Soirée mondaine
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Soirée mondaine



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 14 Oct - 21:29

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 47
Points rps : 80

Arrivée en Arenaria : 02/10/2017
Localisation : Sur mon lit, soit avec mes cahiers de cours, soit avec mon amant
Fonction/métier : Politicien

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: arc long, carquois, flèches, un carnet de note et un crayon papier
COMPÉTENCES:






Soirée mondaine

Cela fait une semaine entière que ma belle-famille a débarquée, une semaine entière que je les supporte et une semaine entière que Leif et moi faisons profil bas. Lui passe le plus clair de son temps loin de l'appartement, me laissant seul avec eux. Il faut dire que ma femme ne perd pas une occasion de le traiter de paresseux et de le critiquer sur tous les aspects. Mon sans boue à chacune de ses réflexions et je me sens bien plus apaisé de le savoir loin de son venin. Une vraie vipère.

Pour ma part, le nez plongé dans les préparatifs entre les discours, les plans de table, les divertissements proposés, je n'ai pas beaucoup de temps pour quoi que ce soit d'autres mis à part quelques rendez-vous importants que même ma famille conçoit comme prioritaire sur les préparatifs. Tout doit être parfaitement organisé, ma belle-famille ne supportera pas qu'un imprévu vienne ternir la soirée et, par la même occasion, sa réputation. Je suis briefé pour que mon comportement soit parfaitement orchestré, raccord avec les attentes de la grande famille des Val’tayik. Rien n’est laissé au hasard, je ne suis qu’un pantin. La nuit promet d'être éprouvante.

Tout se déroule comme prévu, je me suis acquitté de ma tâche avec brio, pour dire, j’ai même eu le droit à un compliment de ma chère Anyanka. Elle m’a aussi laissé profiter des petits et je me suis chargé de les endormir après une histoire de leur papa. Définitivement le meilleur moment de toute la soirée pour ma part. Cela m'a aussi permis de m'excuser auprès de nos invités et conclure mon rôle dans  cette belle grande pièce de théâtre offerte par ma famille…

La fête bat toujours son plein lorsque je retourne dans la grande salle, j'ai rempli ma part du contrat, je me suis montré, j'ai fait mon discours, mon éloge à cette grande famille et dansé avec ma femme pour l'ouverture du bal. Les enfants sont couchés, occupant la dernière partie de ma soirée. Je m'esquisse sur le balcon pour respirer un coup, un verre d'hydromel à la main. Je soupire, j’aimerais m’échapper, retrouver Leif et boire à ma taverne préférée.

Une garde prend, elle aussi, un bol d'air frais. Sans doute un moment de pause entre deux tours du périmètre. Je la détaille rapidement du regard, je dirais bien une jeune Feugh. Pas prise de tête.

« Bonsoir. »

Un silence s’installe. Rien de bien gênant, j’ai juste envie de me détendre. L’air frais automnal me berce, je n’ai qu’un désir, c’est me changer en renard pour aller me rouler dans les tas de feuilles mortes, tenter d’attraper celles qui virevoltent et embêter les hérissons. Je souris, plus que deux jours à attendre avant de pouvoir me transformer. Cette perspective me redonne un coup de fouet et je me sens même d’entamer une conversation avec la Feugh qui accompagne ma sortie.

« Vous n’avez rencontré aucun problème au cours de la soirée ? »

Je me tourne vers elle, toujours sirotant mon hydromel bien sucré. Traitre, si doux au palais, si douloureux pour les cheveux le lendemain. Je n'en abuserai pas, il ne faudrait pas que ma belle-famille me voie ainsi.


@Sylea Sil’afian


- il fut décidé que la paix l'emporterait -


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My soul is adrift in oceans of madness
Repairing the rift that you have created
I am not alone, brothers, give me your arms now
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Oct - 19:10

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 825
Points rps : 256

Arrivée en Arenaria : 20/08/2015
Localisation : Quelque part à Ceti, entrain de patrouiller. Où à la caserne, en train de s'entraîner.
Fonction/métier : Garde de Ceti et un jour chevaucheuse de dragons.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: Une dague, un plan de la ville, une pierre de chez elle et un morceau de miroir brisé.
COMPÉTENCES:


La Garde avait pour rôle de protéger les citadins de Ceti. Assurer leur sécurité, allant parfois jusqu’à les empêcher de faire n’importe quoi. Parfois, ça voulait dire sécuriser un événement public, ça veut dire s’occuper des malotrus qui ne savent pas se comporter correctement ou, comme ce soir-là, protéger une soirée privée de tout débordement. Cette soirée-là, comme d’autres gardes, elle avait été chargée de la protection de la soirée mondaine de la famille Val’tayik. Ce n’était pas quelque chose qu’elle appréciait. En soit, elle ne comprenait pas pourquoi on sécurisait les soirées nobles, alors qu’on laissait dans la ville les orphelins et les criminels. Pendant qu’elle gérait ça, d’autres géraient les bas-fonds, oui, mais ce n’était pas pareil. Elle avait conscience que ça faisait partie des missions de la Garde au sein d’une ville aussi grande, avec autant de peuples différents, c’était nécessaire. Nécessaire de protéger la haute classe, comme la petite. Les problèmes au sein de chaque classe étaient justes différents. A prendre en compte d’une façon différente. C’était juste éprouvant d’une autre façon.
Elle savait que tout ne tenait qu’à des interprétations personnelles. Qu’à un point de vue. Sortant de la soirée, elle se plaça sur le balcon, faisant une petite – et courte – pause. Les yeux perdus dans les étoiles de la soirée, Sylea avait terriblement envie de voler. Et pourtant, ce n’était pas possible du tout. Pour le moment, en tout cas, aucun dragon ne l’avait choisi. Aucun. C’était terrible de savoir qu’elle les fréquentait au quotidien, qu’elle avait grandi avec et qu’aucun d’eux ne souhaitaient la laisser les chevaucher. Encore aujourd’hui, elle ne comprenait pas pourquoi elle n’était pas devenue une Chevaucheuse. Elle ne comprenait pas pourquoi elle n’avait pas rejoint la Confrérie des Airs. Pourquoi diable était-elle encore dénuée d’ailes ? De compagnon ailé ? 9 ans qu’elle était à Ceti. Et aucune réponse. Aucun dragon qui ne souhaitait la voir chevaucher. Ça lui brisait le cœur. D’une certaine façon, elle avait espéré que Ceti lui apporterait une chance, mais plus elle restait dans cette ville et plus la sensation d’avoir perdu son temps – au niveau Chevaucherie, lui taraudait l’esprit. Alors qu’elle était plongée dans ses pensées, un invité se mêla à sa petite pause. Un rapide coup d’œil et elle nota qu’il s’agissait d’Inari Val’tayik. En soit, elle ignorait pratiquement tout de lui et n’en avait pas grand-chose à faire, mais comme elle travaillait sur la sécurité d’un lieu qui lui appartenait, elle avait au moins fait l’effort de retenir son nom, son prénom et son visage. Lui en demander plus serait trop demander à un feugh. « Bonsoir. » Répondit-elle sobrement. Plantée sur ses pieds, les yeux perdus dans le vague, une main à la ceinture et l’autre passant dans ses cheveux, Sylea était – contrairement à ce que l’on puisse penser – capable de sauter sur n’importe quel individu pour se défendre ou capable de sortir l’une de ses deux épées (croisées dans son dos) sans aucune difficulté. Feugh, entraînée chaque jour au maniement des armes et au combat, elle était plus redoutable qu’on pouvait le penser. Et ça lui plaisait. Enormément. « Pour le moment aucun. » Répondit laconiquement la Garde, pas très motivée à faire la discussion. Des éternels commères diraient que ce n’était là qu’une trace génétique de sa race, ce à quoi elle répondrait sûrement que c’était fortement probable. Pourquoi parler quand on n’avait rien à dire ? Elle ne savait même pas quoi répondre, ou comment lancer la discussion. Au pire, c’était un politicien, parler il savait faire non ?


dans ses veines coule le feu du dragon, la rage de la bête, la sagesse de ses ancêtres et le froid de la pierre. Fière de ses origines, elle démontrera sa force et chevauchera le vent. — .
une femme
n'est pas
faible.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 12:28

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 47
Points rps : 80

Arrivée en Arenaria : 02/10/2017
Localisation : Sur mon lit, soit avec mes cahiers de cours, soit avec mon amant
Fonction/métier : Politicien

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: arc long, carquois, flèches, un carnet de note et un crayon papier
COMPÉTENCES:


Elle ne semble pas très loquace et me répond de manière concise et sans artifice.

« Parfait, en tout cas, si vous croisez un hippie en poncho se promener, ne vous en faites pas, c’est mon secrétaire. »

Je rigole en l’imaginant.

« Il n’apprécie juste pas de porter les tenues lourdes et encombrantes que ce genre de soirée exige. »

Je souris. Leif est un sacré numéro quand il s’y met. Je n’ai aucune difficulté à l’imaginer se pointer ici dans son vieux vêtement qui ne ressemble à rien et se faire arrêter. Je continue de siroter paisiblement mon verre. Rêveur.

Elle l’ignore, mais malgré mon statut de politicien, je ne suis pas homme à meubler le silence lorsqu’il n’a pas lieu d’être. Je n’impose jamais aucune conversation et laisse se tarir notre échange si c’est cela qu’elle souhaite. Tout ce qui compte pour moi en cet instant, c’est de laisser mon esprit vagabonder, envisager toutes les bonnes choses qui vont venir après cette interminable soirée, trop éprouvante. Je dois bien avoir encore deux ou trois réunions, à voir à avec la capybara, et après je pourrais me permettre de faire redescendre toute la tension et la pression que j’ai accumulé ces derniers jours. Je fais tournoyer le liquide dans mon verre, déplorant la fin qui approche.

C’est sans compter sur ma bonne étoile. Un serveur passe deux minutes plus tard et nous propose de nous ravitailler, je l’enjoins même à proposer à la garde aussi, j’estime que les gens qui travaillent doivent pouvoir se détendre et profiter eux aussi. Même si je ne pense pas que ça soit l’avis de ma belle-famille, il me dirait trop laxiste.

Cette fois, c’est un jus d’abricot et je m’en régale. Si je ne m’abuse, Les Val’tayik ont fait venir des productions directement d’Arietis pour ce qui concerne toutes les denrées alimentaires dans la limite de péremption.


Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
My soul is adrift in oceans of madness
Repairing the rift that you have created
I am not alone, brothers, give me your arms now
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 11:14

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 825
Points rps : 256

Arrivée en Arenaria : 20/08/2015
Localisation : Quelque part à Ceti, entrain de patrouiller. Où à la caserne, en train de s'entraîner.
Fonction/métier : Garde de Ceti et un jour chevaucheuse de dragons.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: Une dague, un plan de la ville, une pierre de chez elle et un morceau de miroir brisé.
COMPÉTENCES:


Elle laisse un sourire éclairer son visage. En service, même en pause, les habitudes de soldat reprenaient rapidement le dessus. Elle le vivait bien. De toute façon, elle n’aurait pas pu en faire autrement, étant donné que ces habitudes régissaient l’entièreté de sa vie. « C’est un choix compréhensible. » Après tout, qui apprécierait de devoir se trimballer en armure, ou en costume ? Ce n’était pas des situations les plus confortables et si, comme Sir Val’tayik, il était un newid, il avait la forte habitude de ne pas porter de vêtements. Alors forcément, ça n’arrangeait rien. Rien du tout. La vie en société devait être particulière en Arietis. A la réflexion, elle se demandait bien s’ils étaient toujours tous nus, ou si ce n’était qu’une rumeur. Question pour le moins dérangeante – enfin à ce qu’en disaient les mœurs de chaque royaume – elle préféra éviter de la laisser franchir le bord de ses lèvres.

Quelques temps plus tard, alors que le silence – bien venu – s’installe entre eux, un serveur finit par arriver, leur proposant de s’alimenter. Elle décline poliment, mais prend un verre de jus d’abricot, après avoir eu la confirmation qu’il était dénué de tout alcool. Certes, elle était en servie, mais se déshydrater n’était pas une bonne idée – bien que ça ne soit en rien de l’eau. Et, évidemment, l’alcool était impensable. Elle n’était pas là pour être ivre, étant de mission pour assurer la sécurité de toute la soirée. Elle trempa ses lèvres dans le liquide et le laissa couler dans sa gorge. Frais, revigorant, elle apprécia les tonalités sucrées du breuvage, avant de reposer le verre. Il était fini, hors de question de le conserver dans sa main. Soupirant, fermant les yeux, elle respira une fois encore l’air frais. Sylea le savait, elle ne pouvait rester indéfiniment en pause, elle allait vite devoir retourner à l’intérieur. Faire son travail. Ce n’était pas un mal, mais c’était nécessaire. Sa conscience professionnelle n’hésiterait pas à lui jouer des tours autrement.


dans ses veines coule le feu du dragon, la rage de la bête, la sagesse de ses ancêtres et le froid de la pierre. Fière de ses origines, elle démontrera sa force et chevauchera le vent. — .
une femme
n'est pas
faible.
Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée mondaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» soirée disco sur la glace...
» Pour vos soirée jeux.
» soirée mutine
» soirée pyjama à la Médiathèque de la Tour-du-Pin
» Jeudi 8 avril 2010 - Soirée Pizza à volonté !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Centre ville-