup de gueule contre la face cachée de l'euro
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Centre ville :: bains publiques-