Je ne suis pas une panthère, c'est pas moi, je suis caché - O'Yana
EVENTS

- Meurtre au Marché des Cinq Royaumes, ici.

LES POSTES VACANTS

- Noble élémentaire de l'eau ◊ ici.
- Assassine pour le pacte ◊ ici.
- Dresseur de dragons ◊ ici.
- Dealeuse ◊ ici.
- Sor'cière aveugle ◊ ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Sor'cier de la Garde ◊ ici.
- Maître d'armes de la Garde ◊ ici.
- Le gros matou ◊ ici.
- L'apprentie prêtresse ◊ ici.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue en Arenaria !
Vous voilà désormais dans un univers aux larges possibilités, profitez de la diversité !

Les personnages inventés sont autorisés, n'hésitez pas à lire le guide du débutant, ou à poster dans l'atelier de création !

Partagez | 
 

 Je ne suis pas une panthère, c'est pas moi, je suis caché - O'Yana



que la grandeur des cinq éclaire notre chemin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 16 Oct - 10:21

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



C’était une bonne journée. Hier aussi c’était une bonne journée. Il avait profité des caresses d’O’Yana depuis le début de la semaine, l’avait suivi un peu partout, s’était régalé à force de gratouilles, et de ce qu’il pouvait y avoir dans sa gamelle.
Le garçon en était tellement bien, que parfois, il avait l’impression d’être loin, loin, dans une sorte de paradis.
Mais Wapi n’oubliait jamais, pendant la semaine, de reprendre une vie « ordinaire », de garçon « ordinaire », qui restait sous forme humaine pour faire tout ce qu’il devait faire, à commencer par apprendre le métier.

Apprenti dans une boutique d’un homme qui sans être sévère, savait se faire écouter et obéir, il s’appliquait à apprendre comme il pouvait, parce qu’il en restait que Wapi aimait bien ça, l’art de l’herboristerie.
Satisfait de son actuel travail, il rêvait néanmoins de passer tout son temps avec celle qu’il considérait comme sa maitresse. L’écouter lui parler, avec sa douce voix, et ressentir les gratouilles sur son pelage. La panthère en lui, gigotait à cette idée, mais Wapi se devait de rester calme, et sérieux.

Concentré sur son travail, il eut presque un sursaut quand il entendit la boutique s’ouvrir. Servant surtout à s’occuper de la vente, en plus de son apprentissage, il savait que ce ne serait pas vers lui qu’il faudrait se tourner pour des renseignements pointus, mais qu’il serait de sûr, celui qui s’occuperait de la transaction. Et de toute manière, le vieux avec qui il travaillait, était parti aller chercher des herbes. Il était seul dans la boutique.

Sauf que cette fois, le client n’était pas n’importe qui.

Si les panthères savaient faire des loopings, il aurait manqué d’en faire une, à défaut de son cœur, qui se prit pour un dragon chevauché, semblant tournoyer.

Clignant des yeux, observant la silhouette devant lui, Wapi oublia presque de respirer. O’Yana se trouvait dans la boutique, et lui, il n’était pas « O’Chas » actuellement. Il était « Wapi ».
La croiser de loin, dans les rues, et vite s’en aller – un peu stupidement puisqu’elle ne l’aurait pas reconnu -, il l’avait déjà fait. Mais là, il était coincé.

En un sens, Wapi s’était toujours interrogé sur la réaction que sa « maîtresse » pourrait avoir si elle apprenait qu’il était vraiment. Il avait maintes fois été tenté de tester, ou même, d’essayer de voir d’avoir si elle saurait s’entendre avec son lui humain.
Mais jamais il n’avait osé, ne voulant pas trahir ce lien qu’ils avaient.

Wapi l’observa, la gorge sèche. S’efforçant de rester calme, alors que tout en lui réagissait.

- Bonjour ! C’est hm…La première fois que vous venez ici, non ?

Ou au moins la première fois que Wapi la voyait ici.
Dans tous les cas, cela lui semblait étrange de parler, et de ne pas miauler ou grogner comme il en avait l’habitude.
Et plus encore, il se sentait pâle comme un linge. Comme si O’Yana, juste en le regardant saurait qui il était.
D’ailleurs, Wapi, inconsciemment, avait déjà caché sa main gauche où se trouvait sa tâche de naissance. Dans le doute.


O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Oct - 16:21

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 311
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 15/04/2017
Localisation : Sans doute dans le temple de Naoidhean.
Fonction/métier : Prêtresse du temple de Naoidhean à Ceti.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Comme tous les jours, O’yana s’était réveillée dans sa maisonnée, à cheval entre l’eau et le sol de Ceti. Elle avait profité des premières lueurs de la journée pour se baigner et porter sa nageoire, preuve indiscutable de son statut de seseli. Quand, finalement, elle avait nourri O’chas et avait réussi à petit déjeuner de façon, plus ou moins tranquille (ce dernier recommandant toujours des caresses), elle s’était douchée, vêtue et était partie travailler, laissant sa panthère domestique vaquer à ses propres occupations.
Entre les rituels, les confessions, les tâches ménagères au sein du temple, la journée était passée assez rapidement. Occupée comme elle l’était et passionnée par son travail, O’yana voyait rarement le temps passer. Finalement, elle avait dû quitter son poste pour se diriger dans une herboristerie, en plein centre-ville, pour refaire les stocks. Nécessaires aux rituels, les herbes trouvées dans la ville, importées directement de son royaume ou certaines propres à Ceti, permettaient aux prêtres et prêtresses de réaliser leurs traditions sans grande difficulté. En effet, ils trouvaient pratiquement toujours ce dont ils avaient besoin. Parfois, ils envoyaient des dragons ou des émissaires chercher directement au Royaume des biens spécifiques, mais ça n’était qu’à de rares occasions. Pressée par le temps, elle se dirigea vers la première boutique qu’elle croisa, désignée par la Grande Prêtresse de son temple et dont elle n’avait – pas plus que ça – entendu parler. C’était bien une boutique mignone et sûrement très pratique, mais elle ne faisait pas partie des adresses habituelles de la prêtresse. Cette dernière passa le pas de la porte et sa tunique, longue, grande, échancrée sur ses jambes (bilatéralement) et débutant à la taille, ne laissait aucun doute sur sa fonction. Un léger bandeau recouvrait sa poitrine, ses cheveux cascadaient sur ses épaules et ses fines lèvres étaient (comme toujours) cachées derrière un fin voilage. Elle avait les pieds vêtus de petites sandales, lui permettant de se déplacer rapidement. Quelques bijoux seselis décoraient ses avant-bras, ses doigts et même sa coiffure, sans qu’elle ne trouve cela pour le moins étrange. De toute façon, la diversité avait toujours été de mise en Ceti, ça n’étonnerait donc personne de la voir ainsi vêtue. « Bonjour. » Répondit-elle au jeune homme, sa voix était posée, assurée et retentit distinctement dans la pièce. Elle esquissa un faible sourire. « C’est la première fois que je viens, ça se voit tant que ça ? » Le jeune homme semblait assez nerveux, elle se doutait que vendre et recevoir des clients – surtout en ayant un aussi jeune âge, pouvait être assez difficile. Elle ne s’étonna donc pas de sa situation de stress et resta extrêmement calme, ne souhaitant pas l’angoisser plus que nécessaire. « Je recherche ces plantes. » Elle tendit un morceau de parchemin sur lequel une plume avait gravé plusieurs plantes. Certaines étaient assez rares et d’origines seseli, d’autres plus courantes. Elle espérait qu’il serait en mesure de toutes les trouver, n’ayant pas réellement envie de devoir faire plusieurs herboristeries pour trouver ce dont elle avait besoin.
D’autant plus qu’elle n’était pas des plus patientes quand la Grande Prêtresse en personne demandait quelque chose. Elle avait plutôt tendance à vouloir tout exécuter rapidement et parfaitement, pour ne pas la décevoir.


Cachés dans les profondeurs de l'océan, on entend les murmures de la déesse. Seront-ils assez courageux pour la retrouver ? Qu'importe la noirceur entourant sa cachette ? Trouveront-ils la lumière, même au plus profond de l'obscurité ? — .
croire,
s'étouffer
se relever
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Oct - 9:40

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



Elle était toujours là. Et Wapi qui essayait de chercher pourquoi elle était là. Un peu quand même. Après tout, il l’accompagnait souvent, mais il ne l’avait encore jamais accompagné dans une herboristerie.
Une minute. Elle était dans une herboristerie. Pas là pour chercher son O’Chas. A se gratter les souvenirs, il se rappela les quelques demandes de la supérieure d’O’Yana. A force de vivre dans le côté religieux des seseli, Wapi avait compris que celles-ci avaient parfois besoin d’herbes. Oh.
Il se sentit déjà rassénéré de cela.
Et de toute façon, ça serait avec plaisir qu’il lui aurait vendu des herbes, lui qui l’adorait tant. Se sentant plus décontracté, il en resta qu’il cacha bien son poignet gauche.
A la question d’O’Yana, Wapi préféra hausser les épaules. Ne pas donner d’argumentation sur le fait que c’est la première fois qu’il la voyait ici. Sinon il risquait de dire n’importe quoi.

Quand elle lui tendit le parchemin, Wapi se pencha pour l’attraper, mais il sentait son sourire se créer de plus en plus, et s’il avait eu sa queue de panthère, celle-ci se serait agitée dans tous les sens. Et pour cause, il était trop heureux de passer du temps avec O’Yana, même sous forme humaine. A chaque fois qu’il la quittait, même si ce n’était pas si longtemps, il ne pouvait s’empêcher de ressentir un vide durant plusieurs minutes.

- Je vais regarder ça…

Observant rapidement la liste, il n’eut aucun mal à reconnaître celles que l’on retrouvait notamment dans le quartier des seseli. S’oubliant, il lâcha :

- Oh, je vois que vous en avez de votre pays… Enfin, c’est logique, enfin….

Captant soudain, qu’il ne pouvait pas tant déterminé d’où elle venait juste en la voyant ainsi, il sentit un frisson le parcourir. Bon, tant pis, ce n’était pas grave, il essayerait de ne plus faire de bourde, il pouvait se rattraper… Oui ! Il pouvait.

- Enfin j’imagine que s’il y a autant de plantes seseli c’est que vous en êtes une.

Rire nerveux.
Il se plongea un peu plus dans la liste, et retourna en mode travail. Mais c’était assez difficile, en vérité, de rester totalement stable mentalement, quand tout son corps réclamait la transformation pour des câlins.

Il commença néanmoins sa recherche, cachant son poignet comme il le pouvait, et sortant plusieurs herbes, qu’il glissait professionnellement – et par habitude – dans des petits sachets.

- Oh il me semble que celle-ci est très bonne pour les soins…

D’habitude, il se taisait, ou faisait d’autres remarques, mais pas de ce genre, seulement, là, c’était comme si Wapi avait envie de lui parler, comme s’il se sentait obligé de faire des petites remarques par ci par là, pour pouvoir interargir avec elle.


O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Oct - 13:47

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 311
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 15/04/2017
Localisation : Sans doute dans le temple de Naoidhean.
Fonction/métier : Prêtresse du temple de Naoidhean à Ceti.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Le jeune homme qu’elle avait en face d’elle était jeune, sympathique et apparemment un peu stressé par sa position. Qu’importe, de toute façon, elle n’était pas là pour juger de ça ou de ses compétences, juste pour avoir sa commande. Tendant, de sa main droite, son parchemin, sa tunique avait découvert les quelques écailles que sa peau présentait, prouvant son statut de seseli. « Eh bien, vous avez l’œil ! » Elle laissa échapper un sourire sincère. « C’est vrai que mes petites écailles sont assez parlantes. » Elle toucha ses écailles au niveau de son poignet droit, marqueur de sa race. « C’est assez rare qu’on les voie directement, mais en effet je recherche des produits venant d’Octantis. » Hochement de tête, petit sourire sur la lèvre, elle poursuit. « Etant prêtresse de Naoidhean, j’en ai besoin pour notre Culte. » En soit, rien de bien surprenant, mais elle préférait expliquer sa situation. Peut-être qu’il pourrait également lui conseiller de nouvelles plantes, ou des choses qui étaient enfin disponible en Ceti, tout ne l’étant pas encore. « Vous avez tout bon oui ahah ! » Elle laissa un fin sourire apparaître sur son visage. La demoiselle était peu certaine qu’il s’agissait de sa liste de plantes qui l’avait fait penser à la race seseli, mais très certainement ses écailles. Après tout, une simple liste ne pouvait pas prouver quoique ce soit ? Non ? Peut-être qu’il était simplement gêné de parler des marques sur son corps. Certains pouvaient l’être, pourquoi pas lui ? Elle ne se questionna pas plus longtemps sur la nature du problème, étant donné qu’il n’y en avait pas à ses yeux. Et puis, il fallait l’avouer, elle ne cherchait pas à se questionner sur ce genre de petites choses, ayant bien d’autres choses à traiter.

Elle le laisse se plonger dans la liste et se mettre au travail, elle ne doutait pas qu’il lui trouverait sans doute tout ce qu’il fallait. Comme elle y songeait plutôt, peut-être qu’il allait lui faire des suggestions, ou peut-être qu’il allait pouvoir lui donner des ressources plus nombreuses qu’elle n’y aurait pensé. En soit, elle n’en savait rien, l’herboristerie n’était pas son domaine. Elle préféra donc le laisser faire, hésitante à dire quoique ce soit. Pouvait-elle lui faire la conversation ? Il semblait bien jeune, qu’aurait-elle pu lui dire de toute façon ? O’yana laissa ses yeux dériver sur la boutique et son contenu, s’intéressant à ce que ses pupilles virent sur les étagères et le comptoir, pendant qu’il cherchait.
Il finit par trouver certaines herbes, en sortant certaines, en glissant d’autres dans des sachets. Elle ne s’attacha pas forcément à regarder ce qu’il faisait, trouvant que ça pouvait être assez dérangeant. Fixer quelqu’un, regarder ce qu’il était en train de faire lui donnait l’étrange impression d’être là pour contrôler ses actes, chose qu’elle n’était pas capable de faire. « En effet. » Il avait montré la sla’vys. Rouge, avec des petites écailles et des épines sur ses feuilles, elle était utilisée pour faire des baumes. « Je ne sais pas si elle a d’autres utilités, mais nous l’utilisons pour faire des baumes. On le place ensuite sur le corps dans certains rituels. » Elle esquissa un petit sourire. « Je suis désolée, j’aime parler de mon métier, mais j’oublie souvent que ce n’est pas réciproque. » Elle éclate d’un rire léger, ne souhaitant pas l’ennuyer avec ses petites histoires. Elle n’était pas là pour ça après tout. Juste pour acheter des herbes. Rien d’autre.


Cachés dans les profondeurs de l'océan, on entend les murmures de la déesse. Seront-ils assez courageux pour la retrouver ? Qu'importe la noirceur entourant sa cachette ? Trouveront-ils la lumière, même au plus profond de l'obscurité ? — .
croire,
s'étouffer
se relever
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Oct - 10:06

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



Oui c’est vrai l’œil. L’œil qui voyait les écailles. Ah bon sang Wapi n’arrivait pas à se calmer. D’un côté il était tiraillé à l’idée qu’elle devine qui il était, et de l’autre, il mourrait d’envie de la câliner, de lui dire à quel point il l’aimait, à quel point il était content de la voir.
Le pauvre, était plein d’énergie, mais mentalement. Et cette énergie, il devait bien sûr la contenir. Comme sa transformation qui le gratouillait.
Les écailles, il avait déjà l’habitude de les voir, à force, il ne les voyait même plus, mais, du coup, l’excuse de l’herbe lui avait semblé plus logique, et il était plutôt satisfait de constater qu’il s’était bien rattrapé.

Ecoutant O’Yana se présenter presque, expliquant pour quelle raison elle avait besoin de ses herbes, il s’efforça de sembler…Pas surpris, parce que cela aurait été trop, mais disons, de faire celui qui ne savait pas qu’elle était déjà tout ça.

Wapi continuait de prendre les différentes herbes. Alors qu’il avait attrapé la sla’vys, il entendit O’Yana approuver ses dires, et se sentit sourire tout seul. Comme il aimait sa douce voix, sa façon de raconter ce qu’elle aimait faire, tout cela… Et ici, il pouvait parler avec elle ! Interargir réellement ! Ne pas se contenter de grognements, de miaulements et de ronronnements !
Wapi s’en sentait presque privilégié, s’il ne s’était pas senti un peu coupable d’avoir toujours caché sa véritable identité à la seseli.

« Je suis désolée, j’aime parler de mon métier, mais j’oublie souvent que ce n’est pas réciproque. »

Wapi releva la tête, de son emballage d’une autre herbe, et lui fit un grand sourire :

- Ca ne me dérange pas, j’ai l’habitude.

S’arrêtant, se disant qu’il avait lâché ça sans y réfléchir, alors que depuis tout à l’heure il ne cessait de rester sur ses gardes, il se rattrapa à nouveau.

- Les gens parlent souvent de ce qu’ils font, et de ce à quoi leur herbe peut bien servir, quand ils viennent ici.
Mais c’était vrai que pour le reste, Wapi avait l’habitude qu’O’Yana soit plongé dans son métier de prêtresse. Littéralement ou au figuré, parfois.
Et ça n’était certainement pas quelque chose qui le dérangeait, étant donné qu’il respectait ses principes.

Mais si cela lui faisait faire d’autres bourdes, il avait intérêt à bien se concentrer sur les herbes qu’il lui donnait. D’ailleurs, il arrivait au plus dur. Celles d’origines seseli, celles qu’il avait plus de mal à reconnaître. Pourtant à force de trainer à Sininen, il avait pris l’habitude de reconnaître ce qui était typique des seseli….Quand ce n’était pas immergé dans l’eau, chose qui était le cas d’une bonne part du quartier.
Mais au moins cela l’aidait, après tout, certaines herbes étaient présentés dans des bocaux recouvert d’eaux. Bocaux vers qui il s’approcha pour tenter de les différencier.

- Hm… Pour celles-ci il va me falloir de quoi vous les emballer… A quoi vous servent-elles ?

Il ne pouvait s’empêcher de vouloir discuter avec elle.



O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Oct - 19:09

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 311
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 15/04/2017
Localisation : Sans doute dans le temple de Naoidhean.
Fonction/métier : Prêtresse du temple de Naoidhean à Ceti.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


Elle éclate d’un rire léger. « Oui je pense bien, vous devez entendre de tout et n’importe quoi, les gens doivent vous confier tout ce qui touche à leur vie non ? » Ou du moins une bonne partie. Enfin, d’un autre côté, quand il existait un bon relationnel, les clients revenaient, donc c’était logique qu’ils mettent en place ce genre de relation. Après, elle n’était pas certaine que discuter autour de plantes soient la meilleure façon de faire connaissance, mais ça pouvait être une façon de faire comme une autre non ? « Vous n’avez pas parfois des commandes étranges ? » Etant donné que tous venaient pour des demandes différentes, peut-être qu’il avait pu avoir quelques demandes un peu surprenantes. Voire même carrément loufoques, qui sait ? Elle se doutait également que certaines plantes pouvaient avoir des vertus aphrodisiaques ou permettre des exploits sexuels, alors peut-être qu’il y avait de véritables situations gênantes et dérangeantes. Elle n’en avait aucune idée à vrai dire. Dans son métier aussi, parfois, elle entendait des choses étranges, voire même terriblement étranges, mais liée par un secret professionnel, elle se devait de tout conserver pour elle. C’est d’ailleurs parfois difficile à faire comprendre à son entourage. Ce qu’on lui confie se doit de rester secret, dans toutes les situations de la vie. Toutes, sans exception. Elle n’a pas le droit à la moindre excuse et même si ça pouvait être difficile à comprendre pour certains, O’yana ne voyait aucune difficulté là-dedans. Il ne s’agissait, après tout, que de respect.

« Je n’ai qu’un grand cabat. » Elle lui tendit l’énorme sac qu’elle avait pris pour tout mettre dedans. N’ayant pas songé à ramener de bocaux. « Si vous avez des bocaux, je peux vous en acheter quelques-uns. » De toute façon, un de plus, un de moins, ce n’était jamais perdu. « La hy’lyro. » Elle esquisse un petit sourire. C’était une plante bleue, aux reflets argentés qui avaient la particularité de pousser en énormes pousses moussues. « C’est une plante utilisée dans la relaxation. On l’a transformé en infusion qu’on fait brûler dans certaines pièces du temple. Ca favorise la concentration, la détente et le relâchement. » Bien que ça pouvait aussi créer quelques migraines pour les personnes extrêmement sensibles, elles faisaient donc toujours attention à ne pas en utiliser de trop. « Vous n’êtes encore qu’un apprenti ? » Se permit-elle de demander, assez curieuse.


Cachés dans les profondeurs de l'océan, on entend les murmures de la déesse. Seront-ils assez courageux pour la retrouver ? Qu'importe la noirceur entourant sa cachette ? Trouveront-ils la lumière, même au plus profond de l'obscurité ? — .
croire,
s'étouffer
se relever
Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Oct - 9:45

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



Au fond, Wapi n’avait pas menti. Les gens qui venaient dans ce commerce – et en vrai, dans n’importe quel commerce -, avait tendance à penser qu’ils pouvaient parler de tout et n’importe quoi sur eux. Soit parce que pour eux ils ne connaissaient pas le commerçant, et que ceux-ci étaient du genre à ne pas forcément créer de ragots (encore que ça dépendait lesquels), soit parce qu’ils voulaient sympathiser avec le dit commerçant. Ou alors juste parce qu’ils étaient bavards, et qu’en attendant d’être servi, il fallait bien s’occuper.

Hochant la tête à la question d’O’Yana, en même temps, Wapi se rassurait qu’au final, il arrivait à ne pas se dévoiler comme un idiot sur sa relation originelle avec la seseli. Mais bon, il agissait tout de même pas mal en imbécile.
A sa question sur les commandes étranges, le jeune garçon ne put s’empêcher de rire. C’était clairement un oui, parce qu’il se rappelait même de la tête que faisait le vieux en charge de la boutique, à chaque fois qu’il pouvait être là quand ça arrivait.

- Oui, des fois, ça arrive…

Mais comme il ne pouvait rien dire – il n’avait pas envie d’avoir de problème -, il se mordait les lèvres, en riant entre ses dents.

Il retrouva son sérieux vis-à-vis des herbes. Il lui sourit, en l’entendant choisir des options plus faciles pour elle. Au pire des cas, le grand cabat saurait suffire. Wapi sentit ses yeux s’étinceler, d’entendre O’Yana parler d’une autre herbe. Le fait qu’elle connaisse les herbes n’avait rien de surprenant pour lui, mais qu’ils puissent en parler, qu’ils puissent même avoir une discussion correcte et intelligible… C’était… Tellement génial.
Ca changeait de ses moments où il avait envie de s’exprimer mais que seul un vague miaulement sortait de sa bouche.

Il redescendit de son petit nuage, quand elle lui demanda pour son apprentissage :

- Oui. La personne qui m’enseigne, est parti s’occuper de la recherche de quelques herbes. Mais comme ça fait deux ans que je suis dans sa boutique, il commence à me laisser gérer seul.

Et puis, le vieux exploitait les heures où son apprenti pouvait être là. D’ailleurs, il râlait assez souvent des heures de présence du newid qui ne lui avait jamais donné la véritable raison à toutes ses absences.
Il fallait dire qu’avouer « en fait, je suis l’animal de compagnie d’une seseli que j’adore, à côté », c’était quelque peu étrange. Même à Ceti où toutes les cultures et les idées se mélangeaient.

Rangeant les herbes dans des bocaux, pour celles nécessitant de l’eau, il regarda la seseli. Sa seseli. Il avait déjà fini la distribution des herbes.

- …Ca ira, pour tout porter ? Il y a beaucoup de choses…

Et voilà que Wapi s’inquiétait pour O’Yana.
Ou qu’il cherchait un moyen de rester avec elle, juste encore un peu. Tendant presque ses deux mains pour l’aider, mais se retenant finalement. De la tristesse était en train de naître dans son regard, à l’idée de ne pas pouvoir profiter d’O’Yana plus longtemps.


O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Oct - 17:22

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 311
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 15/04/2017
Localisation : Sans doute dans le temple de Naoidhean.
Fonction/métier : Prêtresse du temple de Naoidhean à Ceti.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


« Oh très bien ! » Curieuse, elle poursuivit. « Deux ans déjà, mais votre apprentissage va durer combien de temps ? » Ne put-elle pas s’empêcher de demander. Ce n’était pas comme si elle envisageait de se reconvertir, mais il lui semblait très jeune tout de même. « Pourquoi avoir choisi cette voie, si ce n’est pas indiscret ? » Parce qu’elle aimait bien ce métier, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’un jeune puisse vouloir travailler dans ce genre de filière. Naïvement, elle pensait plus que les jeunes se dirigeraient vers des choses plus traditionnelles, plus physiques, peut-être même moins « ringard ». Sans vraiment le savoir, ou avoir des connaissances à ce sujet, elle avait toujours pensé que ce genre de filières se léguaient de famille en famille. Que les apprentissages ne se faisaient réellement que pour les filières de stratégie, de soin, de magie ou de justice. Comme quoi, elle pouvait en apprendre tous les jours.
Elle le laissa finir son travail et ranger petit à petit les herbes dans son sac. Elle n'avait pas songé qu’elle en aurait pour autant. Enfin si, mais avait oublié. Faire les provisions du temple n’était pas très régulier et se faisait par gros colis, alors forcément, à chaque fois elle se faisait surprendre par la quantité de bocaux qu’elle devait ramener. Il lui tendit son sac. « Ca devrait aller, c‘est très gentil de votre part ! » Sourire sincère sur le visage, elle ne doutait pas de pouvoir ramener ces commissions au temple. « Dites-moi, je vous dois combien ? » Demanda-t-elle, sortant déjà sa bourse avec quelques valutas à l’intérieur.


Cachés dans les profondeurs de l'océan, on entend les murmures de la déesse. Seront-ils assez courageux pour la retrouver ? Qu'importe la noirceur entourant sa cachette ? Trouveront-ils la lumière, même au plus profond de l'obscurité ? — .
croire,
s'étouffer
se relever
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Nov - 10:13

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



La question se posait, à vrai dire. Si Wapi continuait de ne pas faire du plein temps, et qu’il passait son temps à s’amuser à être herboriste à mi-temps, combien de temps lui faudrait-il pour atteindre finalement le statut d’herboriste final ?
Ca…. Ça c’était compliqué.

- Je ne sais pas vraiment, je ne suis pas là tout le temps…

Alors qu’il songeait aux raisons qui l’avaient poussé à faire ça, il eut un sourire en entendant O’Yana lui demander. Il aurait pu lui dire qu’il aurait tout donné pour juste rester avec elle. Mais il ne se contentait pas de juste rester avec elle.

- Hm… Disons…. Que j’aimais bien les herbes ?

Et qu’il devait faire autre chose de sa vie aussi. Comme si sa raison l’avait rappelé à l’ordre, lui disant qu’il n’était pas venu à Ceti que pour être un animal de compagnie. Mais ça, il ne pouvait pas le préciser. Pas devant elle.
Et en fait, pas devant personne.

- Je suis un newid, alors disons que l’affinité avec les herbes ça nous connait…

Avait-il bien fait de révéler sa nature ? Tant qu’il cachait sa main gauche, tout irait bien. Sûrement. Elle ne savait pas qui était O’Chas, et sûrement qu’au fil des années, elle avait dû se dire qu’il n’était qu’une panthère, non ?
En tout cas, il regrettait de déjà finir de ranger les herbes. Le temps s’écoulait trop vite.
Il regretta même quand elle ne voulu pas tant de son aide. Ca pouvait presque se lire dans ses yeux, mais il se rattrapa, et s’empêcha d’être tout triste.
Réfléchissant à combien elle lui devait, il se força d’abord à tout noter sur une feuille. En vérité, Wapi mourrait d’envie de lui faire une remise, mais il n’avait pas envie d’avoir de problèmes, aussi nota-t-il rapidement la somme totale, et la dit il a voix haute.

- Voilà, vous me devez tout ça… En tout cas…. Je ne suis pas vraiment très religieux, mais si je passe devant votre temple, je pourrais toujours vous rendre visite

Et là, Wapi se rendit compte qu’il ne disait jamais ça aux clients, parce que les clients n’avaient jamais d’importance comme O’Yana.

- Enfin je veux dire…Vous êtes sympathique, et… Et je suis curieux de voir comment vous vous servez de ces herbes… Déformation professionnelle, quoi…

Au fond, Wapi avait l’impression de jouer sur un tapis de braise, et qu’au moindre geste brusque, soit il se trahirait, soit il aurait l’air de quelqu’un de très bizarre, voir très louche, et donc, que ça ne serait certainement pas une bonne idée.

Mais il était trop content de pouvoir réellement parler avec celle qu’il nommait parfois « sa maîtresse », et qu’il comptait bien retrouver un peu plus tard.



O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 10:29

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 311
Points rps : 288

Arrivée en Arenaria : 15/04/2017
Localisation : Sans doute dans le temple de Naoidhean.
Fonction/métier : Prêtresse du temple de Naoidhean à Ceti.

CARNET DE ROUTE
◊ SAC:
COMPÉTENCES:


« Ah. D’accord ! » Sourire poli sur le visage, elle n’était pas sûre de bien comprendre. Il faisait donc quelque chose d’autre à côté, en plus de son apprentissage ? Eh bien, il était motivé ! En tout cas, elle espérait pour lui qu’il réussirait. S’impliquer dans des études n’était jamais difficile, elle lui souhaita donc toute la réussite qu’il méritait. Eclatant d’un rire léger, elle trouvait sa remarque très drôle. « C’est vrai que ça a du sens, herboriste quand on aime les herbes, c’est logique ! » La situation était cocasse et amusait particulièrement la prêtresse, bien qu’en soit la réponse n’aurait pas dû l’étonner plus que ça. Au contraire en réalité. Pourquoi était-elle prêtresse ? Sans doute pour les mêmes raisons que lui, par amour pour sa déesse. En fait, c’était même sûr. Elle aimait tellement sa culture et sa déesse, qu’elle avait décidé de se vouer corps et âme à sa cause. A son culte. Elle ne se voyait rien faire d’autre de sa vie. « Oui, je comprends parfaitement. » Haussant les épaules, elle poursuivit. « Pour ma part, je me suis toujours sentie connectée à notre Déesse et appréciant énormément l’élément qu’elle nous a donné, ayant que notre particularité de mutation, j’ai décidé de vouer ma vie à la servir. » C’était une évidence. « A vrai dire, ma question était un peu stupide. » Eclatant d’un rire léger, elle passa une main devant son visage, comme si tout ceci n’avait aucune importance.

Hochant la tête, elle prit la somme totale qu’il venait de lui annoncer, faisant tomber dans sa main tendue les quelques valutas qu’elle lui devait. « Eh voilà, je crois que le compte y est ! » Sourire sincère sur le visage, elle hocha la tête. « C’est très gentil à vous, la porte de notre temple vous sera toujours ouverte. » Au-delà du fait qu’elle était ouverte à tous les citoyens, il avait été particulièrement agréable et sympathique avec elle, O’yana ne se voyait donc pas réagir autrement que de la sorte. Il était la bienvenue parmi eux, pour se recueillir ou pour simplement la saluer. C’était une très gentille proposition. D’ailleurs, la faisait-il à tout le monde ? N’en sachant rien, elle préféra garder ce doute dans un coin de son esprit, plutôt que de le verbaliser. Réalisant qu’il venait, sans doute, de comprendre le possible malaise que ses propos auraient pu causer, il tint donc à s’expliquer. Sourire entendu sur le visage, la prêtresse l’écouta attentivement, avant de lui répondre. « Ne vous en faites pas, j’avais bien compris. » Ou pas, mais ça, il ne pouvait pas le savoir. « Je serais ravie de vous expliquer et de vous montrer quelques utilisations de nos herbes. » Parce que ça ne lui coûterait rien d’expliquer une partie de sa culture, si ce n’est se rapprocher d’un newid. Il était temps qu’à Ceti les barrières culturelles tombent et qu’une véritable entente avec tous les royaumes se fasse. En tout cas, elle le pensait fermement.


Cachés dans les profondeurs de l'océan, on entend les murmures de la déesse. Seront-ils assez courageux pour la retrouver ? Qu'importe la noirceur entourant sa cachette ? Trouveront-ils la lumière, même au plus profond de l'obscurité ? — .
croire,
s'étouffer
se relever
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Nov - 11:54

TU PEUX M'APPELER
puisse le pacte te protéger



avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Parchemins : 51
Points rps : 136

Arrivée en Arenaria : 14/10/2017
Localisation : Bien au chaud chez O'Yana
Fonction/métier : Apprenti herboriste la moitié du temps, l'autre moitié animal de compagnie

CARNET DE ROUTE
◊ SAC: un quignon de pain, des herbes, et assez souvent ses habits
COMPÉTENCES:



Pas qu’il marchait sur des brasiers en feu, parce qu’au fond, il savait qu’O’Yana était sûrement loin de se douter du rapprochement qu’il pouvait y avoir entre sa panthère et lui, mais il était à la fois rassuré qu’il termine sa vente, et très très triste.
Mais son sourire restait grand, parce qu’elle lui adressait la parole, parce qu’il pouvait répondre, parce qu’elle pouvait le comprendre.
Et cela l’amusa qu’elle se mette à lui expliquer pour quelle raison elle était prêtresse. Il s’en doutait depuis longtemps, elle n’avait jamais eu vraiment besoin de lui expliquer. Et sans être un religieux, il la respectait pour ses croyances et ses valeurs.
Quand elle exposa sa question comme stupide, il secoua vivement la tête. Wapi refusait qu’elle pense un seul instant être idiote, surtout devant lui :

- Oh non, elle était légitime quand même.

Son amour pour elle débordait malgré lui par tous les pores, et il savait qu’il ne pourrait rien faire contre ça.
Il ramassa l’argent qu’elle lui donna pour la stocker où il fallait, et rangea le papier qui concernait tout ce qu’il avait vendu, pour que l’herboriste principal puisse s’en occuper.
Il fut ravi d’entendre qu’O’Yana voulait bien qu’il vienne à son temple, et il était ravi de pouvoir même voir en tant que newid ce qu’elle faisait avec ses herbes.
Comprenant que ça lui donnait encore plus de raison de trainer près d’elle, son cœur n’en était que satisfait.

- Merci beaucoup alors ! De mon côté…Je ne peux que vous dire de ne pas hésiter à revenir ici, même si ça ne sera pas moi qui vous servira, je peux vous assurer qu’on est très compétent ! Enfin…J’espère

Il souriait, ravi de cette discussion :

- Oh, et…Si jamais hm…Je sais pas pour rentrer dans le temple, il faut un nom ou quoi….Je m’appelle Wapi, et vous ?

Bon d’accord, là il voulait juste donner son nom, voilà. Mais il était de base quelqu’un de très enjoué, et bavard, et de fait, il l’était encore plus avec O’Yana, c’était un fait.


O'Chas

The "kitten"

Wapi

The happy boy

Revenir en haut Aller en bas

TU PEUX M'APPELER
Contenu sponsorisé
puisse le pacte te protéger







Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne suis pas une panthère, c'est pas moi, je suis caché - O'Yana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ceti :: Centre ville-